Questions sur l'évangile du jour

Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes

Répondre


Cette question est un moyen de lutter contre les publications automatisées indésirables.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Accéder à davantage d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Questions sur l'évangile du jour

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message par Carolus » sam. 16 mars 2019, 1:34

Hantouane :
Et traiter de fou quelqu'un est aussi une des pires injures, c'est le décrédibiliser totalement.
Vous avez raison, cher Hantouane. :(
CEC 2392 Si la colère va jusqu’au désir délibéré de tuer le prochain ou de le blesser grièvement, elle va gravement contre la charité ; elle est péché mortel. Le Seigneur dit : " Quiconque se met en colère contre son frère sera passible du jugement " (Mt 5, 22).
Traiter de fou quelqu’un est péché mortel selon notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ : Si quelqu’un insulte son frère, il devra passer devant le tribunal. Si quelqu’un le traite de fou, il sera passible de la géhenne de feu (Mt 5, 22). :(

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message par Hantouane » ven. 15 mars 2019, 19:53

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Je vous le dis : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux.
Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : ‘Tu ne commettras pas de meurtre’, et si quelqu'un commet un meurtre, il devra passer en jugement.
Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement. Si quelqu’un insulte son frère, il devra passer devant le tribunal. Si quelqu’un le traite de fou, il sera passible de la géhenne de feu.
Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,
laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande.
Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison.
Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou. »
N'est-ce pas d'actualité cette justice ? Je pense notamment à la diffamation. Si l'on sait bien utiliser le droit ou qu'on ait un bon avocat, toute injure peut tomber sur le coup de la loi. Et traiter de fou quelqu'un est aussi une des pires injures, c'est le décrédibiliser totalement.

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message par Carolus » ven. 15 mars 2019, 0:12

Hantouane :

Tout comme la prière du Notre Père, Jésus se réfère encore à votre Père qui est aux cieux. Nous sommes donc tous fils de Dieu.
Tous les fidèles, unis par leur foi en notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, sont des fils et des filles de Dieu, cher Hantouane. :)
Ga 3, 26 Car tous, dans le Christ Jésus, vous êtes fils de Dieu par la foi.
Les hommes peuvent donc devenir fils de Dieu par la foi.
Hantouane :
Ça parait évident, mais on ne pense pas forcément à reconnaître que l'on est fils de Dieu en priant le Notre Père.
Le fidèle ne peut jamais parler de SON Père en ce qui concerne Dieu. :non:
Hantouane :
Mais il y a quand même une nuance à donner : dans le Credo, on reconnait Jésus Fils Unique de Dieu, ce qui me semble faux dans ce cas là.
Jésus parle toujours de SON Père en ce qui concerne Dieu, n’est-ce pas ?
CEC 443 [Jésus] a distingué sa filiation de celle de ses disciples en ne disant jamais " notre Père " (cf. Mt 5, 48 ; 6, 8 ; 7, 21 ; Lc 11, 13) sauf pour leur ordonner " vous donc priez ainsi : Notre Père " (Mt 6, 9) ; et il a souligné cette distinction : " Mon Père et votre Père " (Jn 20, 17).
Nous sommes des fils du Père par adoption, mais Jésus « est le Fils unique du Père (cf. Jn 1, 14. 18 ; 3, 16. 18) et Dieu lui-même (cf. Jn 1, 1) », selon CEC 454.

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message par Cepora » jeu. 14 mars 2019, 22:39

Bonjour,
Mais c'est vrai que c'est un peu dommage d'avoir gommé l'idée de dette, qui est plus concrète que "offense", plus objective.
Je suis entièrement d'accord.

L'offense blesse une personne dans sa dignité ou son honneur. Dans les cultures traditionnelles, l'offense n'a que peu de similitude avec la dette. Il eut été un peu ridicule de penser que l'on puisse blesser la dignité de Dieu par des mauvaises actions. C'est pourquoi l'idée de dette était plus appropriée, plus significative, davantage en relation avec le sacrifice du Seigneur pour nos péchés.

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message par Hantouane » jeu. 14 mars 2019, 22:25

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Demandez, on vous donnera ; cherchez, vous trouverez ; frappez, on vous ouvrira.
En effet, quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ; à qui frappe, on ouvrira.
Ou encore : lequel d’entre vous donnera une pierre à son fils quand il lui demande du pain ?
ou bien lui donnera un serpent, quand il lui demande un poisson ?
Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est aux cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent !
Tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux, vous aussi : voilà ce que disent la Loi et les Prophètes. »
Tout comme la prière du Notre Père, Jésus se réfère encore à votre Père qui est aux cieux. Nous sommes donc tous fils de Dieu. Ça parait évident, mais on ne pense pas forcément à reconnaître que l'on est fils de Dieu en priant le Notre Père. Mais il y a quand même une nuance à donner : dans le Credo, on reconnait Jésus Fils Unique de Dieu, ce qui me semble faux dans ce cas là. (d'après l’Évangile) Le Credo irait-il à l'encontre de ce que dit l’Évangile ?

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message par Fée Violine » jeu. 14 mars 2019, 21:35

Dans le notre Père de Saint Matthieu, il s'agit de dettes à remettre et non d'offenses ou de péchés. Je suis étonné que le Notre Père ait été modifié de son origine dans Saint Matthieu. Je sais qu'il y a aussi un notre Père différent dans Saint Luc :
C'est un peu pareil. Quand on dit par exemple : "Celui-là, il me le paiera ! :furieux: " quand quelqu'un nous a fait une méchanceté.
Mais c'est vrai que c'est un peu dommage d'avoir gommé l'idée de dette, qui est plus concrète que "offense", plus objective. Alors que si on est très susceptible, on peut se sentir offensé par n'importe quoi et passer son temps à vivre dans la rancune, ce qui est très mauvais pour la santé !

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message par Carolus » mer. 13 mars 2019, 18:57

Hantouane :
Dans le notre Père de Saint Matthieu, il s'agit de dettes à remettre et non d'offenses ou de péchés.
Considérons le contexte, cher Hantouane ! :)
Mt 6, 12. 14-15 Remets-nous nos dettes, comme nous-mêmes nous remettons leurs dettes à nos débiteurs. [...] Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père non plus ne pardonnera pas vos fautes.
" leurs dettes " = " leurs fautes "

Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ ne parle donc pas de dettes financières, mais plutôt de dettes au sens figuratif, n'est-ce pas ? :oui:

Donc : Remets-nous nos dettes, comme nous-mêmes nous remettons leurs dettes à nos débiteurs (Mt 6, 12) veut dire
Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes, nous pardonnons aussi à tous ceux qui ont des torts envers nous (Lc 11, 4).

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message par Hantouane » mer. 13 mars 2019, 1:09

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés.
Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l’ayez demandé.
Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Remets-nous nos dettes, comme nous-mêmes nous remettons leurs dettes à nos débiteurs.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du Mal.
Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi.
Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père non plus ne pardonnera pas vos fautes. »
Dans le notre Père de Saint Matthieu, il s'agit de dettes à remettre et non d'offenses ou de péchés. Je suis étonné que le Notre Père ait été modifié de son origine dans Saint Matthieu. Je sais qu'il y a aussi un notre Père différent dans Saint Luc :
Père, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne.
Donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour.
Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes, nous pardonnons aussi à tous ceux qui ont des torts envers nous. Et ne nous laisse pas entrer en tentation.
Le Notre Père dans la version que nous prions est-il une synthèse de ces 2 notre Père faite par les premiers pères de l'Eglise ? Quand est apparu la version actuelle du Notre Père ?

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message par Carolus » lun. 11 mars 2019, 21:38

Hantouane :
Dans cet évangile, Jésus parle de l'un de ces plus petits de mes frères. Faut-il comprendre qu'il s'agit d'un individu ou de chacun des plus petits parmi ses frères ?
Qui sont les frères de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, cher Hantouane. :?:
CEC 764 Le germe et le commencement du Royaume sont le " petit troupeau " (Lc 12, 32) de ceux que Jésus est venu convoquer autour de lui et dont il est lui-même le pasteur (cf. Mt 10, 16 ; 26, 31 ; Jn 10, 1-21). Ils constituent la vraie famille de Jésus (cf. Mt 12, 49). A ceux qu’il a ainsi rassemblés autour de lui, il a enseigné une " manière d’agir " nouvelle, mais aussi une prière propre (cf. Mt 5-6).
Le troupeau de vrais disciples de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ c'est la vraie famille de Jésus (CEC 764).
Mt 12, 48-50 Jésus lui répondit : « Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? »
Puis, étendant la main vers ses disciples, il dit : « Voici ma mère et mes frères. Car celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. »
Chaque vrai disciple de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ est un frère ou une sœur de Jésus.
Mt 25, 40 Et le Roi leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.”
« Toute la Loi évangélique tient dans le " commandement nouveau " de Jésus (Jn 13, 34), de nous aimer les uns les autres comme Il nous a aimés » (CEC 1970).
Jn 13, 34-35 Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres.
Tous reconnaîtront que nous sommes de vrais disciples de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ : si nous avons de l’amour les uns pour les autres (Jn 13, 15).

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message par Hantouane » lun. 11 mars 2019, 11:37

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire.
Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs :
il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche.
Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : “Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde.
Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ;
j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !”
Alors les justes lui répondront : “Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu… ? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ?
tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ?
tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?”
Et le Roi leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.”
Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : “Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits, dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges.
Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ;
j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.”
Alors ils répondront, eux aussi : “Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?”
Il leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.”
Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »
Dans cet évangile, Jésus parle de l'un de ces plus petits de mes frères. Faut-il comprendre qu'il s'agit d'un individu ou de chacun des plus petits parmi ses frères ? Ça fait une grande différence d'analyse que ce soit le premier ou le deuxième cas. S'il s'agit du premier cas, alors ça veut dire que Jésus prend sur lui tout ce qu'on aura fait, ou pas fait à cet individu. Et on aura à rendre compte de la manière dont celui-ci à été traité devant le Christ, car il servirait de base au jugement dernier...

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message par Hantouane » lun. 11 mars 2019, 2:40

En ce temps-là, après son baptême, Jésus, rempli d’Esprit Saint, quitta les bords du Jourdain ; dans l’Esprit, il fut conduit à travers le désert
où, pendant quarante jours, il fut tenté par le diable. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, quand ce temps fut écoulé, il eut faim.
Le diable lui dit alors : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne à cette pierre de devenir du pain. »
Jésus répondit : « Il est écrit : L’homme ne vit pas seulement de pain. »
Alors le diable l’emmena plus haut et lui montra en un instant tous les royaumes de la terre.
Il lui dit : « Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes, car cela m’a été remis et je le donne à qui je veux.
Toi donc, si tu te prosternes devant moi, tu auras tout cela. »
Jésus lui répondit : « Il est écrit : C’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, à lui seul tu rendras un culte. »
Puis le diable le conduisit à Jérusalem, il le plaça au sommet du Temple et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, d’ici jette-toi en bas ;
car il est écrit : Il donnera pour toi, à ses anges, l’ordre de te garder ;
et encore : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. »
Jésus lui fit cette réponse : « Il est dit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. »
Ayant ainsi épuisé toutes les formes de tentations, le diable s’éloigna de Jésus jusqu’au moment fixé.
Le diable s'éloigna de Jésus jusqu'au moment fixé. Le moment fixé est-il celui de la croix ? Le diable se manifeste-t-il de nouveau à la croix signifiant la victoire du bien contre le mal, donc contre le diable ?
J'ai eu ma réponse en participant à l'émission où un prêtre vous répond sur Radio Notre-Dame. Le diable se manifeste de nouveau lors de la Passion, en inspirant Judas, mais aussi en tentant Jésus à Gethsémani.

Je mets le lien de la réponse du prêtre (à 1:08:15) :

https://radionotredame.net/emissions/un ... 0-03-2019/

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message par Hantouane » dim. 10 mars 2019, 21:00

En ce temps-là, après son baptême, Jésus, rempli d’Esprit Saint, quitta les bords du Jourdain ; dans l’Esprit, il fut conduit à travers le désert
où, pendant quarante jours, il fut tenté par le diable. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, quand ce temps fut écoulé, il eut faim.
Le diable lui dit alors : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne à cette pierre de devenir du pain. »
Jésus répondit : « Il est écrit : L’homme ne vit pas seulement de pain. »
Alors le diable l’emmena plus haut et lui montra en un instant tous les royaumes de la terre.
Il lui dit : « Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes, car cela m’a été remis et je le donne à qui je veux.
Toi donc, si tu te prosternes devant moi, tu auras tout cela. »
Jésus lui répondit : « Il est écrit : C’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, à lui seul tu rendras un culte. »
Puis le diable le conduisit à Jérusalem, il le plaça au sommet du Temple et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, d’ici jette-toi en bas ;
car il est écrit : Il donnera pour toi, à ses anges, l’ordre de te garder ;
et encore : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. »
Jésus lui fit cette réponse : « Il est dit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. »
Ayant ainsi épuisé toutes les formes de tentations, le diable s’éloigna de Jésus jusqu’au moment fixé.
Le diable s'éloigna de Jésus jusqu'au moment fixé. Le moment fixé est-il celui de la croix ? Le diable se manifeste-t-il de nouveau à la croix signifiant la victoire du bien contre le mal, donc contre le diable ?

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message par Carolus » sam. 09 mars 2019, 15:57

Hantouane :
Jésus n'appelle pas les justes, mais les pécheurs pour qu'ils se convertissent. Est-ce à dire que les justes n'ont pas besoin de Jésus ?
Merci pour votre question, cher Hantouane. :)
Jn 8, 7 [Jésus] dit : « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre. »
Combien d’entre nous sont sans péché ? :(
CEC 588 Contre ceux d’entre eux " qui se flattaient d’être des justes et n’avaient que mépris pour les autres " (Lc 18, 9 ; cf. Jn 7, 49 ; 9, 34), Jésus a affirmé : " Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs au repentir " (Lc 5, 32)
Que je ne me flatte jamais d’être un juste qui n’aie pas besoin de Jésus ! :non:

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message par Hantouane » sam. 09 mars 2019, 1:11

En ce temps-là, Jésus sortit et remarqua un publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts) du nom de Lévi assis au bureau des impôts. Il lui dit : « Suis-moi. »
Abandonnant tout, l’homme se leva ; et il le suivait.
Lévi donna pour Jésus une grande réception dans sa maison ; il y avait là une foule nombreuse de publicains et d’autres gens attablés avec eux.
Les pharisiens et les scribes de leur parti récriminaient en disant à ses disciples : « Pourquoi mangez-vous et buvez-vous avec les publicains et les pécheurs ? »
Jésus leur répondit : « Ce ne sont pas les gens en bonne santé qui ont besoin du médecin, mais les malades.
Je ne suis pas venu appeler des justes mais des pécheurs, pour qu’ils se convertissent. »
Jésus n'appelle pas les justes, mais les pécheurs pour qu'ils se convertissent. Est-ce à dire que les justes n'ont pas besoin de Jésus ? Et que les pécheurs ont à devenir juste à leur tour ? Ainsi, ils n'y auraient que des justes sur terre ... et donc la mission de Jésus serait terminée.

Re: Questions sur l'évangile du jour

Message par Carolus » ven. 08 mars 2019, 15:50

Hantouane :

A quoi correspondait cette période de jeûne dans la tradition juive ?
Merci pour cette question, cher Hantouane.
CEC 1430 Comme déjà chez les prophètes, l’appel de Jésus à la conversion et à la pénitence ne vise pas d’abord des œuvres extérieures, " le sac et la cendre ", les jeûnes et les mortifications, mais la conversion du cœur, la pénitence intérieure.
Le jeûne était une œuvre extérieure qui devait accompagner le repentir.
Mt 6, 16 Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme les hypocrites : ils prennent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.
Le jeûne sans la pénitence intérieure ne sert à rien.
CEC 1431 La pénitence intérieure est une réorientation radicale de toute la vie, un retour, une conversion vers Dieu de tout notre cœur, une cessation du péché, une aversion du mal, avec une répugnance envers les mauvaises actions que nous avons commises.
Ne prenons donc pas un air abattu, comme les hypocrites ! (Mt 6, 16)

Haut