Une messe de l'ICRSP

Répondre


Cette question est un moyen de lutter contre les publications automatisées indésirables.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Accéder à davantage d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Une messe de l'ICRSP

Re: Une messe de l'ICRSP

Message par Cinci » dim. 22 avr. 2018, 15:37

Adoramus Te a écrit :
Je ne sais toujours pas ce qu'est l'extrême droite.
Vous êtes sérieux ?

Il me semble que l'on qualifie ainsi les idéologues fanatiques qui, en principe, ne reculeraient devant aucune mesure de force propre à assurer la victoire de leur modèle politique béni. Ils ont "de droite" parce que perçus comme des conservateurs, des défenseurs d'une civilisation occidentale menacée, des "restaurateurs" allégués d'un ordre politique ou racial plus ancien, des contre-révolutionnaires, etc. Ce sont des puristes à leur manière et qui n'Insupportent jamais rien autant que la mixité, le mélange, la pollution, les choses qui ne sont pas claires.

Au Canada, durant les années 1930, c'est quelque chose comme un Adrien Arcand et tous ceux avec qui il peut militer, ceux avec qui il peut correspondre en France, en Angleterre, en Allemagne, etc. Ce sont des suprémacistes de la race aryenne, des amateurs d'un État policier dont le but serait justement de policer les moeurs des citoyens, veillant à ce que des influences étrangères néfastes (juives, communistes, etc.) ne viennent pas corrompre ce qui subsisterait de bon dans le peuple et qui aura été hérité des ancêtres.

Aux États-Unis, c'est le Ku Klux Klan qui apparaît dans la foulée de armées sudistes défaites. Le Klan se propose comme mouvement souhaitant mettre un frein à la dégradation de ce qui subsisterait de l'esprit du "Vieux Sud". Les klanistes veulent s'élever contre les menées des agresseurs nordistes, les puissances d'argent corrompues et autres libéraux désireux de tout mettre sans dessus dessous, pour donner droit, par exemple, à ce que "des nègres puissent épouser des blanches, que des Blancs puissent sombrer dans une condition d'esclave, etc".

Re: Une messe de l'ICRSP

Message par prodigal » dim. 22 avr. 2018, 11:52

Chère Kerniou,
il n'y a pas de mal. Il est toujours mieux de lever les ambiguïtés, de toute façon.
Cher Adoramus Te,
"extrême-droite" est vague et peu flatteur, très certainement.
Mais cela signifie tout simplement être radicalement opposé à la gauche. Si vous trouvez que la gauche a beaucoup plus souvent tort que la droite, vous êtes de droite. Si vous trouvez qu'elle est l'ennemi à combattre et que toutes les alliances sont permises à cette fin, vous êtes d'extrême-droite.
C'est donc un terme idéologique, qu'on ne doit pas balancer à la figure des gens sans leur laisser le libre choix de leurs propos, je suis bien d'accord avec vous là dessus. Mais il y a des gens qui se réclament de cette idéologie. Il y a des gens pour qui c'est un crime que d'avoir une sensibilité de gauche. L'extrême-droite existe donc bien, même s'il n'est pas facile de trouver pour chacun la nomination qui lui convient.
En règle générale, il me semble qu'une orientation politique se caractérise essentiellement par les combats qu'on juge prioritaires. Si par exemple quelqu'un juge que la priorité est de rétablir le roi sur le trône de France, il est royaliste. Si un autre juge qu'il faut avant tout protéger l'environnement, il est écologiste, etc.

Re: Une messe de l'ICRSP

Message par Kerniou » dim. 22 avr. 2018, 2:34

Merci, Prodigal, de votre réponse ... je n'avais pas saisi votre propos et vous savez combien je réagis à certains thèmes ...

Re: Une messe de l'ICRSP

Message par AdoramusTe » sam. 21 avr. 2018, 23:56

C'est du complotisme. Que la gauche se serve de ce terme à bouche que veux-tu pour diaboliser ceux qui ne sont pas d'accord avec elle, nous sommes d'accord. De là à nier que l'extrême-droite existe...
Et ne souscrivez-vous pas à cette même logique en affirmant que vos contradicteurs sont du diable ?
Je ne sais toujours pas ce qu'est l'extrême droite. Donc je ne peux pas nier que cela existe.
Et je n'affirme rien au sujet de mes contradicteurs, je leur demande si ils sont conscients de préférer suivre le Diable en participant à la diabolisation.

Re: Une messe de l'ICRSP

Message par prodigal » mar. 17 avr. 2018, 18:40

Chère Kerniou,
je vous promets que non. Bien au contraire, l'expression "plus ordinaire" m'est venue pour désigner les chrétiens que vous appelez majoritaires, parce que je ne savais pas comment dire.
C'est vrai que c'est un problème, d'ailleurs : quand on est chrétien mais pas traditionaliste, on est quoi? J'aurais envie de dire que "chrétien" convient, ou "catholique", mais ce serait désobligeant à l'égard des traditionalistes qui pourraient dire qu'eux aussi le sont.
Mais le fond de l'affaire, à savoir ce qu'il en est des opinions politiques défendues par les catholiques pratiquants, est très bien mis en évidence par la citation de Montalembert apportée par Socrate d'Aquin, à laquelle je souscris sans réserve.

Re: Une messe de l'ICRSP

Message par Kerniou » mar. 17 avr. 2018, 17:46

Pourquoi "des chrétiens plus ordinaires" ? les chrétiens monarchistes seraient- ils plus distingués ou supérieurs ?
Pourquoi ne pas dire tout simplement : "d'autres chrétiens" ? d'autres chrétiens qui sont, d'ailleurs, la très grande majorité ...
L'expression ne revêt-elle pas un caractère tendancieux ?

Re: Une messe de l'ICRSP

Message par Socrate d'Aquin » lun. 16 avr. 2018, 12:10

Si vous voulez, oui, et c'est par cette attention au particulier que le catholicisme trouve aisément un terrain d'entente avec la monarchie.
Mais peut-on dire que l'Eglise d'aujourd'hui adopte "la dynamique progressiste des libéraux"? C'est plutôt que, malgré l'hostilité inévitable entre libéralisme et catholicisme, l'Eglise trouve aussi un terrain d'entente avec le libéralisme sur la question de la dignité de la personne humaine. Voilà pourquoi, si certains traditionalistes n'envisagent pas qu'on puisse être autre chose que monarchiste, des chrétiens plus ordinaires trouvent impensable qu'on puisse rejeter la démocratie.
En tout état de cause, sur ce terrain comme sur celui de la liturgie, je crois que nous sommes condamnés à la pluralité. Mais est-ce vraiment un mal, quand comme vous et moi on est attaché à préserver les différences?
Vous avez raison cher prodigal.

Permettez-moi de soumettre cette phrase à votre intention: "Le catholicisme se prête à toutes les formes de gouvernement légitime, mais ne s'identifie à aucune d'entre elles".
(Comte Charles de Montalembert).

Re: Une messe de l'ICRSP

Message par Cinci » lun. 16 avr. 2018, 11:45

Prodigal a écrit :
Mais peut-on dire que l'Eglise d'aujourd'hui adopte "la dynamique progressiste des libéraux"? C'est plutôt que, malgré l'hostilité inévitable entre libéralisme et catholicisme, l'Eglise trouve aussi un terrain d'entente avec le libéralisme sur la question de la dignité de la personne humaine.
Je suis d'accord que ce terrain d'entente existe et comme vous le dite. Et que c'est l'Église surtout qui peut s'adapter à notre monde libéral que les libéraux de pouvoir se faire à la dynamique des saints de l'Église !



Voilà pourquoi, si certains traditionalistes n'envisagent pas qu'on puisse être autre chose que monarchiste, des chrétiens plus ordinaires trouvent impensable qu'on puisse rejeter la démocratie.
Mais je crois aussi que les traditionalistes s'arrangeraient très bien sous un autre régime que monarchique. Pourvu que le pouvoir puisse faire office de soutien pour les catholiques, tel un ami favorisant de plusieurs manières l'extension de la foi. Une république pourrait très bien s'acquitter de cette tâche. La démocratie ne serait pas assassinée pour autant.

La démocratie n'est que la division des pouvoirs plus une façon d'assurer en douce le renouvellement des responsables politiques, tout en donnant droit à l'expression publique de divers points de vue critiques. La démocratie ne dit rien au sujet de ce que doit être ou pas le système de croyance des dirigeants ou bien celui du peuple et n'impose pas non plus une constitution particulière plus qu'une autre avec ses limites ou contraintes.

C'est juste le travers de nos libéraux que de s'imaginer que la démocratie s'arrête à eux, c'est à dire à eux avec leurs idées sur tout, leurs préférences de ceci et cela, leurs préjugés, leur incrédulité dans le domaine de la foi et par conséquent leur acceptation à l'idée que toutes les religions devraient s'équivaloir, pour ensuite toutes recevoir un même hommage et jouir des mêmes droits, etc.

Je pense qu'un Léon XIII ne sera pas rallié en esprit à une sorte de "république de voltairiens" mais plutôt à ce que je dis : une forme de gouvernance républicaine ou démocratique ressortant d'une sorte de pacte constitutionnel et dans lequel la direction du pays puisse soutenir, encourager et promouvoir la foi catholique.

Re: Une messe de l'ICRSP

Message par prodigal » dim. 15 avr. 2018, 16:00

Si vous voulez, oui, et c'est par cette attention au particulier que le catholicisme trouve aisément un terrain d'entente avec la monarchie.
Mais peut-on dire que l'Eglise d'aujourd'hui adopte "la dynamique progressiste des libéraux"? C'est plutôt que, malgré l'hostilité inévitable entre libéralisme et catholicisme, l'Eglise trouve aussi un terrain d'entente avec le libéralisme sur la question de la dignité de la personne humaine. Voilà pourquoi, si certains traditionalistes n'envisagent pas qu'on puisse être autre chose que monarchiste, des chrétiens plus ordinaires trouvent impensable qu'on puisse rejeter la démocratie.
En tout état de cause, sur ce terrain comme sur celui de la liturgie, je crois que nous sommes condamnés à la pluralité. Mais est-ce vraiment un mal, quand comme vous et moi on est attaché à préserver les différences?

Re: Une messe de l'ICRSP

Message par Cinci » dim. 15 avr. 2018, 15:40

Prodigal,

Peut-être pourrait-on dire que si l'Église est bien universelle ou universaliste, mais elle l'est essentiellement à partir du particulier vers l'universel et sans renier le particulier. Tandis que les régimes utopiques dit "universalistes" se présentent toujours comme une recette intellectuelle construite, livrable clé en main et dans le but de supprimer un certain État cf. le bolchévisme fait disparaître le tsarisme, l'hitlérisme supprime la république de Weimar, le libéralisme élimine les privilèges d'Ancien Régime, un statu quo ou le protectionnisme de l'État ancien. Le catholicisme ne se trouve pas dans une telle obligation systémique. Le changement c'est que l'Église d'aujourd'hui adopte la dynamique progressiste des libéraux. Et c'est là que les "tradis" se trouvent largués.

Re: Une messe de l'ICRSP

Message par Suliko » dim. 15 avr. 2018, 15:06

De là à nier que l'extrême-droite existe...
Elle existe, mais si les mots avaient encore un sens, on conviendrait qu'elle est fort minoritaire et même anecdotique en France et dans bien d'autres pays.

Re: Une messe de l'ICRSP

Message par Socrate d'Aquin » dim. 15 avr. 2018, 11:26

Tout d'abord, je ne vois pas très bien ce que Poutine, le Veganisme, les migrants, les OGM et les occupations étudiantes ont à voir avec la messe tridentine.
Ensuite et surtout, je n'accuse personne de nazisme, et certainement pas Mgr Lefebvre.
Et bien le rapport est qu'actuellement on est toujours le nazi d'un autre.
Dès que l'on n'est pas politiquement correct selon son interlocuteur, on est donc nazi.
Dès lors, point besoin d'entendre votre cause, au pilori illico…
Ainsi les opposants à une liturgie qui ne permet pas d'être inventif, trouvent que toute personne qui demande une messe en latin (y compris selon le nouvel ordo) sont des nazis.
Mgr Marcel Lefebvre n'y est pour rien au monde.

Mon raisonnement est le suivant: de par son action, qu'il l'ait voulu ou non, Mgr Lefebvre a fait de la "Messe de S. Pie V" l'étendard de l'extrême-droite. Ce qui fait qu'aujourd'hui, il est assez difficile de demander la célébration de cette messe, ou même d'éléments qui ne sont pas propres à elles (orientation commune, chant grégorien, bancs de communion...) sans rallumer chez les gens (voire et surtout chez les catholiques) le soupçon de la droite dure.
Idem si vous demandez une messe du nouvel ordo en latin ad orientem… pourtant Mgr Marcel Lefebvre ne l'a peut être jamais lui-même célébrée…
L'argument est fallacieux et l'extrême droite n'a rien à voir là-dedans.
(il faudrait d'ailleurs demander à ces décérébrés qui classent tout en nazi/pas nazi ce qu'ils définissent comme étant nazi, fasciste ou d'extrême droite. Ils seraient surpris d'apprendre qu'Hitler comme Staline n'étaient pas de droite…)
Ce soupçon est-il justifié ? En un sens oui.
Que nenni.
C'est encore la rhétorique : 'tu ne penses pas comme moi, t'es donc un nazi'.
vous n'aurez pas manqué de remarquer la mention de Mgr Ducaud-Bourget, ancien résistant, que je prend soin de citer. Aussi j'espère ne pas faire partie à vos yeux de ces "décérébrés" que vous dénoncez en fin de message.
La FSSPX n'a pas besoin de la caution du moindre résistant pour ne pas avoir à subir l'accusation mensongère de nazisme, fascisme ou autre.
Si c'était le cas je pense qu'elle pourrait fournir bien plus de noms de résistants que l'on n'attendraient comme caution suffisante.

Je ne vous classais pas parmi les 'décérébrés' car il me semble que vous ne faites qu'indiquer un courant de pensée pervers qui fascise, nazifie tout ce qui s'oppose à eux. Je ne pense pas que vous y souscriviez.

Désolé si je vous ai blessé.
De fait, je n'y souscris pas.
En revanche, je pense bel et bien qu'on peut rapprocher la FSSPX de l'extrême-droite en un certain sens. Ce qui ne revient pas à dire que tous sont des disciples de Charles Maurras, loin de là; mais que dans les rangs des fondateurs de la FSSPX, on peut trouver des maurrassiens de pure souche, des royalistes, des nationalistes... et que Mgr Lefebvre a cautionné tout cela. Dès lors, dire qu'il a tendu le bâton pour se faire battre me semble n'être guère qu'un doux euphémisme.

Re: Une messe de l'ICRSP

Message par Socrate d'Aquin » dim. 15 avr. 2018, 11:20

C'est ironique? :sonne:
Pour ma part, l'extrême droite n'existe pas, au même sens que le libéralisme, la gauche, la droite, le socialisme... Ces termes recouvrent trop de choses pour être utilisé à bon escient et servent souvent d'injures.
Je connais des gens que se disent de gauche, d'autres qui se disent de droite. Mais je ne connais personne qui se dise d'extrême-droite.
Par contre, ceux qui traitent d'autres d'extrême-droite sont légion. C'est de la diabolisation. Les diabolisateurs sont du Diable.
C'est du complotisme. Que la gauche se serve de ce terme à bouche que veux-tu pour diaboliser ceux qui ne sont pas d'accord avec elle, nous sommes d'accord. De là à nier que l'extrême-droite existe...
Et ne souscrivez-vous pas à cette même logique en affirmant que vos contradicteurs sont du diable ?

Re: Une messe de l'ICRSP

Message par Cinci » dim. 15 avr. 2018, 4:07

Prodigal a écrit :
J'aurais tendance à penser que le libéralisme est incompatible non seulement avec le traditionalisme, mais même avec le catholicisme conciliaire. Voyez par exemple en Pologne, après la chute du communisme, comme les catholiques et les libéraux ont tout de suite compris qu'ils ne voulaient pas du tout la même chose.
Oui.


Mais, en revanche, je ne vous suis pas sur le nationalisme (puisque c'est le nom usuel du particularisme national). Le catholicisme, comme son nom l'indique, est un universalisme, y compris sur la question des droits (qu'on les appelle "de l'homme" ou pas). Voyez l'attitude de l'Eglise face à la polygamie.
Je veux dire que l'Église catholique traditionnelle s'accommode du fait qu'à un royaume ou à un peuple puisse correspondre une religion nationale, avec pleine et totale légitimité pour que l'autorité civile puisse défendre celle-ci. La religion catholique devient une partie essentielle de la personnalité morale du peuple. On ne touche pas à l'un sans toucher à l'autre.



C'est en ce sens que je parlais d'un particularisme. Pensez à la religion des Français. cf Charles de Foucauld ("On ne fera pas d'un musulman un Français ... ")

Re: Une messe de l'ICRSP

Message par saperlipopette » sam. 14 avr. 2018, 16:57

Je connais des gens que se disent de gauche, d'autres qui se disent de droite. Mais je ne connais personne qui se dise d'extrême-droite.
Par contre, ceux qui traitent d'autres d'extrême-droite sont légion. C'est de la diabolisation. Les diabolisateurs sont du Diable.
C'est vrai.

Haut