Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2017-2018)

Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2017-2018)

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2017-2018)

par Carolus » jeu. 26 mars 2020, 14:23

etienne lorant a écrit :
jeu. 26 mars 2020, 11:19
etienne lorant :

S'ils ont erré quarante ans dans le désert, ce n’était pas du fait de la grande étendue à parcourir, […]
Exactement, cher Étienne. :oui:
etienne lorant a écrit :
jeu. 26 mars 2020, 11:19
etienne lorant :

[…] mais parce que leur incrédulité les faisait tourner en rond par leurs "voies de poulains".
Pas exactement, cher Étienne. :(

Considérons :
Dt 1, 34-36 Le Seigneur a entendu le bruit de vos paroles, il s’est irrité et a déclaré sous serment : « Pas un seul de ces hommes, personne de cette génération mauvaise ne verra le bon pays que j’ai juré de donner à vos pères, à l’exception de Caleb, fils de Yefounnè : lui, il le verra ; à lui je le donnerai, ainsi qu’à ses fils, ce pays qu’il a foulé, car il a suivi le Seigneur sans réserve. »
À cause de leur incrédulité, le Seigneur ne leur permettait pas d’entrer dans la terre promise. :(
Jos 5, 6 Car, pendant quarante ans, les fils d’Israël avaient marché dans le désert, jusqu’à ce que tombent tous les hommes de guerre sortis d’Égypte : ils n’avaient pas écouté la voix du Seigneur. Et le Seigneur avait juré de ne pas leur laisser voir la terre qu’il avait promis à leurs pères de nous donner, une terre ruisselant de lait et de miel.
« Or, sans la foi, il est impossible d’être agréable à Dieu » (Hé 11, 6).

Je crois en un seul Dieu, le Père tout puissant, créateur du ciel et de la terre, de l'univers visible et invisible […] 🙏

Il nous faut renouveler nos pratiques

par etienne lorant » jeu. 26 mars 2020, 11:19

Lecture du livre de l’Exode
En ces jours-là,  le Seigneur parla à Moïse : « Va, descends,
car ton peuple s’est corrompu, lui que tu as fait monter du pays d’Égypte. Ils n’auront pas mis longtemps à s’écarter du chemin que je leur avais ordonné de suivre  Ils se sont fait un veau en métal fondu et se sont prosternés devant lui. Ils lui ont offert des sacrifices en proclamant : “Israël, voici tes dieux, qui t’ont fait monter du pays d’Égypte.” »  Le Seigneur dit encore à Moïse :
« Je vois que ce peuple est un peuple à la nuque raide.  Maintenant, laisse-moi faire ; ma colère va s’enflammer contre eux et je vais les exterminer ! Mais, de toi, je ferai une grande nation. » Moïse apaisa le visage du Seigneur son Dieu
en disant : « Pourquoi, Seigneur, ta colère s’enflammerait-elle contre ton peuple, que tu as fait sortir du pays d’Égypte par ta grande force et ta main puissant ?  Pourquoi donner aux Égyptiens l’occasion de dire : “C’est par méchanceté qu’il les a fait sortir; il voulait les tuer dans les montagnes et les exterminer à la surface de la terre” ? Reviens de l’ardeur de ta colère, renonce au mal que tu veux faire à ton peuple.   Souviens-toi de tes serviteurs, Abraham, Isaac et Israël, à qui tu as juré par toi-même :“Je multiplierai votre descendance comme les étoiles du ciel ; je donnerai, comme je l’ai dit, tout ce pays à vos  descendants, et il sera pour toujours leur héritage.” »  Le Seigneur renonça au mal qu’il avait voulu faire à son peup
le.

           – Parole du Seigneur.

PSAUME
(Ps 105 -106)
R/ Souviens-toi de nous, Seigneur,
dans ta bienveillance pour ton peuple.
Souviens-toi de moi, Seigneur,
dans ta bienveillance pour ton peuple.
Avec nos pères, nous avons péché,
nous avons failli et renié.

À l’Horeb ils fabriquent un veau,
ils adorent un objet en métal :
ils échangeaient ce qui était leur gloire
pour l’image d’un taureau, d’un ruminant.

Ils oublient le Dieu qui les sauve,
qui a fait des prodiges en Égypte,
des miracles au pays de Cham,
des actions terrifiantes sur la mer Rouge.

Dieu a décidé de les détruire.
C’est alors que Moïse, son élu,
surgit sur la brèche, devant lui,
pour empêcher que sa fureur les extermine
.


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
En ce temps-là, Jésus disait aux Juifs :  « Si c’est moi qui me rends témoignage, mon témoignage n’est pas vrai ;c’est un autre qui me rend témoignage, et je sais que le témoignage qu’il me rend est vrai. Vous avez envoyé une délégation auprès de Jean le Baptiste et il a rendu témoignage à la vérité. Moi, ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage  mais je parle ainsi pour que vous soyez sauvés. Jean était la lampe qui brûle et qui brille, et vous avez voulu vous réjouir un moment à sa lumière. Mais j’ai pour moi un témoignage plus grand que celui de Jean: ce sont les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir ; les œuvres mêmes que je fais témoignent que le Père m’a envoyé. Et le Père qui m’a envoyé, lui, m’a rendu témoignage. Vous n’avez jamais entendu sa voix, vous n’avez jamais vu sa face,  et vous ne laissez pas sa parole demeurer en vous, puisque vous ne croyez pas en celui que le Père a envoyé. Vous scrutez les Écritures parce que vous pensez y trouver la vie éternelle ; or, ce sont les Écritures qui me rendent témoignage, et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie !  La gloire, je ne la reçois pas des hommes; d’ailleurs je vous connais : vous n’avez pas en vous l’amour  Dieu. Moi, je suis venu au nom de mon Père,et vous ne me recevez pas ; qu’un autre vienne en son propre nom, celui-là, vous le recevrez ! Comment pourriez-vous croire, vous qui recevez votre gloire les uns des autres, et qui ne cherchez pas la gloire qui vient du Dieu unique ?  pp e pensez pas que c’est moi qui vous accuserai devant le Père. Votre accusateur, c’est Moïse, en qui vous avez mis votre espérance .  Si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, car c’est à mon sujet qu’il a écrit  Mais si vous ne croyez pas ses écrits, comment croirez-vous mes paroles ? »
           

Aelf, Paris

Ces abondantes lectures dénoncent les formes d'incrédulité et de refus de croire, purement et simplement. Et cependant, les juifs ont été délivré du joug des égyptiens. Ils sont sortis d’Égypte en traversant la mer à pieds secs. Dans leur marche, ils ont été nourris et abreuvés en ces lieux arides et inhospitaliers

S'ils ont erré quarante ans dans le désert, ce n’était pas du fait de la grande étendue à parcourir, mais parce que leur incrédulité les faisait tourner en rond par leurs "voies de poulains". On peut bien se moquer de leurs manques de fois : nous aussi nous errons dans nos incrédulités, de nos hésitations à vivre notre foi à la sortie de la messe. Et de discuter de la prestations du prêtre à l'autel...

Nous devrions nous aussi être renvoyés au désert afin de renouveler nos pratiques monotones - qui attristent les nouveaux convertis... Notre prêtre devant cette pandémie désastreuse qui saute d'une qui saute d'un pays à l'autre, nous enjoint de revoir nos pratiques de foi. A quo sert de pratiquer l'église si c'est pour sortir de la messe avec les mêmes pensées et les mêmes idées qu'on avait en entant. Quelle tristesse, quelle souffrance rajoutée à ces douleurs !



.

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2017-2018)

par Carolus » mer. 25 mars 2020, 14:08

etienne lorant a écrit :
mer. 25 mars 2020, 12:44
etienne lorant :

Lorsque nous lisons ces textes, ces textes nous considérons que nous faisons mémoire d’Événement passé qui ont compté pour nous, pour notre apprentissage de ce qu'est la vérité pour , celle qui nous confère la vie spirituelle Et c'est juste.
Vous avez raison, cher Étienne. :)
CEC 2612 En Jésus " le Royaume de Dieu est tout proche ", il appelle à la conversion et à la foi mais aussi à la vigilance. Dans la prière, le disciple veille attentif à Celui qui Est et qui Vient dans la mémoire de sa première Venue dans l’humilité de la chair et dans l’espérance de son second Avènement dans la Gloire (cf. Mc 13 ; Lc 21, 34-36).
L’Annonciation est une commémoration associée à la « première Venue dans l’humilité de la chair » (CEC 2612) de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ.
Mt 1, 23 Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils ; on lui donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous »
Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ est l’Emmanuel, c’est-à-dire « Dieu-avec-nous », n’est-ce pas ? 🙏

Le Seigneur est l'éternel présent

par etienne lorant » mer. 25 mars 2020, 12:44

Lecture du livre du prophète Isaïe
En ces jours-là, le Seigneur parla ainsi au roi Acaz :  « Demande pour toi un signe de la part du Seigneur ton Dieu, au fond du séjour des morts ou sur les sommets, là-haut » Acaz répondit : « Non, je n’en demanderai pas, je ne mettrai pas le Seigneur à l’épreuve. »  Iaïe dit alors : « Écoutez, maison de David ! Il ne vous suffit donc pas de fatiguer les hommes : il faut encore que vous fatiguiez mon Dieu. C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe : Voici que la vierge est enceinte, elle enfantera un fils, qu’elle appellera Emmanuel,     car Dieu est avec nous. »

 
PSAUME
(Ps 39 -40)
R/ Me voici, Seigneur,
je viens faire ta volonté.
Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice,
tu as ouvert mes oreilles ;
tu ne demandais ni holocauste ni victime,
alors j'ai dit : « Voici, je viens.

« Dans le livre, est écrit pour moi
ce que tu veux que je fasse.
Mon Dieu, voilà ce que j'aime :
ta loi me tient aux entrailles. »

J'annonce la justice
dans la grande assemblée ;
vois, je ne retiens pas mes lèvres,
Seigneur, tu le sais.

Je n'ai pas enfoui ta justice au fond de mon cœur,
je n'ai pas caché ta fidélité, ton salut ;
j'ai dit ton amour et ta vérité
à la grande assemblée.



Lecture de la lettre aux Hébreux
Frères,  il est impossible que du sang de taureaux et de boucs enlève les péchés.  Aussi, en entrant dans le monde, le Christ dit : Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m’as formé un corps . Tu n’as pas agréé les holocaustes ni les sacrifices pour le péché ; alors, j’ai dit : Me voici, je suis v nu, mon Dieu, pour faire ta volonté, ainsi qu’il est écrit de moi dans le Livre.    

Le Christ commence donc par dire : Tu n’as pas voulu ni agréé
les sacrifices et les offrandes, les holocaustes et les sacrifices pour le péché, ceux que la Loi prescrit d’offrir.     Puis il déclare :
Me voici, je suis venu pour faire ta volonté.Ainsi, il supprime le premier état de choses pour établir le second.     Et c’est grâce à cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande que Jésus Christ a faite de son corps, une fois pour toutes.


   

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu
dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,    à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David,
appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.
L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce,
le Seigneur est avec toi. »   À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait  ce que pouvait signifier cette salutation.  ’ange lui dit alors :,« Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus.  Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ;   il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »  Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint,il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente,
a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois,
alors qu’on l’appelait la femme stérile.  Car rien n’est impossible à Dieu. Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ;
que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitt
a
.

    – Aef Paris


Lorsque nous lisons ces textes, ces textes nous considérons que nous faisons mémoire d’Événement passé qui ont compté pour nous, pour notre apprentissage de ce qu'est la vérité pour , celle qui nous confère la vie spirituelle Et c'est juste.

Mais il y a mieux encore. On dit du Seigneur qu'iL est , qui'était et qu'Il vient. Et c'est juste. Puisque Dieu est l’éternel. Que ce la nous réjouisse, car les événements bienheureux qui sont rapportés deviennent pour nous des réalités de la grâce divines.

Comment mieux l'exprimer encore ? Lorsque nous disons que " commémorons" des événements passés, nous demeurons dans . un temps de calendrier - mais Dieu étant éternel, c'est bien aujourd'hui qu'Il vient.C'est aujourd'hui qu'Il vient, c'est aujourd'hui qu'll , vient, c'est aujourd’hui, qu'ilIl nous donne sa vie.

Si nous pouvions réellement percevoir ce qu'il advint dans une Eucharistie nous pleurerions de longues larmes de repentir, et nous l'aimerions d'autant plus chaque jour...

J'ai entendu des choses extraordinaires ce matin !



.

De la garce sanctifiande

par etienne lorant » mar. 24 mars 2020, 13:28

Lecture du livre du prophète Ézékiel
En ces jours-là, au cours d’une vision reçue du Seigneur, l’homme me fit revenir à l’entrée de la Maison, et voici : sous le seuil de la Maison, de l’eau jaillissait vers l’orient, puisque la façade de la Maison était du côté de l’orient.  L’eau descendait de dessous le côté droit de la Maison, au sud de l’autel. L’homme me fit sortir par la porte du nord et me fit faire le tour par l’extérieur,jusqu’à la porte qui fait face à l’orient, et là encore l’eau coulait du côté droit. L’homme s’éloigna vers l’orient, un cordeau à la main,et il mesura une distance de mille coudées ; alors il me fit traverser l’eau : j’en avais jusqu’aux chevilles. Il mesura encore mille coudées et me fit traverser l’eau : j’en avais jusqu’aux genoux. Il mesura encore mille coudées et me fit traverser : j’en avais jusqu’aux reins. Il en mesura encore mille : c’était un torrent que je ne pouvais traverser ; l’eau avait grossi, il aurait fallu nager : c’était un torrent infranchissable. Alors il me dit : « As-tu vu, fils d’homme ? » Puis il me ramena au bord du torrent. Quand il m’eut ramené, voici qu’il y avait au bord du torrent, de chaque côté, des arbres en grand nombre. Il me dit : « Cette eau coule vers la région de l’orient, elle descend dans la vallée du Jourdain, et se déverse dans la mer Morte, dont elle assainit les eaux. En tout lieu où parviendra le torrent, tous les animaux pourront vivre et foisonner.Le poisson sera très abondant, car cette eau assainit tout ce qu’elle pénètre, et la vie apparaît en tout lieu où arrive le torrent. Au bord du torrent, sur les deux rives,toutes sortes d’arbres fruitiers pousseront ; leur feuillage ne se flétrira pas et leurs fruits ne manqueront pas. Chaque mois ils porteront des fruits nouveaux, car cette eau vient du sanctuaire.  Les fruits seront une nourriture, et les feuilles un remède. »



PSAUME
(45 -46)
R/ Il est avec nous, le Dieu de l’univers ;
citadelle pour nous, le Dieu de Jacob !
Dieu est pour nous refuge et force,
secours dans la détresse, toujours offert.
Nous serons sans crainte si la terre est secouée,
si les montagnes s’effondrent au creux de la mer.

Le Fleuve, ses bras réjouissent la ville de Dieu,
la plus sainte des demeures du Très-Haut.
Dieu s’y tient : elle est inébranlable ;
quand renaît le matin, Dieu la secourt.

Il est avec nous, le Seigneur de l’univers ;
citadelle pour nous, le Dieu de Jacob !
Venez et voyez les actes du Seigneur,
il détruit la guerre jusqu’au bout du monde
.


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
À l’occasion d’une fête juive, Jésus monta à Jérusalem. Or, à Jérusalem, près de la porte des Brebis, il existe une piscine qu’on appelle en hébreu Bethzatha. Elle a cinq colonnades, sous lesquelles étaient couchés une foule de malades, aveugles, boiteux et impotents. Il y avait là un homme qui était malade depuis trente-huit ans. Jésus, le voyant couché là, et apprenant qu’il était dans cet état depuis longtemps, lui dit : « Veux-tu être guéri ? » Le malade lui répondit : « Seigneur, je n’ai personne pour me plonger dans la piscine au moment où l’eau bouillonne ; et pendant que j’y vais, un autre descend avant moi. » Jésus lui dit :« Lève-toi, prends ton brancard, et marche. » Et aussitôt l’homme fut guéri.Il prit son brancard : il marchait ! Or, ce jour-là était un jour de sabbat.Les Juifs dirent donc à cet homme que Jésus avait remis sur pied : « C’est le sabbat ! Il ne t’est pas permis de porter ton brancard. » Il leur répliqua :  « Celui qui m’a guéri, c’est lui qui m’a dit : “Prends ton brancard, et marche !” » Ils l’interrogèrent : « Quel est l’homme qui t’a dit :“Prends ton brancard, et marche” ? » Mais celui qui avait été rétabli ne savait pas qui c’était ; en effet, Jésus s’était éloigné, car il y avait foule à cet endroit. P us tard, Jésus le retrouve dans le Temple et lui dit : « Te voilà guéri. Ne pèche plus, il pourrait t’arriver quelque chose de pire. » L’homme partit annoncer aux Juifs que c’était Jésus qui l’avait guéri. Et ceux-ci persécutaient Jésus parce qu’il avait fait cela le jour du sabbat.



– Aelf, Paris

On ne le dit pas souvent  - , mais le sacrement du baptême est une onction qui purifie et qui permet l'accès  aux autres sacrements. Ni pus, ni  moins, le baptême est bel et bien un exorcisme :  la nouvelle âme va pouvoir s'ouvrir à la grâce  et lui conférera les capacités de faire le bien et de chasser le mal. Nous ne pouvons nous en rendre compte, mais notre enfance  de baptisé est baignée d'une grâce initiée par l'amour de Dieu.

Il arrive au bambins de piquer des colère qui peuvent les faire tomber dans une crise d’hystérie  dangereuse .  Mais la crise , si l'on n'y prête pas attention peut finir par développer une  grave diminution de la conscience qui prédisposé à la rage.  Pour mettre à de telle crises ces , les parents bien prévenus les plonges quelques instants dans l'eau froide  qui éteint la crise en "éteignant la colère tout comme l'eau éteint le feu. Ne nous étonnons pas que des dictateurs finissent mal car ils perdent le sens communs.

Quant à nous Ail nous faut cultiver la patience  la douceur et l'humilité.   Parmi nous , il y a de ces hommes et de ses femmes qui nous donne envie être bon notre tour...



.

La foi en vue de la joie parfaite

par etienne lorant » lun. 23 mars 2020, 12:09

Lecture du livre du prophète Isaïe
Ainsi parle le Seigneur : Oui, voici : je vais créer un ciel nouveau et une terre nouvelle, on ne se souviendra plus du passé, il ne reviendra plus à l’esprit. Soyez plutôt dans la joie, exultez sans fin pour ce que je crée. Car je vais recréer Jérusalem, pour qu’elle soit exultation, et que son peuple devienne joie. J’exulterai en Jérusalem, je trouverai ma joie dans mon peuple. On n’y entendra plus de pleurs ni de cris. Là, plus de nourrisson emporté en  quelques jours, ni d’homme qui ne parvienne au bout de sa vieillesse ; le plus jeune mourra centenaire, ne pas atteindre cent ans sera malédiction. On bâtira des maisons, on y habitera ; on plantera des vignes, on mangera leurs fruits.



PSAUME
(29 -30)
R/ Je t’exalte, Seigneur : tu m’as relevé.
Je t’exalte, Seigneur : tu m’as relevé.
Quand j’ai crié vers toi, Seigneur.
Seigneur, tu m’as fait remonter de l’abîme
et revivre quand je descendais à la fosse.

Fêtez le Seigneur, vous, ses fidèles,
rendez grâce en rappelant son nom très saint.
Sa colère ne dure qu’un instant, sa bonté, toute la vie ;
avec le soir, viennent les larmes,    mais au matin, les cris de joie.

Et j’ai crié vers toi, Seigneur,
j’ai supplié mon Dieu.
Tu as changé mon deuil en une danse.
Que sans fin, Seigneur, mon Dieu, je te rende grâce !





Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
En ce temps-là,  après avoir passé deux jours chez les Samaritains, Jésus partit de là pour la Galilée.– Lui-même avait témoigné qu’un prophète n’est pas considéré dans son propre pays. Il arriva donc en Galilée ; les Galiléens lui firent bon accueil, car ils avaient vu tout ce qu’il avait fait à Jérusalem pendant la fête de la Pâque, puisqu’ils étaient allés eux aussi à cette fête.  Ainsi donc Jésus revint à Cana de Galilée, où il avait changé l’eau en vin. Or, il y avait un fonctionnaire royal, dont le fils était malade à Capharnaüm. Ayant appris que Jésus arrivait de Judée en Galilée, il alla le trouver ; il lui demandait de descendre à Capharnaüm pour guérir son fils qui était mourant. Jésus lui dit : « Si vous ne voyez pas de signes et de prodiges, vous ne croirez donc pas ! » Le fonctionnaire royal lui dit : « Seigneur, descends, avant que mon enfant ne meure ! » Jésus lui répond : « Va, ton fils est vivant. » L’homme crut à la parole que Jésus lui avait dite et il partit. Pendant qu’il descendait, ses serviteurs arrivèrent à sa rencontre et lui dirent que son enfant était vivant. Il voulut savoir à quelle heure il s’était trouvé mieux. Ils lui dirent : « C’est hier, à la septième heure (au début de l’après- midi), que la fièvre l’a quitté. » Le père se rendit compte que c’était justement l’heure où Jésus lui avait dit : « Ton fils est vivant. » Alors il crut, lui, ainsi que tous les gens de sa maison.  Tel fut le second signe que Jésus accomplit lorsqu’il revint de Judée en Galilée




– Aelf, Paris

Il nous faut grandir dans la foi,  de cette foi qui est d'abord hésitante et incrédule.  Trop souvent les hommes parlent comme des païens et des hommes parfaitement raisonnables, cartésiens  de la tète jusqu'aux pieds.   l'homme n'est pas du tout raisonnable et cartésien

Combien d'entre nous n'a-t'il pas  usé de son intelligence au service de ses désirs ? Et et cela beaucoup plus qu'en vue du bien commun ? Nous sommes tous entraînes à nous servir de notre intelligence pour satisfaire nos désirs ?  Et les moines de s’entraîner à  muer de l’égoïsme à la charité  parfaite qui fait fleurir les âmes dans l’amour parfait ?  Sur ce thème  saint d'Assise  a fait du dépouillent le plus sûr chemin de la foi en vue de la sainteté parfaite devenue à ses yeux le plus court chemin vers le saut bienheureux...

Cet exercice est celui d'un saint François d'assise- car on ne peut parvenir à la joie parfaite sans avoir d'abord renoncé à tout de ce qui fait du  monde un démon...
Puissions-nous faire fleurir le printemps de nos âmes  

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2017-2018)

par Carolus » sam. 21 mars 2020, 14:20

etienne lorant a écrit :
sam. 21 mars 2020, 11:41
etienne lorant :

Quel est, ce matin, aujourd'hui, le sacrifice qui plait à Dieu ?
Vous posez une bonne question, cher Étienne. :oui:

Voici la réponse que vous citez des lectures de la messe :
PSAUME
(50 -51)
R/ Tu veux la fidélité, Seigneur,
non le sacrifice.

Le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un esprit brisé ;
tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un cœur brisé et broyé.

Dieu nous dit : « Je veux la fidélité, non le sacrifice, la connaissance de Dieu plus que les holocaustes. » (Os 6, 6)

Restons donc fidèles à notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, n’est-ce pas ? 🙏

Produire un sacrifice qui plaise à Dieu

par etienne lorant » sam. 21 mars 2020, 11:41

Lecture du livre du prophète Osée
Venez, retournons vers le Seigneur ! il a blessé, mais il nous guérira ; il a frappé, mais il nous soignera.Après deux jours, il nous rendra la vie ; il nous relèvera le troisième jour : alors, nous vivrons devant sa face. Efforçons-nous de connaître le Seigneur : son lever est aussi sûr que l’aurore ;il nous viendra comme la pluie, l’ondée qui arrose la terre. – Que ferai-je de toi, Éphraïm ?Que ferai-je de toi, Juda ?Votre fidélité, une brume du matin,une rosée d’aurore qui s’en va. Voilà pourquoi j’ai frappé par mes prophètes, donné la mort par les paroles de ma bouche :mon jugement jaillit comme la lumière. Je veux la fidélité, non le sacrifice, la connaissance de Dieu plus que les holocaustes.



PSAUME
(50 -51)
R/ Tu veux la fidélité, Seigneur,
non le sacrifice.
Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.

Si j’offre un sacrifice, tu n’en veux pas,
tu n’acceptes pas d’holocauste.
Le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un esprit brisé ;
tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un cœur brisé et broyé.

Accorde à Sion le bonheur,
relève les murs de Jérusalem.
Alors tu accepteras de justes sacrifices,
oblations et holocaustes sur ton autel.




Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
En ce temps-là, à l’adresse de certains qui étaient convaincus d’être justes et qui méprisaient les autres,Jésus dit la parabole que voici :« Deux hommes montèrent au Temple pour prier. L’un était pharisien, et l’autre, publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts).Le pharisien se tenait debout et priait en lui-même : “Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes – ils sont voleurs, injustes, adultères –, ou encore comme ce publicain.Je jeûne deux fois par semaine et je verse le dixième de tout ce que je gagne.” Le publicain, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant :“Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis !” Je vous le déclare : quand ce dernier redescendit dans sa maison, c’est lui qui était devenu un homme juste, plutôt que l’autre. Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. »

– Aelf, Paris

Quel est, ce matin,  aujourd'hui, le sacrifice qui plait à Dieu ? Dans la situation que nous connaissons tous ? Beaucoup ne trouverons pas de réponse, puisque les consignes des autorités  sont de limiter les contacts, de se calfeutrer chez soi et de se laver soigneusement les mains ?  Quel paradoxe que celui de vivre notre foi mais en toutes sortes d'occasion ?

Mais ce serait oublier que nous disposons de matériels  de communication performant. A la première annonce  de l'arrivée du virus tueur, la première consigne fut de devoir se  limiter les rencontres, de ne échanger  de baisés,  poignées de mains, ni d'un échange de simples échange de de saluts entrevois ...

Et cependant, cette épidémie va permettre de lancer à grande échelle les systèmes de visioconférence.  Il suffit, tout simplement de mettre en oeuvre les techniques nouvelles de conférences à distance. Et dire que ces systèmes  existent depuis les premiers envois d'hommes dans l'espaces !  Un écran connecté départ et d'autre  et il n'y ara plus de plus de confinement sévère .  Faites donc rappeler aux  personnels des maisons de repos, ce sera pour vous une bonne action qui vous  sera retenue et rendue au nom de la charité parfaite ...



.

Un appel à la conversion continuée

par etienne lorant » ven. 20 mars 2020, 11:15

Lecture du livre du prophète Osée  
Ainsi parle le Seigneur : Reviens, Israël, au Seigneur ton Dieu ; car tu t’es effondré par suite de tes fautes. Revenez au Seigneur en lui présentant ces paroles : « Enlève toutes les fautes, et accepte ce qui est bon. Au lieu de taureaux, nous t’offrons en sacrifice les paroles de nos lèvres. Puisque les Assyriens ne peuvent pas nous sauver, nous ne monterons plus sur des chevaux, et nous ne dirons plus à l’ouvrage de nos mains :“Tu es notre Dieu”, car de toi seul l’orphelin reçoit de la tendresse. »

Voici la réponse du Seigneur : Je les guérirai de leur infidélité, je les aimerai d’un amour gratuit, car ma colère s’est détournée d’Israël. Je serai pour Israël comme la rosée, il fleurira comme le lis, il étendra ses racines comme les arbres du Liban. Ses jeunes pousses vont grandir, sa parure sera comme celle de l’olivier,
son parfum, comme celui de la forêt du Liban. Ils reviendront s’asseoir à son ombre, ils feront revivre le froment, ils fleuriront comme la vigne, ils seront renommés comme le vin du Liban.
Éphraïm !  eux-tu me confondre avec les idoles ? C’est moi qui te réponds et qui te regarde. Je suis comme le cyprès toujours vert,
c’est moi qui te donne ton fruit. Qui donc est assez sage
pour comprendre ces choses, assez pénétrant pour les saisir ?
Oui, les chemins du Seigneur sont droits : les justes y avancent, mais les pécheurs y trébuchent

.



PSAUME
(80 -81)
R/ C’est moi, le Seigneur ton Dieu,
écoute ma voix.
J’entends des mots qui m’étaient inconnus :
« J’ai ôté le poids qui chargeait ses épaules ;
ses mains ont déposé le fardeau.
Quand tu criais sous l’oppression, je t’ai sauvé.

« Je répondais, caché dans l’orage,
je t’éprouvais près des eaux de Mériba.
Écoute, je t’adjure, ô mon peuple ;
vas-tu m’écouter, Israël ?

« Tu n’auras pas chez toi d’autres dieux,
tu ne serviras aucun dieu étranger.
C’est moi, le Seigneur ton Dieu,
qui t’ai fait monter de la terre d’Égypte !

« Ah ! Si mon peuple m’écoutait,
Israël, s’il allait sur mes chemins !
Je le nourrirais de la fleur du froment,
je le rassasierais avec le miel du rocher !
»




Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, un scribe s’avança vers Jésus pour lui demander :
« Quel est le premier de tous les commandements ? » Jésus lui fit cette réponse : « Voici le premier : Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur.  Tu aimeras le Seigneur ton Dieu
de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. Et voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. »
Le scribe reprit : « Fort bien, Maître, tu as dit vrai: Dieu est l’Unique et il n’y en a pas d’autre que lui. L’aimer de tout son cœur, de toute son intelligence, de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même,vaut mieux que toute offrande d’holocaustes et de sacrifices. » Jésus, voyant qu’il avait fait une remarque judicieuse, lui dit : « Tu n’es pas loin du royaume de Dieu. » Et personne n’osait plus l’interroger.


– Aelf, Paris  

Si les maîtres du temple Jérusalem étaient résolus contre Jn'était pas le cas de tous. De très nombreuses ppersonnes avaient assisté à des guérisons inexpliquée - et aussi ces conversions inespérée, ainsi que des exorcismes.  Comment donc un homme  qui chasse les démons, qui guérit les malades et jusqu’à faire sortir un mort de son tombeau...  comment peut-on  encore  aller jusqu'à dire que c'est avec le secours du diable que Jésus guérissait les hommes et chasser les démons ?  Les  juifs du temple étaient prêt à  pour garder leur pouvoir sur les âmes les plus vulnérables...

Mais en dépit même des insultes et des accusations mensonges, voici qu'un scribe contredit les accusateurs  et manifeste la grâce qu'il vient de saisir au vol. Ce maître parmi les autres à réellement qu'en Jésus réside une sagesse qui passe au-delà des considérations toutes faites.  On ne peut pas contredire quiconque a puisé à la source même de la a grâce ...

Heureux sommes-nous qui avons sans avoir vu!



.

La lettre tue mais l'esprit donne la vie

par Gabriel1956 » mer. 12 juin 2019, 10:33

Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens
Frères, si nous avons une telle confiance en Dieu par le Christ, ce n’est pas à cause d’une capacité personnelle que nous pourrions nous attribuer : notre capacité vient de Dieu. Lui nous a rendus capables d’être les ministres d’une Alliance nouvelle, fondée non pas sur la lettre mais dans l’Esprit ; car la lettre tue, mais l’Esprit donne la vie. Le ministère de la mort, celui de la Loi gravée en lettres sur des pierres, avait déjà une telle gloire que les fils d’Israël ne pouvaient pas fixer le visage de Moïse à cause de la gloire, pourtant passagère, qui rayonnait de son visage. Combien plus grande alors sera la gloire du ministère de l’Esprit ! Le ministère qui entraînait la condamnation, celui de la Loi, était déjà rayonnant de gloire ; combien plus grande sera la gloire du ministère qui fait de nous des justes ! Non, vraiment, ce qui, dans une certaine mesure, a été glorieux ne l’est plus, parce qu’il y a maintenant une gloire incomparable. Si, en effet, ce qui était passager a connu un moment de gloire, combien plus ce qui demeure restera- t-il dans la gloire !


PSAUME
(Ps 98 -99)
R/ Tu es saint, Seigneur notre Dieu !
Exaltez le Seigneur notre Dieu,
prosternez- vous au pied de son trône,
car il est saint !

Moïse et le prêtre Aaron, Samuel, le Suppliant,
tous, ils suppliaient le Seigneur,
et lui leur répondait.

Dans la colonne de nuée, il parlait avec eux ;
ils ont gardé ses volontés,
les lois qu’il leur donna.

Seigneur notre Dieu, tu leur as répondu :
avec eux, tu restais un Dieu patient,
mais tu les punissais pour leurs fautes.

Exaltez le Seigneur notre Dieu,
prosternez- vous devant sa sainte montagne,
car il est saint, le Seigneur notre Dieu.


ÉVANGILE DE JÉSUS CHRIST SELON SAINT MATTHIEU
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux. »


– Aelf, Paris.


La parole de Dieu n'est pas faite pour se retrouver enfermée dans une récitation indéfinie, comme s'il s'atissait de connaître tous les préceptes afin de les accomplir comme le ferait un robot programmé.  Dieu ne nous demande pas de devenir aussi précis que le programme d'un ordinateur. Evidemment, cela fait sourire, mais pratiquement ils sont nombreux ces fidèles qui vont à la messe en se disant qu'ayant respecté tous les sacrements en temps et en heure,  ils sont "en règle" de sorte que Dieu ne peut que les bénir, eux et leurs projets et leurs œuvres .  

Mais agir ainsi envers le Seigneur,  c'est le méconnaître  car la lettre tue mais c'est l'esprit qui fait vivre.

De la sorte, l'homme qui vient prier le Seigneur en église, s'il se dit :  "Je respecte toutes les règles et tous les préceptes de la vie en Eglise, et donc, je dois être exaucé....   Eh bien, cet homme découvrira en temps et en heure que le projet qu'il avait confié à Dieu dans la prière ... ne se réalise pas comme il en avait espéré début. Mais il a été exaucé dans la mesure où sa demande lui conviendra le mieux. Et cela, tout simplement parce que Dieu sait par avance tout ce qui sera bon et juste nous mêmes...

Lorsque nous prions, soyons certains que nous serons exaucés selon le dessein de Dieu sur nous. Et notre prêtre a conclu en "égratignant"  le rite en latin : la messe n'est pas un rituel, il n'y a pas d'abracada
de la grâce"....


.

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2017-2018)

par Carolus » mar. 11 juin 2019, 19:42

Gabriel1956 a écrit :
mar. 11 juin 2019, 9:33
Gabriel1956 :
Véritablement, lorsque l'on a entendu l'Ité Missa Est, ce n'est pas une fin mais c'est véritablement un envoi à la mission - si simple qu'il paraisse !
Vous avez raison, cher Gabriel1956. :(
CEC 2 [Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ] a envoyé les apôtres qu’Il avait choisis en leur donnant mandat d’annoncer l’Évangile : " Allez, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et moi, je suis avec vous pour toujours, jusqu’à la fin du monde " (Mt 28, 19-20).
Allons donc, car la « moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux » (Mt 9, 37) :!:

Nous avons tous été envoyés !

par Gabriel1956 » mar. 11 juin 2019, 9:33

Lecture du livre des Actes des Apôtres
En ces jours-là, à Antioche,   un grand nombre de gens devinrent croyants et se tournèrent vers le Seigneur. La nouvelle parvint aux oreilles de l’Église de Jérusalem, et l’on envoya Barnabé jusqu’à Antioche.   À son arrivée, voyant la grâce de Dieu à l’œuvre, il fut dans la joie. Il les exhortait tous à rester d’un cœur ferme attachés au Seigneur.   C’était en effet un homme de bien, rempli d’Esprit Saint et de foi. Une foule   considérable s’attacha au Seigneur.  Barnabé partit alors à Tarse chercher Saul.  L’ayant trouvé, il l’amena à Antioche. Pendant toute une année, ils participèrent aux assemblées de l’Église, ils instruisirent une foule considérable. Et c’est à Antioche que, pour la première fois, les disciples reçurent le nom de « chrétiens ».    Or il y avait dans l’Église qui était à Antioche des prophètes et des hommes chargés d’enseigner :Barnabé, Syméon appelé Le Noir, Lucius de Cyrène, Manahène, compagnon d’enfance d’Hérode le Tétrarque,
et Saul. Un jour qu’ils célébraient le culte du Seigneur et qu’ils jeûnaient, l’Esprit Saint leur dit : « Mettez à part pour moi Barnabé et Saul en vue de l’œuvre à laquelle je les ai appelés. »  Alors, après avoir jeûné et prié, et leur avoir imposé les mains,
ils les laissèrent partir.

         

PSAUME
(118 -119), 129-130, 131-132, 133.135)
R/ Pour ton serviteur,
que ton visage s’illumine, Seigneur
Quelle merveille, tes exigences,
aussi mon âme les garde !
Déchiffrer ta parole illumine,
et les simples comprennent.

La bouche grande ouverte, j’aspire,
assoiffé de tes volontés.
Aie pitié de moi, regarde- moi :
tu le fais pour qui aime ton nom.

Que ta promesse assure mes pas :
qu’aucun mal ne triomphe de moi !
Pour ton serviteur que ton visage s’illumine :
apprends- moi tes commandements.


Evangile selon saint Jean
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel devient fade, comment lui rendre de la saveur ? Il ne vaut plus rien : on le jette dehors et il est piétiné par les gens. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors, voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. »


– Cy A elf, Paris



L'Evangile est bien la lumière qui luit dans les ténèbres. Elle fut, du temps des premiers apôtres comme elle est encore aujourd'hui. On dira qu'il y eut un temps apostolique et que l'Eglise est désormais bien établie, mais méfions-nous de cette assurance trop simple, car la Parole doit continuellement être proclamée. Certes, nous n'avons pas les dons d'un saint Paul, d'un saint Pierre d'un saint Luc et d'un saint Jean mais nous avons nous aussi des talents afin de poursuivre, dans le temps qui nous est imparti, d'annoncer le message de l'amour de Dieu qui cherche à sauver toutes les âmes.

Que les parents ne négligent pas le cathétérisme qui permet d'accéder à une connaissance sur l'histoire des hommes - mais qui, tout autant, pousse et engage à manifester que la création se poursuit par tous les mouvements de l'esprit et du cœur qui nous animent dans le présent.

Si nous sommes véritablement "fidèles" et si vraiment nous aimons Dieu, nous deviendrons aussi bien fidèles qu’apôtres. Véritablement, lorsque l'on a entendu l'Ité Missa Est, ce n'est pas une fin mais c'est véritablement un envoi à la mission - si simple qu'il paraisse !



.

Re: Philosophie n'est pas vérité

par Carolus » mer. 29 mai 2019, 13:39

etienne lorant a écrit :
mer. 29 mai 2019, 10:11
etienne lorant :
On ne parvient pas à la foi si l'on l'on se limite à connaître parfaitement son catéchisme - car pour vivre une authentique, conversion, il faut un renfoncement aux règles de l'existence - il faut avoir "plongé dans l’Évangile - en le pratiquant jusqu'en vers ceux qui nous rejettent.
Vous avez raison, cher Étienne. :)
Mt 5, 44-45 Eh bien ! moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux
Avec l’aide du Saint-Esprit, aimons donc nos ennemis et prions pour ceux qui nous persécutent !

Philosophie n'est pas vérité

par etienne lorant » mer. 29 mai 2019, 10:11

Lecture du livre des Actes des Apôtres
En ces jours-là, ceux qui escortaient Paul le conduisirent jusqu’à Athènes. Puis ils s’en retournèrent, porteurs d’un message, avec l’ordre, pour Silas et Timothée, de rejoindre Paul le plus tôt possible.  Alors Paul, debout au milieu de l’Aréopage, fit ce discours : « Athéniens,je peux observer que vous êtes, en toutes choses,  des hommes particulièrement religieux. En effet, en me promenant et en observant vos monuments sacrés, j’ai même trouvé un autel avec cette inscription : “Au dieu inconnu.” Or, ce que vous vénérez sans le  connaître, voilà ce que, moi, je viens vous annoncer. Le Dieu qui a fait le monde et tout ce qu’il contient, lui qui est Seigneur du ciel et de la terre, n’habite pas des sanctuaires faits de main d’homme ; il n’est pas non plus servi par des mains humaines, comme s’il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à tous la vie, le souffle et tout le nécessaire. À partir d’un seul homme, il a fait tous les peuples pour qu’ils habitent sur toute la surface de la terre, fixant les moments de leur histoire et les limites de leur habitat ; Dieu les a faits pour qu’ils le cherchent et, si possible, l’atteignent et le trouvent, lui qui, en fait, n’est pas loin de chacun de nous. Car c’est en lui que nous avons la vie, le mouvement et l’être. Ainsi l’ont également dit certains de vos poètes : Nous sommes de sa descendance. Si donc nous sommes de la descendance de Dieu, nous ne devons pas penser que la divinité est pareille à une statue d’or, d’argent ou de pierre sculptée par l’art et l’imagination de l’homme. Et voici que Dieu, sans tenir compte des temps où les hommes l’ont ignoré, leur enjoint maintenant de se convertir, tous et partout. En effet, il a fixé le jour où il va juger la terre avec justice, par un homme qu’il a établi pour cela, quand il l’a accrédité auprès de tous en le ressuscitant d’entre les morts. » Quand ils entendirent parler de résurrection des morts, les uns se moquaient, et les autres déclarèrent : « Là-dessus nous t’écouterons une autre fois. » C’est ainsi que Paul, se retirant du milieu d’eux, s’en alla. Cependant quelques hommes s’attachèrent à lui et devinrent croyants. Parmi eux, il y avait Denys, membre de l’Aréopage, et une femme nommée Damaris, ainsi que d’autres avec eux. Après cela, Paul s’éloigna d’Athènes et se rendit à Corinthe.

PSAUME
(148, 1-2)
R/ Le ciel et la terre sont remplis de ta gloire.
Louez le Seigneur du haut des cieux,
louez-le dans les hauteurs.
Vous, tous ses anges, louez-le,
louez-le, tous les univers.

Les rois de la terre et tous les peuples,
les princes et tous les juges de la terre ;
tous les jeunes gens et jeunes filles,
les vieillards comme les enfants.

Qu’ils louent le nom du Seigneur,
le seul au-dessus de tout nom ;
sur le ciel et sur la terre, sa splendeur :
louange de tous ses fidèles !


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : mais ce qu’il aura entendu, il le dira ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître. Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »

– Aelf, Paris


Comment l'annonce de l’Évangile ?  Sans doute parce que saint Paul a cherché à inscrire la bonne nouvelle de l’Évangile en s'efforçant d'adopter la manière de réfléchir qu'avaient adopter la manière de réfléchir des dignitaires de l’aréopage : c'était comme un jeu de puzzle dans lequel les pièces seraient des idées, quelles qu'elles soient.  C'est intéressant et parfois réjouissant, mais fondamentalement, ce n'est pas cette méthode que l'on parviendra à la vérité tout entière, cette vérité qui nous bouscule  et nous conduit à la foi.  On ne parvient pas à la foi si l'on l'on se limite à connaître parfaitement son catéchisme - car pour vivre une authentique, conversion, il faut un renfoncement aux règles de l'existence - il faut avoir "plongé dans l’Évangile - en le pratiquant jusqu'en vers ceux qui nous rejettent.  Voici donc le message illustré des lectures de ce jour :  il nous faut bien prier l'Esprit saint de parler par notre bouche , avec toute l'humilité que cela exige

Pour conclure son homélie en citant un extrait du Journal d'un curé de campagne dans lequel le prêtre déclare: "Lorsque le bon Dieu tire de moi, au hasard, une  parole utile aux âmes,  je la reconnais à la souffrance qu'elle m'inflige !"   Si l'on ne s'abandonne pas à l'Esprit saint, nous resterons de simples pénitents qui recherchent dans l'ombre la lumière infinie de l'amour de Dieu"...




.

Accomplir aujourd’hui un signe d'amour et de foi en Dieu

par etienne lorant » mer. 22 mai 2019, 10:38

Lecture du livre des Actes des Apôtres
En ces jours-là, des gens, venus de Judée à Antioche, enseignaient les frères en disant : « Si vous n’acceptez pas la circoncision selon la coutume qui vient de Moïse, vous ne pouvez pas être sauvés. » Cela provoqua un affrontement ainsi qu’une vive discussion engagée par Paul et Barnabé contre ces gens-là. Alors on décida que Paul et Barnabé, avec quelques autres frères, monteraient à Jérusalem auprès des Apôtres et des Anciens pour discuter de cette question. L’Église d’Antioche facilita leur voyage. Ils traversèrent la Phénicie et la Samarie en racontant la conversion des nations, ce qui remplissait de joie tous les frères. À leur arrivée à Jérusalem, ils furent accueillis par l’Église, les Apôtres et les Anciens, et ils rapportèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux. Alors quelques membres du groupe des pharisiens qui étaient devenus croyants intervinrent pour dire qu’il fallait circoncire les païens et leur ordonner d’observer la loi de Moïse. Les Apôtres et les Anciens se réunirent pour examiner cette affaire.



PSAUME
(121 -122)
R/ Dans la joie, nous irons
à la maison du Seigneur.
Quelle joie quand on m’a dit :
« Nous irons à la maison du Seigneur ! »

Maintenant notre marche prend fin
devant tes portes, Jérusalem !
Jérusalem, te voici dans tes murs :
ville où tout ensemble ne fait qu’un !

C’est là que montent les tribus,
les tribus du Seigneur.
C’est là qu’Israël doit rendre grâce
au nom du Seigneur.
’est là le siège du droit,
le siège de la maison de David
.


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ; tout sarment qui porte du fruit, il le purifie en le taillant, pour qu’il en porte davantage. Mais vous, déjà vous voici purifiés grâce à la parole que je vous ai dite. Demeurez en moi, comme moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi. Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure,

celui-là porte beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire.Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est, comme le sarment, jeté dehors, et il se dessèche. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent. Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous. Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit et que vous soyez pour moi des disciples. »


– Aelf, Paris

Les autorités du temple de Jérusalem se mettent à craindre le renouvellement de la pratique religieuse qui s'attachera beaucoup plus  à l'annonce du Salut, lequel est lié au baptême.   C'est vraiment tout simple de baisser la tête et de recevoir l'onction du baptême .  La circoncision est abolie :  ce n'est plus par la circoncision que l'on devient fidèle, mais par une simple onction sur le front.  Le lien à Dieu se passe  bien d'un signe dans la chair, puisque la manifestation de la foi est une grâce de foi qui appelle simplement  à aimer Dieu et aimer son prochain pour l'amour de Dieu.  Si circoncision il y a, c'est une circoncision de l'âme qui se détourne du  du péché.  D'une manière ou d'une autre, l'homme sait discerner le bien du mal - et cela remonte  au péché originel...

Cette simplification extraordinaire de la pratique de la religion, c'est ce que les pharisiens redoutaient.  En effet, si Dieu devient si facile d'accès, il n'est plus nécessaire de s'encombrer de rites sanglants lors de la Pâques, parmi d'autres nombreuses manifestations extérieures d'adhésions aux volontés divines. Car Dieu sait très bien tous les mobiles qui suscitent le cœur aussi bien que l'intelligence.

Avec la venue du Christ et l'extraordinaire manifestation de l'amour de Dieu, c'est en toute occasions que les hommes ont l'occasion de manifester l'amour de Dieu qui ne cesse de susciter le souci de la vérité, le regrets des fautes, l'offrande d'un jeûne, l'assistance procurée au prochain, etc.   Notre prêtre a conclu simplement:
"Appliquez aujourd'hui-même  votre conscience à la recherche d'une bonne action envers autrui quel qu'il soit Jésus est bien présent dans votre prochain quel qu'il qu'il soit... "


Qui d'entre nous relèvera ce défi ?
.

Haut