Sur la confession

Répondre


Cette question est un moyen de lutter contre les publications automatisées indésirables.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Accéder à davantage d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Sur la confession

Re: Sur la confession

Message par PaxetBonum » lun. 04 sept. 2017, 17:31

Le prêtre lors de la confession choisi s'il pardonne ou pas les pêchés ? S'il choisit de ne pas pardonner, le savons-nous ?
Je vous le dis en vérité, tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel.
De plus, le prêtre a-t-il le droit de parler d'une confession à autrui ?
Oui le prêtre n'accorde le pardon que si il en a le pouvoir (Cf cas particulier signalé par Altior) et si il pense que le pénitent rempli les conditions de regret.
Il le signifie en accordant ou pas la formule d'absolution et si il refuse il explique pourquoi.

La confession est un secret scellé entre Dieu et le pénitent, le prêtre ne peut en parler à quiconque.

Re: Sur la confession

Message par Altior » sam. 02 sept. 2017, 18:56

Bonjour, Antoine,
Le prêtre lors de la confession choisi s'il pardonne ou pas les pêchés ?
Dans de rares cas, il n'a pas le choix. Ce sont des cas dites «matière réservée». Dans ces cas, l'évêque seul peut donner l'absolution. Il y a aussi des cas dites «matière réservée au Siège Apostolique» quand pas même l'évêque, mais le Pape seul peut donner l'absolution. Par exemple, le péché de sorcellerie avec le Très Saint Sacrement, si fait par un prêtre, est une matière réservée au Siège Apostolique.

Un cas d'une autre nature où il n'a pas le choix est le cas de manque d'évidence de contrition. Dans ces cas, l'absolution serait de toute manière invalide, mais le prêtre, en la prononçant, risquerait son âme.

Dans la plupart des cas il choisit de pardonner (notons que c'est Dieu qui pardonne par son ministre). Car c'est pour cela que nous sommes là-bas, pour être pardonnés. Néanmoins, il se peut, si nous sommes en bonne santé, qu'il reporte notre absolution pour le plus grand bien de notre âme. C'est plutôt exceptionnel.
S'il choisit de ne pas pardonner, le savons-nous ?
Bien sûr, car il nous le dit et il serait utile pour nous et courtois de sa part de nous dire les raisons aussi. En plus, nous n'entendrons pas les mots de l'absolution «Ego te absolvo...»
De plus, le prêtre a-t-il le droit de parler d'une confession à autrui ?
Non, et cela est une interdiction absolue. Pour un policier, pour un avocat, pour un médecin le secret professionnel est relatif, c'est à dire il y a des circonstances où il peut (et, parfois, il doit) être outrepassé. Mais le secret de la confession, le «sceau sacramental» (sigillium sacramentale) est absolu. Rien et personne ne peut l'autoriser, pas même le Pape. D'ailleurs, l'outrepasser serait un autre exemple d'excommunication automatique avec matière réservée au Siège Apostolique.

Fraternellement en Christ,
A.

Re: Sur la confession

Message par antoine75 » sam. 02 sept. 2017, 15:56

Le prêtre lors de la confession choisi s'il pardonne ou pas les pêchés ? S'il choisit de ne pas pardonner, le savons-nous ?
Je vous le dis en vérité, tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel.
De plus, le prêtre a-t-il le droit de parler d'une confession à autrui ?

Re: Sur la confession

Message par PaxetBonum » jeu. 01 juin 2017, 14:11

Bonjour Mariamagdalatourist,

Voilà un beau ménage de printemps en perspective !

Comme Héraclius je vous conseille d'organiser par avance votre confession.
Plutôt que des thèmes (ce qui est excellent ordinairement) organisez votre confession par gravité.
Il est essentiel, le cas échéant, d'accuser tous vos péchés mortels.

Pour vous aider dans votre examen de conscience : http://casimir.kuczaj.free.fr/Francais/ ... ession.htm

Que le Seigneur vous accorde son pardon pour que vous repartiez dans la Paix et la Joie !

Re: Une loooongue confession

Message par Héraclius » mer. 31 mai 2017, 17:44

Bonjour !

C'est merveilleux de voir quelqu'un revenir se mettre au pied du Seigneur après trois ans. :)

Je vous donnerais deux-trois conseils :

- D'abord, n'ayez pas peur de prendre votre temps. Si vous avez trois ans à déballer, le prêtre comprendra. C'est normal.

- Ensuite, hiérarchisez. Ce qu'il est impératif de citer pour que votre confession soit bien dans les clous, ce sont les "péchés mortels", c'est à dire les péchés graves. Regardez les dix commandements et demandez-vous à chaque fois : qu'aie-je fait qui va directement à l'encontre de celui-ci ou de celui-ci ? Ceux-là, c'est important de tous les confesser un par un, distinctement.

- Souvent, en tout cas dans mon expérience personnelle, le mieux est d'avoir une approche thématique. Je commence par dire tout ce j'ai fait de mal dans ma relation avec Dieu (manque d'amour, manque de prière ou distraction dans cell-ci, etc..), puis tout le mal dans mon devoir d'état (moi je suis étudiant, donc c'est du genre "je n'ai pas travaillé assez pour tel examen, j'ai procrastiné dans mes devoirs administratifs, etc…), puis tel truc puis tel truc… Si votre confession est bien structurée, cela évitera le côté "flot d'information pour noyer le poisson" que vous voulez éviter.

Il n'est pas forcément nécessaire de TOUT dire dans les détails, en tout cas pour les péchés véniels. Le plus important, c'est que votre confession soit sincère, que vous rejetiez joyeusement tout le mal que vous avez commise pour embrasser la miséricorde du Seigneur. C'est votre repentir intérieur, le sentiment de "si c'était à refaire, je ne le voudrais pas, parce que cela offense le Dieu d'amour" qui est central et qui doit transparaître dans votre confession.


Bon courage. Je suis sûr que cela va bien se passer. Dieu vous bénisse ! :)


Héraclius -

Une loooongue confession

Message par Mariamagdalatourist » mer. 31 mai 2017, 16:57

Bonjour a toutes et tous.

Je n'arrive plus a accéder a mon compte mais j'ai besoin de vos lumières assez rapidement.
Cela doit faire 3 ans que je ne me suis pas confessée et je compte le faire vendredi soir lors d'une soirée d'adoration.

Je commence un examen de conscience approfondis, mais la liste est loooongue .. :cry:
J'ai peur que ce soit du coup hyper long et que ça puisse donner l'impression au prêtre que je cherche a cacher les gros sous plein de petits....
Comment faire?

Merci.

God bless you

Re: Sur la confession

Message par whisperhill » mer. 31 mai 2017, 12:29

Merci à vous tous pour vos messages. C'est très gentil à vous d'avoir pris le temps de me lire et de me conseiller. Je vais regarder dans la soirée les horaires où je peux recevoir la réconciliation.

Bien à vous tous et encore merci

Re: Sur la confession

Message par jerome » mar. 30 mai 2017, 23:32

Bonsoir Whisperhill,

Je n'aime pas beaucoup l'expression "confession". Je lui préfère, de loin, l'expression "réconciliation". Ce que l'on désigne par confession, ou par réconciliation, est un incroyable acte d'amour. Demander le sacrement de réconciliation, c'est se rapprocher de Dieu, c'est chercher à mieux le connaître, pour mieux vivre Son Amour.

Il n'est pas nécessaire d'être en état de grâce pour retourner vers le Seigneur : c'est le fait de retourner vers le Seigneur, en demandant le sacrement de réconciliation, qui vous plongera dans un état de grâce. Le moment qui suit la réconciliation est d'ailleurs assez délicieux. L'âme est à nouveau belle. Propre. Pure. Profitez de ces instants. La prière que vous ferez après avoir reçu le sacrement de réconciliation aura une saveur particulière. Très particulière. Goûtez là et profitez ! Car c'est dans cet état de grâce que la prière prend son véritable sens : celui d'un coeur-à-coeur franc et sincère qui relie l'Homme à son Créateur.

Pour accéder à cette forme de réconciliation, il est nécessaire, effectivement, d'avoir reconnu le Seigneur. Que faut-il pour reconnaître le Seigneur en son Eglise ? Une seule chose est requise. Avoir reçu le baptême au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Rien de plus, rien de moins.

Si vous voulez, préparez ce moment. Ecrivez, si cela vous rassure. Ou au contraire, laissez parler votre coeur. Vous ne connaissez pas bien les phrases à dire, vous ne savez pas bien comment vous y prendre ? Dites le au prêtre. Vous lui ferez un incroyable cadeau en lui donnant la possibilité d'exercer son ministère. N'a-t-il pas choisi de suivre le Seigneur pour guider nos âmes dans Ses pas ?

J'ai envie de vous dire d'aborder le sacrement de réconciliation sans crainte. Rappelez-vous qu'aux yeux du Seigneur, rien, strictement RIEN n'est impardonnable. Ce n'est pas la justice que vous allez rencontrer face au prêtre. C'est l'Amour qui sera au rendez-vous.

La sacrement de réconciliation est à vivre. Simplement. Laissez vous aller. Les larmes veulent couler ? Laissez les couler. Vos émotions cherchent à s'exprimer ? Laissez-les s'exprimer. Le sacrement de réconciliation va bien plus loin que le simple fait de déverser un torrent de mal-être : le sacrement de réconciliation, parce qu'il s'agit bel et bien d'une réconciliation, est un rendez-vous amoureux avec le Seigneur. C'est un coeur-à-coeur. Il vous attend. Il vous aime. :coeur:

Re: Sur la confession

Message par Altior » mar. 30 mai 2017, 22:42

Bonjour, Whisperhill!

1° puis je me confesser si je suis juste baptiser, c'est-à-dire que je n'ai jamais fait ma communion ni ma confirmation ? (Je comprends que oui mais je ne suis pas sûr et préfère demander).
Affirmatif. Pas seulement vous pouvez, mais c'est extrêmement recommandable de ne pas communier avant vous confesser. D'ailleurs, la plupart des prêtres n'oublient pas d'insister sur cet aspect.
2° puis je me confesser si je sais qu'au fond de moi je ne suis pas totalement en paix (rancœur, pas envers Dieu mais disons que mon âme n'est pas apaisée) ?
Affirmatif. La condition d'une bonne confession (càd valide) est la contrition. Pour dire court (et en omettant quelques nuances) contrition = regret pour les péchés + résolution de ne pas les répéter.
En fait, j'aimerai bien me confesser du fait que je me suis éloigné de Dieu et que je lui en ai voulu mais je sais que je m'accroche toujours à des chimères et que je continue à courir après car je refuse de lâcher prise et je ne peux pas le faire d'un coup car elles m'ont aidé à me sortir de mes problèmes de santé.
Ici, j'ai un peu de mal à comprendre, mais, je pense, ce n'est pas vraiment besoin. La résolution de ne pas répéter les péchés ne veut pas dire qu'on réussira à ne pas les répéter. D'ailleurs, renforcer la bonne volonté est justement un des buts de la confession. Vous savez bien, le but principal est le rétablissement de l'état de grâce, mais il y a encore au moins un but: la grâce sacramentale, un sous-type de grâce actuelle. Pour dire court: le plus on se confesse, le plus on résiste à la tentation et le moins on rechute. C'est ce que vous avez demandé ou bien j'ai répondu à une autre question ?

Fraternaliter in Christo,
A.

Re: Sur la confession

Message par whisperhill » mar. 30 mai 2017, 14:56

Bonjour à tous,

Je me permets de vous poser quelques questions concernant la confession :

1° puis je me confesser si je suis juste baptiser, c'est-à-dire que je n'ai jamais fait ma communion ni ma confirmation ? (Je comprends que oui mais je ne suis pas sûr et préfère demander).

2° puis je me confesser si je sais qu'au fond de moi je ne suis pas totalement en paix (rancœur, pas envers Dieu mais disons que mon âme n'est pas apaisée) ?

En fait, j'aimerai bien me confesser du fait que je me suis éloigné de Dieu et que je lui en ai voulu mais je sais que je m'accroche toujours à des chimères et que je continue à courir après car je refuse de lâcher prise et je ne peux pas le faire d'un coup car elles m'ont aidé à me sortir de mes problèmes de santé.

Voilà, je ne souhaite pas trop m'étendre mais pour prendre une analogie, c'est comme si j'avais une béquille après un accident, idéalement on aimerait remarcher mais je suis en période de rééducation donc je passe d'hémiplégique (refus de Dieu) à fauteuil roulant (Dieu m'a aidé à m'en sortir) à béquilles (les moyens que Dieu m'a donné pour m'en sortir ne sont que des moyens et je les prends toujours pour des fins), etc.

J'en suis au stade de la béquille j'ai l'impression et j'ai toujours en tête le raisonnement suivant (je prends ma revanche et après je serai en paix).

Puis je me confesser dans cette situation ?

Voilà, je sais que tout cela est un peu confus et je peux donner un peu plus de détails par mp si besoin, je préfère juste ne pas étaler des éléments de ma vie ici.

Merci par avance.

Je profite également de mon post pour vous remercier car j'ai l'impression que votre lecture m'aide dans mon chemin.

Re: Sur la confession

Message par jeje » dim. 28 mai 2017, 20:28

bonsoir


Merci cela me soulage ! Je me sent déjà mieux dans ma peau et en paix :coeur:

je trouve que c'est quand même super de pouvoir ce confessé sa change de quand je n’étais pas baptisé .car avent quand je n’étais pas baptisé je devait attendre le baptême pour que sa soi pardonné c’était très lonnnng et lourd à porté ,le péché c'est quelque chose qu'il faut s'en débarrassé le plus rapidement possible si non on ce sent mal dans sa peau quand on est conscient que on à commis des péchés sur péchés ,je me rappelle que je me sentai pas bien et que des fois je " pétais des plombs " à force de ne pas pouvoir être libéré de l'emprise du péché ,je me sentais esclave du péché.

Maintenant je ressent la joie car je peut allé me confesser si ça ne vas pas où que je sait si j'ai commis un péché . je peut m'en débarrassé plus rapidement qu'avent , bien sur avent je fait un examen de conscience .

Re: Sur la confession

Message par Trinité » dim. 28 mai 2017, 19:31

Bonjour,

Quand j'ai été me confessé j'ai oublié de dire certains péchés que j'avais commis et je me posais la question si imaginons on est en état de péché mortel mais que on ne le sait pas ou que on a oublié le péché qui fait que on est dans cet état comment on fait pour s'en sortir ?

Je pose cette question car j'ai souvent peur de commettre un péché mortel et de ne plus m'en rappelé et j'ai peur d’allée en enfer par la suite ...
Ne vous inquiétez pas ! Cela m'arrive très souvent ,surtout au début lorsque je suis revenu me confesser, après des années sans fréquentations de l'église !
J'avais un carnet de route tellement énorme ,que j'en ai oublié beaucoup !
Mais quand ils me reviennent en tête ,je retourne voir mon confesseur qui m'a dit :
"Ne vous inquiétez pas! ils sont pardonnés car c'est un oubli et non pas des péchés cachés"
Par contre il faut s'en confesser quand ils reviennent en mémoire!
Je vous avouerai que j'ai du confesser 2 ou 3 fois les mêmes péchés ,ne sachant plus si je l'avais fait auparavant! :)

Re: Sur la confession

Message par Altior » dim. 28 mai 2017, 18:35

Bonjour,

Quand j'ai été me confessé j'ai oublié de dire certains péchés que j'avais commis et je me posais la question si imaginons on est en état de péché mortel mais que on ne le sait pas ou que on a oublié le péché qui fait que on est dans cet état comment on fait pour s'en sortir ?

Je pose cette question car j'ai souvent peur de commettre un péché mortel et de ne plus m'en rappelé et j'ai peur d’allée en enfer par la suite ...
Bonjour, Jeje!

On confesse les péchés (en leurs espèces et en leur nombre) dont on garde le souvenir au moment de la confession. C'est pourquoi on fait un examen de la conscience (il y a aussi de guides qui peuvent nous faciliter cette tâche). Si on ne se souvient pas d'un péché à l'examen de le conscience ou si on s'est souvenu, mais on l'oublie de le mentionner (pourvu qu'oubli soit-il et non omission volontaire), alors la confession n'est pas entravée. Car l'absolution qu'on obtienne efface les conséquences spirituelles pas seulement pour les péchés confessés, mais également pour les péché qu'on a oublié de confessé.
Moi, après avoir fini la liste de péchés confessés, je dis ainsi: «peut-être il y a aussi d'autres péchés dont je ne me souviens pas. Pour toutes, je demande pardon à Dieu, et à vous, monsieur l'abbé, conseil et canon de pénitence».

Pourtant, si après la confession, parfois longuement, après on se souviens d'un péché oublié, il est recommandable de le mentionner à la prochaine occasion. Ce n'est pas parce que l'absolution obtenu a été moins valide, mais c'est parce que se souvenir d'un péché qu'on avait oublié est une grâce qu'on reçoit, qui pourrait avoir pour but justement notre avancement spirituel.

Oublier un péché à la confession est un cas fréquent. Comment faire pour ne plus oublier les péchés ? Une des méthodes est la confession fréquente, car le plus le temps passe, le plus on a tendance d'oublier. Se confesser une fois pas an est un minimum d'obligation, mais la fréquence idéale, selon Jean Paul II, est de le faire une fois par mois.

Fraternellement en Christ,
A.

Sur la confession

Message par jeje » dim. 28 mai 2017, 14:03

Bonjour,

Quand j'ai été me confessé j'ai oublié de dire certains péchés que j'avais commis et je me posais la question si imaginons on est en état de péché mortel mais que on ne le sait pas ou que on a oublié le péché qui fait que on est dans cet état comment on fait pour s'en sortir ?

Je pose cette question car j'ai souvent peur de commettre un péché mortel et de ne plus m'en rappelé et j'ai peur d’allée en enfer par la suite ...

Re: Première confession

Message par Prokofiev » lun. 12 déc. 2016, 11:35

Chers amis,
.... Est-ce que les Catholiques suivent les étapes décrites dans le lien en tant que telles ?....
Vlad
Bonjour Vlad,
Si vous saviez...:-)
La plupart des catholiques ignorent ce que vous connaissez déjà. Bien des confessions commencent par "....Mon père, heu...je voudrais me confesser mais je ne sais plus comment faire". Le confesseur, bienveillant, les guide.
Quant à l'acte de contrition, il est souvent rédigé sur un petit papier bien en évidence, il n'y a plus qu'à le lire. Bien peu de catholiques le connaissent par coeur. :D

Haut