Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

par Carolus » Hier, 1:27

etienne lorant a écrit :
mar. 16 juil. 2019, 20:20
etienne lorant :
J'avais donc été guéri au de-là de ce que j'avais demandé - et plus exactement de ce que je pouvais comprendre !
Merci de votre témoignage, cher etienne lorant. :)
CEC 2848 " Ne pas entrer dans la tentation " implique une décision du cœur : " Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur ... Nul ne peut servir deux maîtres " (Mt 6, 21. 24). " Puisque l’Esprit est notre vie, que l’Esprit nous fasse aussi agir " (Ga 5, 25).
Si l’Esprit est notre vie, c’est l’Esprit qui nous fait agir.
CEC 2848 Dans ce " consentement " à l’Esprit Saint le Père nous donne la force. " Aucune tentation ne vous est survenue, qui passât la mesure humaine. Dieu est fidèle ; il ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces. Avec la tentation, il vous donnera le moyen d’en sortir et la force de la supporter " (1 Co 10, 13).
Consentons donc à l’Esprit Saint pour que nous ne soyez plus tentés au-delà de nos forces :!:

Le Seigneur nous soutient dans nos renoncements

par etienne lorant » mar. 16 juil. 2019, 20:20

Lecture du livre de l’Exode
En ces jours-là, un homme de la tribu de Lévi avait épousé une femme de la même tribu. Elle devint enceinte, et elle enfanta un fils. Voyant qu’il était beau, elle le cacha durant trois mois. Lorsqu’il lui fut impossible de le tenir caché plus longtemps, elle prit une  corbeille de jonc, qu’elle enduisit de bitume et de goudron. Elle y plaça l’enfant, et déposa la corbeille au bord du Nil, au milieu des roseaux.    La sœur de l’enfant se tenait à distance pour voir ce qui allait arriver. La fille de Pharaon descendit au fleuve pour s’y baigner, tandis que ses suivantes se promenaient sur la rive. Elle aperçut la corbeille parmi les roseaux et envoya sa servante pour la prendre. Elle l’ouvrit et elle vit l’enfant. C’était un petit garçon, il pleurait. Elle en eut pitié et dit: « C’est un enfant des Hébreux. »  La sœur de l’enfant dit alors à la fille de Pharaon : « Veux-tu que j’aille te chercher, parmi les femmes des Hébreux, une nourrice qui, pour toi, nourrira l’enfant ? »  La fille de Pharaon lui répondit  « Va. » La jeune fille alla donc chercher la mère de l’enfant.     La fille de Pharaon dit à celle-ci :« Emmène cet enfant et nourris-le pour moi. ’est moi qui te donnerai ton salaire. » Alors la femme emporta l’enfant et le nourrit.   Lorsque l’enfant eut grandi, elle le ramena à la fille de Pharaon qui le traita comme son propre fils ; elle lui donna le nom de Moïse, en disant: « Je l’ai tiré des eaux »  Or vint le jour où Moïse, qui avait grandi, se rendit auprès de ses frères et les vit accablés de corvées. Il vit un Égyptien qui frappait un Hébreu, l’un de ses frères.    Regardant autour de lui et ne voyant personne,  il frappa à mort l’Égyptien et l’enfouit dans le sable.  Le lendemain, il sortit de nouveau : voici que deux Hébreux se battaient. Il dit à l’agresseur : « Pourquoi frappes-tu ton compagnon? »  L’homme lui répliqua : « Qui t’a institué chef et juge sur nous ?Veux-tu me tuer comme tu as tué l’Égyptien ? » Moïse eut peur et se dit: « Pas de doute, la chose est connue. » Pharaon en fut informé et chercha à faire tuer Moïse. Celui-ci s’enfuit loin de Pharaon et habita au pays de Madiane.
       

PSAUME
(Ps 68 -69)
R/ Cherchez Dieu, vous les humbles,
et votre cœur vivra.
.
J’enfonce dans la vase du gouffre,
rien qui me retienne;
je descends dans l’abîme des eaux,
le flot m’engloutit.
.
Et moi, je te prie, Seigneur : c’est l’heure de ta grâce ;
dans ton grand amour, Dieu, réponds-moi,
par ta vérité sauve-moi.
.
Et moi, humilié, meurtri,
que ton salut, Dieu, me redresse.
Et je louerai le nom de Dieu par un cantique,
je vais le magnifier, lui rendre grâce.
.
Les pauvres l’ont vu, ils sont en fête :
« Vie et joie, à vous qui cherchez Dieu ! »
Car le Seigneur écoute les humbles,
l n’oublie pas les siens emprisonnés.
.

ÉVANGILE DE JÉSUS-CHRIST SELON SAINT MATTHIEU
En ce temps-là, Jésus se mit à faire des reproches aux  villes où avaient eu lieu la plupart de ses miracles, parce qu’elles ne s’étaient pas converties: « Malheureuse es-tu, Corazine ! Malheureuse es-tu, Bethsaïde ! Car, si les miracles qui ont eu lieu chez vous avaient eu lieu à Tyr et à Sidon, ces villes, autrefois, se seraient converties, sous le sac et la  cendre.   Aussi, je vous le déclare: au jour du ugement, Tyr et Sidon seront traitées moins sévèrement que vous. Et toi, Capharnaüm, seras-tu donc élevée jusqu’au ciel ? Non, tu descendras jusqu’au séjour des morts ! Car, si les miracles qui ont eu lieu chez toi avaient eu lieu à Sodome, cette ville serait encore là aujourd’hui. Aussi, je vous le déclare : au jour du Jugement, le pays de Sodome sera traité moins sévèrement que toi. »

           – Aelf, Pairs

Notre prêtre n'a pas voulu éluder la question de la pédophilie dans l'Eglise. Cette perversion surgit chez les humains, les hommes comme les femmes qui s’imaginent pouvoir s'emparer de la pureté et de l’innocente.

Jadis, les jeunes prêtres avaient sévèrement été engagés à lutter contre toutes les perversions qui peuvent survenir du subconscient - et d'un terrain glissant suscité jusque dans la lutte.  A une époque révolue,  les candidats à la  prêtrise utilisaient divers moyens de lutte - comme l'auto flagellation, ou le port d'un silice.
Notons au passage que la gourmandise procède elle aussi de l'impureté. En effet : toute bonne chose, mais consommée à  l’excès de vient vice.

Merci au Seigneur car au troisième jour de l’abstinence de tabac, au moment où j'aurais bien payé une
cigare au prix d'un paquet ... J'ai ressenti une telle Joie que j'ai prié en disant, cette fois :  "Oh Seigneur,  que je meure à l'instant pour garder cette joie ! Le lendemain, j'ai continué de sentir le manque de nicotine, mais je n'ai plus jamais.  Cependant,  le lendemain de cette "cicatrisation", j'ai voulu fêté ma victoire en commandant une bonne bière blonde... je me suis d'office remis à tousser !  J'avais donc été guéri au de-là de ce que j'avais demandé - et plus exactement de ce que je pouvais comprendre !


.

Le Royume des Cieux supérieur à tout autre

par etienne lorant » lun. 15 juil. 2019, 10:17

Lecture du livre de l’Exode
En ces jours-là, un nouveau roi vint au pouvoir en Égypte. Il n’avait pas connu Joseph. Il dit à son peuple: «Voici que le peuple des fils d’Israël est maintenant plus nombreux et plus puissant que nous. Prenons donc les dispositions voulues pour l’empêcher de se multiplier. Car, s’il y avait une guerre, il se joindrait à nos ennemis, combattrait contre nous, et ensuite il sortirait du pays. »  On imposa donc aux fils d’Israël des chefs de corvée pour les accabler de travaux pénibles. Ils durent bâtir pour Pharaon les villes d’entrepôts de Pithome et de Ramsès. Mais, plus on les accablait, plus ils se multipliaient et proliféraient, ce qui les fit détester. Les Égyptiens soumirent les fils d’Israël à un dur esclavage et leur rendirent la vie intenable à force de corvées: préparation de l’argile et des briques et toutes sortes de travaux à la campagne; tous ces travaux étaient pour eux un dur clavage. Pharaon donna cet ordre à tout son peuple: « Tous les fils qui naîtront aux Hébreux, jetez-les dans le Nil. Ne laissez vivre que les filles. »
         
PSAUME
(Ps 123 -124)
R/ Notre secours est dans le nom du Seigneur.  

Sans le Seigneur qui était pour nous
– qu’Israël le redise –
sans le Seigneur qui était pour nous
quand des hommes nous assaillirent,
alors ils nous avalaient tout vivants,
dans le feu de leur colère.

Alors le flot passait sur nous,
le torrent nous submergeait ;
alors nous étions submergés
par les flots en furie.

Béni soit le Seigneur
qui n’a pas fait de nous la proie de leurs dents !
Comme un oiseau, nous avons échappé
au filet du chasseur ;le filet s’est rompu :
nous avons échappé.
Notre secours est dans le nom du Seigneur
qui a fait le ciel et la terre.



Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu
En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres « Ne pensez pas que je sois venu
apporter la paix sur la terre je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive.
Oui, je suis venu séparer l’homme de son père, la fille de sa mère, la belle-fille de sa belle-mère on aura pour ennemis les gens de sa propre maison.  Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. Qui a trouvé sa vie la perdra ; qui a perdu sa vie à cause de moi la trouvera. Qui vous accueille m’accueille ; et qui m’accueille accueille Celui qu i m’a envoyé.  Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète; qui accueille un homme juste en sa qualité de juste recevra une récompense de juste.  Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche, à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis  non, il ne perdra pas sa récompense.» Lorsque Jésus eut terminé les instructions qu’il donnait à ses douze disciples, il partit de là pour enseigner et proclamer la Parole dans les villes du pays
.


       
  – Aelf, Paris

Si le royaume des Cieux est supérieur à tout autre, c'est du fait qu'il ne repose pas sur des considérations de grandeur, de puissance armée, de soumission d'un peuple par un autre.  S'il augmente, ce n'est pas en en raison du nombre du nombre des citoyens et de ses armées, mais bien de l'annonce de l'amour de Dieu, en qui n'est jamais lassé de manifester sa splendeur.  Tandis que les militaires et les chefs d'états imposent les règles de vie, le Seigneur, quant à Lui, manifeste Amour dont tous sont aimés.   Et de fait, le premier des commandements n'est pas d'aller envahir et conquérir des pays, mais bien de permettre à toutes et tous
de vivre en paix et en grâce devant Dieu.  

Les conquêtes de ce royaume se font sans armes, mais par des signes de conversion,  par l'amour de tous les humains, quelques soient.  Aimer son prochain ne procède plus d'une quelconque entreprise de séduction, mais d'un commandement.  Certes, beaucoup diront qu'il est impossible d'aimer ceux qui ne sommes pas comme nous - mais c'est, tout simplement  que nous sommes appelés à grandir jusqu'à dépasser les considérations primaires.  Comment, aujourd'hui même,  grandir en ce Royaume ?  Que dit le premier de tous les commandements :  


TU AIMERAS LE SEIGNEUR TON DIEU DE TOUT TON CŒUR, DE TOUTE TON ÂME ET DE TOUTES DES FORCES ET TON PROCHAIN COMME TOI MÊME POUR L''AMOUR DE DIEU



--

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

par Carolus » ven. 12 juil. 2019, 15:53

etienne lorant a écrit :
ven. 12 juil. 2019, 9:00
etienne lorant :

Le thème commun des lectures de ce jour consiste en une foi qui doit chasser toute crainte et toute appréhension.
Merci, cher Étienne. :(
CEC 1808 La vertu de force rend capable de vaincre la peur, même de la mort, d’affronter l’épreuve et les persécutions.
Prions pour que notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ nous donne la « vertu de force [qui] rend capable de vaincre la peur, même de la mort, d’affronter l’épreuve et les persécutions » (CEC 1808) ! 🙏

Progression avec confiance !

par etienne lorant » ven. 12 juil. 2019, 9:00

Lecture du livre de la genèse
En ces jours-là,  Israël, c’est-à-dire Jacob, se mit en route pour l’Égypte avec tout ce qui lui appartenait. Arrivé à Bershéba, il offrit des sacrifices au Dieu de son père Isaac,  et Dieu parla à Israël dans une vision nocturne. Il dit : « Jacob ! Jacob ! » Il répondit : « Me voici. »  Dieu reprit : « Je suis Dieu, le Dieu de ton père. Ne crains pas de descendre en Égypte, car là-bas je ferai de toi une grande nation. Moi, je descendrai avec toi en Égypte. Moi-même, je t’en ferai aussi remonter, et Joseph te fermera les yeux de sa propre main. » Jacob partit de Bershéba. Ses fils l’installèrent, avec leurs jeunes enfants et leurs femmes, sur les chariots que Pharaon avait envoyés pour le transporter.  Ils prirent aussi leurs troupeaux et les biens qu’ils avaient acquis au pays de Canaan. Jacob arriva en Égypte avec toute sa descendance.  Ainsi donc, ses fils et ses petits-fils, ses filles et ses petites-filles, bref toute sa descendance, il les emmena avec lui en Égypte. Jacob avait envoyé Juda en avant vers  Joseph, pour préparer son arrivée dans le pays de Goshèn. Quand ils furent arrivés dans le pays de Goshèn,  Joseph fit atteler son char et monta à la rencontre de son père Israël. Dès qu’il le vit, il se jeta à son cou et pleura longuement dans ses bras.     Israël dit à Joseph : « Maintenant que j’ai revu ton visage, je peux mourir, puisque tu es encore vivant

 
PSAUME
(Ps 36 -37),
R/ Le salut des justes vient du Seigneur.
Fais confiance au Seigneur, agis bien,
habite la terre et reste fidèle ;
mets ta joie dans le Seigneur :
il comblera les désirs de ton cœur.

Il connaît les jours de l’homme intègre
qui recevra un héritage impérissable.
Pas de honte pour lui aux mauvais jours ;
aux temps de famine, il sera rassasié.

Évite le mal, fais ce qui est bien,
et tu auras une habitation pour toujours,
car le Seigneur aime le bon droit,
il n’abandonne pas ses amis.

Le Seigneur est le salut pour les justes,
 leur abri au temps de la détresse.
Le Seigneur les aide et les délivre,
il les délivre de l’impie, il les sauve,
car ils cherchent en lui leur refuge.


Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu
En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres :  « Voici que moi, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents, et candides comme les colombes. Méfiez-vous des hommes : ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront dans leurs synagogues.  Vous serez conduits devant des gouverneurs et des rois à cause de moi : il y aura là un témoignage pour eux et pour les païens.  Quand on vous livrera, ne vous inquiétez pas de savoir ce que vous direz ni comment vous le direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là  Car ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père qui parlera en vous.  Le frère livrera son frère à la mort, et le père, son enfant ; les enfants se dresseront contre leurs parents et les feront mettre à mort.   Vous serez détestés de tous à cause de mon nom ; mais celui qui aura persévéré jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé.  Quand on vous persécutera dans une ville, fuyez dans une autre. Amen, je vous le dis   vous n’aurez pas fini de passer dans toutes les villes d’Israël quand le Fils de l’homme viendra. »
 


Cy Aelf, Paris

Le thème commun des lectures de ce jour consiste en une foi qui doit chasser toute crainte et toute appréhension.  S'il est vrai que nous sommes baptisés, ce n'est pas pour craindre, mais pour avancer avec confiance. Ne soyons pas craintifs concernant notre avenir, pratiquons la confiance et avançons sans crainte car le Seigneur nous suit sur le chemin et nous conduira sans encombre vers le Royaume.   De même que Jacob se dirige sans crainte vers l’Égypte, de  même nous sommes envoyé dans le monde  afin d'y tracer un chemin bien droit.  

Cette confiance, il nous appartient de la faire grandir dans nos cœurs, puisque Dieu veille sur tous et sur chacun en particulier.  Et pour ma part, j'ai admiré le chemin qui m'a conduit à cette carrière de bouquiniste,  qui m'a permis de rencontrer une foule de personnes durant des dizaines d'années et de pouvoir conseiller tels ou tels écrivains dont les récits rencontrerait  les goûts et les recherches de tout un chacun.

Mais il fallu, pour cela,  il aura fallu, d'abord,  résister à plusieurs membre de ma famille qui  me pressaient d'accepter un poste de fonctionnaire, quel qu'il soit.  C'est ainsi que j'ai commencé par servir comme employé dans telle entreprise, puis une autre.  Mais je savais que je ne m'y plairait pas,  du fait des jeux ce pouvoir qui s'y pratiquaient :  il ne suffisait pas de travailler , mais il fallait encore se faire une place en étant plus performant que son voisin de bureau...  Jusqu'au jour où  je fis la connaissance d'une d'un commerçant en marchandises de seconde main, qui ne savait que faire d'un stock de livres acquis avec de nombreux articles divers.A peine six mois plus tard, j'ouvris ma bouquinerie.  Plus tard, je découvrir combien mon passé d'employé commercial m'avait servi en vu de ce travail enthousiasmant qui consistait à conseiller des lectures en  selon les goûts de mes clients.


De la même manière que le Seigneur intervient dans la vie d'hommes et de femmes afin de servir dans le Royaume, nous devons nous aussi servir notre prochain selon les talents reçus dès notre baptêmes.

Voici qui nous rappelle de garder confiance en toute occasion, car nous sommes veillés et guidés de manière infaillible.   Exerçons donc nous intuitions  !




.

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

par Carolus » jeu. 11 juil. 2019, 14:32

etienne lorant a écrit :
jeu. 11 juil. 2019, 11:15


Quelles que soient les décisions prises par les homme, c'est la volonté de Dieu qui prévaudra. C'est encore et toujours la volonté de Dieu qui sera faite.
Vous avez raison, cher etienne lorant. :)
CEC 2632 La demande chrétienne est centrée sur le désir et la recherche du Royaume qui vient, conformément à l’enseignement de Jésus (cf. Mt 6, 10. 33 ; Lc 11, 2. 13). Il y a une hiérarchie dans les demandes : d’abord le Royaume, ensuite ce qui est nécessaire pour l’accueillir et pour coopérer à sa venue.
Conformément à l’enseignement de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ prions donc : que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel (Mt 6, 10).

Mille ans est comme un jour - et un jour comme mille ans

par etienne lorant » jeu. 11 juil. 2019, 11:15

Lecture du livre de la Genèse
En ces jours-là, Juda et ses frères, les fils de Jacob, avaient été ramenés devant Joseph. Juda s’approcha de lui et dit : « De grâce, mon seigneur, permets que ton serviteur t’adresse une parole sans que la colère de mon seigneur s’enflamme contre ton serviteur, car tu es aussi grand que Pharaon!  Mon seigneur avait demandé à ses serviteurs : “Avez-vous encore votre père ou un autre frère ?”  Et nous avons répondu à mon seigneur : “Nous avons encore notre vieux père et un petit frère, l’enfant qu’il a eu dans sa vieillesse ; celui-ci avait un frère qui est mort, il reste donc le seul enfant de sa mère, et notre père l’aime !”  Alors tu as dit à tes serviteurs : “Amenez-le-moi : je veux m’occuper de lui.  Si votre plu  jeune frère ne revient pas avec vous, vous ne serez plus admis en ma présence.”    Donc, lorsque nous sommes retournés auprès de notre père, ton serviteur, nous  lui avons rapporté les paroles de mon seigneur.  Et, lorsque notre père a  “Repartez pour nous acheter un peu de nourriture”  nous lui avons répondu : “Nous ne pourrons pas repartir si notre plus jeune frère n’est pas avec nous, car nous ne pourrons pas être admis en présence de cet homme si notre plus jeune frère n’est pas avec nous.” Alors notre père, ton serviteur, nous a dit: “Vous savez bien que ma femme Rachel ne m’a donné que deux fils. Le premier a disparu. Sûrement, une bête féroce l’aura mis en pièces, et je ne l’ai jamais revu.  Si vous emmenez encore celui-ci loin de moi et qu’il lui arrive malheur, vous ferez descendre  misérablement mes cheveux blancs au séjour des morts.”  Joseph ne put se contenir devant tous les gens de sa suite, et il s’écria : « Faites sortir tout le monde. » Quand il n’y eut plus personne auprès de lui, il se fit reconnaître de ses frères.  Il pleura si fort que les Égyptiens l’entendirent, et même la maison de Pharaon. Il dit à ses frères : « Je suis Joseph ! Est-ce que mon père vit encore ? » Mais ses frères étaient incapables de lui répondre, tant ils étaient bouleversés de se trouver en face de lui.  Alors Joseph dit à ses frères : « Approchez-vous de moi ». Ils s’approchèrent, et il leur dit : « Je suis Joseph, votre frère, que vous avez vendu pour qu’il soit emmené en Égypte.  Mais maintenant ne vous affligez pas, et ne soyez pas tourmentés de m’avoir vendu, car c’est pour vous conserver la vie que Dieu m’a envoyé ici avant vous. »
     

PSAUME
(Ps 104 -105)
R/ Souvenez-vous des merveilles    
que le Seigneur a faites.

On lui met aux pieds des entraves,
on lui passe des fers au cou ;
il souffrait pour la parole du Seigneur,
jusqu’au jour où s’accomplit sa prédiction.

Le roi ordonne qu’il soit relâché,
le maître des peuples, qu’il soit libéré.
Il fait de lui le chef de sa maison,
le maître de tous ses biens.


ÉVANGILE DE JÉSUS-CHRIST SELON SAINT MATTHIEU
En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Sur votre route, proclamez que le royaume des Cieux est tout proche.  Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, expulsez les démons. Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement.  Ne vous procurez ni or ni argent, ni monnaie de cuivre à mettre dans vos ceintures, ni sac pour la route,  ni tunique de rechange, ni sandales, ni bâton. L’ouvrier, en effet, mérite sa nourriture.  Dans chaque ville ou village où vous entrerez, informez-vous pour savoir qui est digne de vous accueillir, et restez là jusqu’à votre départ.  En entrant dans la maison, saluez ceux qui l’habitent. Si cette maison en est digne, que votre paix vienne sur elle. Si elle n’en est pas digne, que votre paix retourne vers vous.  Si l’on ne vous accueille pas et si l’on n’écoute pas vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville, et secouez la poussière de vos pieds.  Amen, je vous le dis : au jour du Jugement, le pays de Sodome et de Gomorrhe sera traité moins sévèrement que cette ville. »

CY Aelf,  Paris


Quelles que soient les décisions prises par les homme, c'est la volonté de Dieu qui prévaudra. C'est encore et toujours la volonté de Dieu qui sera faite. C'est bien ce que les lectures de ce nous enseignent En sorte qu'il n'y a pas de fatalisme dans l'histoire humaine :  c'est Joseph, vendu par ses frères qui finira par délivrer ses frères. Et Jésus, pour annoncer l’Évangile à toute la création a choisi, non pas les "prévisionnistes" sculptent les événements, qui pourraient livrer des certitudes quant à ce que nous vivrons dans les siècles à venir.

Dans l'Histoire, on assiste à de prodigieux paradoxes.  Ainsi si, c'est la persécution des Juifs durant la seconde guerre mondiale qui a précipité la création de l'Etat d’Israël.  Et, tout récemment, c'est le furieux et fantasque président américain,  Donald Trump, qui a reconnu Jérusalem, comme étant la capitale de l'Etat Hébreux.
Et notre prêtre de rappeler que Dieu avait laisser le peuple être exilé à Babylone, en raison de leur désobéissances - et le temple de Jérusalem, ne sera-il jamais reconstruit ?

En effet, à dit encore notre prêtre, le temps ne s'écoule pas en nombres d'années, mais Dieu est l'éternel présent ...  Qui peut dire que le temple de Jérusalem ne sera  pas reconstruit ?   Quand tout simplement Jésus envoie ses disciples prêcher la bonne nouvelle au monde, c'est encore le temps  temps présent de la volonté divine !


.

Le Seigneur soutient nos bonnes oeuvres

par etienne lorant » lun. 08 juil. 2019, 13:30

Lecture du livre de la Genèse
En ces jours-là, Jacob partit de Bershéba et se dirigea vers Harane. ll atteignit le lieu où il allait passer la nuit car le soleil s’était couché. Il y prit une pierre pour la mettre sous sa tête, et dormit en ce lieu. Il eut un songe: voici qu’une échelle était dressée sur la terre, son sommet touchait le ciel, et des anges de Dieu montaient et descendaient. Le Seigneur se tenait près et dit « Je suis le Seigneur, le Dieu d’Abraham ton père, le Dieu d’Isaac. La terre sur laquelle tu es couché, je te la donne, à toi et à tes descendants. Tes descendants seront nombreux comme la poussière du sol, vous vous répandrez à l’orient et à l’occident, au nord et au midi; en toi et en ta descendance seront bénies toutes les familles de la terre. Voici que je suis avec toi;te garderai partout où tu iras, et je te ramènerai sur cette terre  car je ne t’abandonnerai pas avant d’avoir accompli ce que je t’ai dit.» Jacob sortit de son sommeil et déclara«En vérité, le Seigneur est en ce lieu ! Et moi, je ne le savais pas. Il fut saisi de crainte et il dit:« Que ce lieu est  redoutable   C’est vraiment la maison de Dieu, la porte du ciel !»  Jacob se leva de bon matin, il prit la pierre  qu’il avait mise sous sa tête, il la dressa pour en faire une stèle, et sur le sommet il versa de l’huile. Jacob donna le nom de Béthel (c’est-à-dire : Maison de Dieu) à ce lieu qui auparavant s’appelait Louz. Alors Jacob prononça ce vœu : « Si Dieu est avec moi, s’il me garde sur le chemin où je marche, s’il me donne du pain pour manger et des vêtements pour me couvrir, et si je reviens sain et sauf à la maison de mon père, le Seigneur sera mon Dieu.  Cette pierre dont j’ai fait une stèle, sera la maison de Dieu. »      

PSAUME (Ps 90-91)
R/ Mon Dieu, dont je suis sûr !
Quand je me tiens sous l’abri du Très-Haut
et repose à l’ombre du Puissant,
je dis au Seigneur : « Mon refuge,
mon rempart, mon Dieu, dont je suis sûr ! »
C’est lui qui te sauve des filets du chasseur
il te couvre et te protège.    
Tu trouves sous son aile un refuge :
sa fidélité est une armure, un bouclier.
« Puisqu’il s’attache à moi, je le délivre ;
je le défends, car il connaît mon nom.
Il m’appelle, et moi, je lui réponds ;
je suis avec lui dans son épreuve. »

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu
En ce temps-là,   tandis que Jésus parlait aux disciples de Jean le Baptiste, voilà qu’un notable s’approcha. Il se prosternait devant lui en disant :  Ma fille est morte à l’instant; mais viens lui imposer la main, et elle vivra. »  Jésus se leva et le suivit, ainsi que ses disciples.  Et voici qu’une femme souffrant d’hémorragies depuis douze ans s’approcha par derrière et toucha la frange de son vêtement.     Car elle se disait en elle-même : « Si je parviens seulement à toucher son vêtement, je serai sauvée.»  Jésus se retourna et, la voyant, lui dit « Confiance, ma fille ! Ta foi t’a sauvée. » Et, à l’heure même, la femme fut sauvée.   Jésus, arrivé à la maison du notable, vit les joueurs de flûte et la foule qui s’agitait bruyamment. Il dit alors:« Retirez-vous. La jeune fille n’est pas morte : elle dort. »  Mais on se moquait de lui. Quand la foule fut mise dehors, il entra, lui saisit la main, et la jeune fille se leva. la nouvelle se répandit dans toute la région.
         


– Aelf,  Paris

Le Seigneur est est parmi nous.  Le croyons-nous,  cela ? Il existe un moyen infaillible de le Le reconnaître, c'est de rechercher "aujourd'hui et maintenant"   - et c'est de produire une oeuvre bénéfique envers autrui. Aujourd'hui même.  Céder sa place dans la file de la caisse du supermarché -  c'est souvent difficile. n'est-ce pas ?  Donner des pièces de monnaie au SDF  - mais pas seulement des pièces cuivrées,  puisque la charité ne mesure pas.  Mieux encore :  corriger les notes de lecture d'un roman comptant  pour beaucoup comme épreuve de fin de cycle d'études..  ..

Je me suis souvenu du cas de cette future institutrice à qui avait   on avait demandé de lire et commenter un roman de Mallet -Joris , qui rapportait sur un ton ironique,  comment une jeune fille de la "bonne société s'est retrouvée enceinte après des rapports "non protégés".

De crainte de ternir la notoriété de la famille, ses parents l'envoie chez une "faiseuse d'anges", car il étai tt hors de question que cette intervention laisse une trace "négative" dans un dossier quelconque.  Mais intervention tourne mal et la jeune femme décède d'une 'une hémorragie interne...

Certes, il s'agissait de dénoncer  les manières de faire et l'hypocrisie  d'une certaine bourgeoisie, mai le ton onirique de ce roman le rendait quelque peu "imbuvable". La mère de cette étudiante vint d'elle-même me demander ce service.. En cette occasion,  pas question de me faire payer ...  

Par contre,  je fis payer cher le résumé d'un roman de Micihel Tournier qui avait "pondu rescapé" un roman "psychanalytique" dans lequel un naufragé solitaire réussit à survivre en trouvant refuge  dans une grotte profonde - laquelle lui rappelait "la douceur du sein maternel...



(travaux difficiles - pour moi qui avais commencer par "dévorer" les aventures de Bob Morane !!!).


---

Mes toutes premières préférences de lecture  sous de lien :  

https://www.youtube.com/watch?v=M7X6oYg6iro

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

par Carolus » ven. 05 juil. 2019, 9:13

etienne lorant a écrit :
jeu. 04 juil. 2019, 11:31

L’Évangile nous montre donc comment un paralytique sera sauvé "corps et âme" à raison de la foi manifestée par ses proches.
Merci de votre réflexion, cher Étienne. :)
CEC 166 Notre amour pour Jésus et pour les hommes nous pousse à parler à autrui de notre foi. Chaque croyant est ainsi comme un maillon dans la grande chaîne des croyants. Je ne peux croire sans être porté par la foi des autres, et par ma foi, je contribue à porter la foi des autres.
Parlons donc de notre foi à autrui pour contribuer « à porter la foi des autres » (CEC 166) :!:

Cultiver une foi de confiance absolue

par etienne lorant » jeu. 04 juil. 2019, 11:31

Lecture du livre de la Genèse
En ces jours-là, Dieu mit Abraham à l’épreuve. Il lui dit : « Abraham ! » Celui- ci répondit : « Me voici ! » Dieu dit : « Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac, va au pays de Moriah, et là tu l’offriras en holocauste sur la montagne que je t’indiquerai. » Abraham se leva de bon matin, sella son âne, et prit avec lui deux de ses serviteurs et son fils Isaac. Il fendit le bois pour l’holocauste, et se mit en route vers l’endroit que Dieu lui avait indiqué. Le troisième jour, Abraham, levant les yeux, vit l’endroit de loin. Abraham dit à ses serviteurs : « Restez ici avec l’âne. Moi et le garçon, nous irons jusque là- bas pour adorer, puis nous reviendrons vers vous. » Abraham prit le bois pour l’holocauste et le chargea sur son fils Isaac ; il prit le feu et le couteau, et tous deux s’en allèrent ensemble. Isaac dit à son père Abraham : « Mon père ! – Eh bien, mon fils ? » Isaac reprit : « Voilà le feu et le bois, mais où est l’agneau pour l’holocauste ? » Abraham répondit : « Dieu saura bien trouver l’agneau pour l’holocauste, mon fils. » Et ils s’en allaient tous les deux ensemble. Ils arrivèrent à l’endroit que Dieu avait indiqué. Abraham y bâtit l’autel et disposa le bois ; puis il lia son fils Isaac et le mit sur l’autel, par-dessus le bois. Abraham étendit la main et saisit le couteau pour immoler son fils. Mais l’ange du Seigneur l’appela du haut du ciel et dit : « Abraham ! Abraham ! » Il répondit :
« Me voici ! » L’ange lui dit : « Ne porte pas la main sur le garçon ! Ne lui fais aucun mal ! Je sais maintenant que tu crains Dieu : tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique. » Abraham leva les yeux et vit un bélier retenu par les cornes dans un buisson. Il alla prendre le bélier et l’offrit en holocauste à la place de son fils.
Abraham donna à ce lieu le nom de « Le-Seigneur-voit ». On l’appelle aujourd’hui : « Sur-le-mont-le-Seigneur-est-vu. » Du ciel, l’ange du Seigneur appela une seconde fois Abraham. Il déclara : « Je le jure par moi-même, oracle du Seigneur : parce que tu as fait cela, parce que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique, je te comblerai de bénédictions, je rendrai ta descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable au bord de la mer, et ta descendance occupera les places fortes de ses ennemis.
Puisque tu as écouté ma voix, toutes les nations de la terre s’adresseront l’une à l’autre la bénédiction par le nom de ta descendance. » Alors Abraham retourna auprès de ses serviteurs et ensemble ils se mirent en route pour Bershéba ; et Abraham y habita.




PSAUME
(114-116)Je me tiendrai en présence du Seigneur
sur la terre des vivants.
J’aime le Seigneur :
il entend le cri de ma prière ;
il incline vers moi son oreille :
toute ma vie, je l’invoquerai.

J’étais pris dans les filets de la mort,
retenu dans les liens de l’abîme,
j’éprouvais la tristesse et l’angoisse ;
j’ai invoqué le nom du Seigneur :
« Seigneur, je t’en prie, délivre-moi ! »

Le Seigneur est justice et pitié,
notre Dieu est tendresse.
Le Seigneur défend les petits :
j’étais faible, il m’a sauvé.

Il a sauvé mon âme de la mort,
gardé mes yeux des larmes
et mes pieds du faux pas.
Je marcherai en présence du Seigneur
sur la terre des vivants.


ÉVANGILE DE JÉSUS CHRIST SELON SAINT MATTHIEU
En ce temps-là, Jésus monta en barque, refit la traversée, et alla dans sa ville de Capharnaüm. Et voici qu’on lui présenta un paralysé, couché sur une civière Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Confiance, mon enfant, tes péchés sont pardonnés. » Et voici que certains parmi les scribes se disaient : « Celui-là blasphème. » Mais Jésus, connaissant leurs pensées, demanda : « Pourquoi avez-vous des pensées mauvaises ? En effet, qu’est-ce qui est le plus facile ? Dire : “Tes péchés sont pardonnés”, ou bien dire : “Lève-toi et marche” ? Eh bien ! pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a le pouvoir, sur la terre, de pardonner les péchés… – Jésus s’adressa alors au paralysé – lève-toi, prends ta civière, et rentre dans ta maison. » Il se leva et rentra dans sa maison. Voyant cela, les foules furent saisies de crainte, et rendirent gloire à Dieu qui a donné un tel pouvoir aux hommes.


– Aelf, Paris

Les textes de ce jour nous montrent que la foi n'est jamais vaincue pour quiconque se met à croire. L’Évangile nous montre donc comment un paralytique sera sauvé "corps et âme" à raison de la foi manifestée par ses proches. Cela signifie également que les proches du malade avaient déjà foi en Jésus, une foi capable de vaincre l'impossible au point de rendre possible tout ce qui ne l'était pas. En effet, "rien n'est impossible pour celui qui croit. Et notre prêtre de rapporter qu'en plusieurs occasions des des contre-temps s'étaient transformés en réussite inespérée.

Quel est est donc ce pouvoir donné aux hommes C'est la foi de confiance absolue.

Cet étudiant qui arriva trop tard à l’examen arriva en avance à son examen car son professeur avait été retardé par des embouteillages sur la route. C'est l'égarement d'un trousseau de clefs qui permit une rencontre couronnée par un mariage... Les "esprits forts" se moquent mais les simples se réjouissent en Dieu.

Et nous aussi qui avons professé notre foi, nous pouvons nous réjouir que même nos cheveux sont tous comptés. Mais il nous appartient d'ouvrir nos esprits et nos cœurs plutôt que de nous replier sur nous-mêmes !



.

Heureux ceux qui croient sans avoir vu !

par etienne lorant » mer. 03 juil. 2019, 12:00

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens
Frères, vous n'êtes plus des étrangers ni des gens de passage, vous êtes citoyens du peuple saint, vous êtes membres de la famille de Dieu, car vous avez été intégrés dans la construction
qui a pour fondations les Apôtres et les prophètes ; et la pierre angulaire, c'est le Christ Jésus lui-même.
En lui, toute la construction s'élève harmonieusement pour devenir un temple saint dans le Seigneur.
En lui, vous êtes, vous aussi, des éléments d'une même construction pour devenir une demeure de Dieu par l'Esprit Saint .



PSAUME
(Ps 116)
R/ Allez dans le monde entier.
Proclamez l’Évangile.
Louez le Seigneur, tous les peuples ;
fêtez-le, tous les pays !

Son amour envers nous s'est montré le plus fort ;
éternelle est la fidélité du Seigneur !


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
L'un des Douze, Thomas (dont le nom signifie : Jumeau), n'était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l'endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »  Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d'eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d'être incrédule, sois croyant. »
Thomas lui dit alors : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m'as vu, tu crois.
Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »


- Aelf, Paris


Chacune et chacun d'entre nous pourraient se remémorer comment , ils se sont mis à croire et adhérer pleinement au message de l’Évangile. Et notre prêtre de rapporter - et une fois l'an -comment, ayant
suivi des des études de médecine, résolut un jour, avant d'ouvrir un cabinet de médecine, voulut se rendre à Lourdes - par pure curiosité envers ces cas que la médecine n'a pas encore élucider -,du moins pars encore.
N'y avait-il pas une forme de supercherie organisée par l'Eglise catholique ? Ce n'est qu'à la fin de son séjour qu'il se décida de rendre une petite visite au bureau des constations. Ses collègues -tous médecins, mais pas tous croyants - lui firent des réprimandes de n'être pas venu plus r pour proposer ses services.
Tout médecin doit se porter au chevet des malades quels qu'ils soient, croyants ou pas !

Il ouvrit les registres, y découvrir des formes rares de maladie, inconnues, rares et orphelines. Il prolongea son séjour et pu consulter les dossiers - parmi lesquels des cancers considéré comme incurables. Sa propre conversion (sa propre guérison) rencontra la réprimande des membres de sa propre famille. Âgé de 92 ans cette année, il continue de célébrer l'Eucharistie en se moquant de temps en temps de ces sages dont la sagesse ne rend pas compte de la guérison des malades ! L'incrédulité est bien une maladie de l'âme !

.

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

par Carolus » mar. 02 juil. 2019, 16:19

etienne lorant a écrit :
mar. 02 juil. 2019, 11:48
etienne lorant :
Les baptisé ont toutes et tous une mission qu'il leur faut accomplir en vue  d’accomplir  leur propre mission sur la terre. La messe en latin conclut toujours par un envoi : "Ite Missa "!
Merci de nous rappeler à notre devoir, cher Étienne. :)
CEC 2 Pour que cet appel retentisse par toute la terre, le Christ a envoyé les apôtres qu’Il avait choisis en leur donnant mandat d’annoncer l’Évangile : " Allez, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et moi, je suis avec vous pour toujours, jusqu’à la fin du monde " (Mt 28, 19-20).
Allons donc et faisons des disciples :!:

Toute fin contient un commencement nouveau

par etienne lorant » mar. 02 juil. 2019, 11:48

Lecture du livre de la Genèse
En ces jours-là, les gens de Sodome avaient voulu s’en prendre aux deux voyageurs passant la nuit chez Loth. À l’aurore, deux anges pressèrent Loth, en disant: «Debout ! Prends ta femme et tes deux filles qui se trouvent ici, et va-t’en, de peur que tu ne périsses à cause des crimes de cette ville. » Comme il s’attardait, ces hommes le saisirent par la main, ainsi que sa femme et ses deux filles, parce que le Seigneur voulait l’épargner. Ils le firent sortir et le conduisirent hors de la ville. Une fois sortis, ils dirent : « Sauve-toi si tu tiens à la vie ! Ne regarde pas en arrière, ne t’arrête nulle part dans cette région, sauve-toi dans la montagne, si tu ne veux pas périr! » Loth leur dit : « Non, je vous en prie, mes seigneurs ! Votre serviteur a trouvé grâce à vos yeux, et vous m’avez fait une grande faveur en me laissant la vie. Mais je n’ai pas le temps de me sauver dans la montagne : le malheur va me rattraper et je mourrai. Voici une ville assez proche pour y fuir  – elle est si petite ! – Permettez que je me sauve là-bas – elle est si petite ! – afin de rester en vie ! » Ils lui répondirent : « Pour te faire plaisir cette fois encore, je ne détruirai pas la ville dont tu parles. Vite, sauve-toi là- bas, car je ne puis rien faire avant que tu y sois arrivé. » C’est pour cela qu’on a donné à cette ville le nom de Soar (ce qui veut dire : Petite). Le soleil se levait sur le pays et Loth entrait à Soar, quand le Seigneur fit tomber du ciel sur Sodome et Gomorrhe une pluie de soufre et de feu venant du Seigneur. Dieu détruisit ces villes et toute la région, avec tous leurs habitants et la  végétation. Or, la femme de Loth avait regardé en arrière,et  était devenue une colonne de sel. Abraham se leva de bon matin pour se rendre à l’endroit où s’était tenu en présence du Seigneur, et il regarda du côté de Sodome, de Gomorrhe et de toute la région : il vit monter de la terre une fumée semblable à celle d’une fournaise ! Lorsque Dieu a détruit les villes de cette région, il s’est souvenu d’Abraham ; et il a fait échapper Loth au cataclysme qui a détruit les villes où il habitait.

PSAUME
(25 -26)
R/ J’ai devant les yeux ton amour, Seigneur.
Éprouve-moi, Seigneur, scrute-moi,
passe au feu mes reins et mon cœur.
J’ai devant les yeux ton amour,
je marche selon ta vérité.
Ne m’inflige pas le sort des pécheurs,
le destin de ceux qui versent le sang :
ils ont dans les mains la corruption ;
leur droite est pleine de profits.
Oui, j’ai marché sans faillir :
libère-moi ! prends pitié de moi !
Sous mes pieds le terrain est sûr ;
dans l’assemblée je bénirai le Seigneu
r.

Evangile selon saint Matthieu
En ce temps-là, comme Jésus montait dans la barque, ses disciples le suivirent. Et voici que la mer devint tellement agitée que la barque était recouverte par les vagues. Mais lui dormait. Les disciples s’approchèrent et le réveillèrent en disant : « Seigneur, sauve-nous ! Nous sommes perdus. » Mais il leur dit : « Pourquoi êtes- vous si craintifs, hommes de peu de foi ? » Alors, Jésus menaça les vents et la mer, et il se fit un grand calme. Les gens furent saisis d’étonnement et  d
isaient : « Quel est donc celui-ci, pour que même les vents et la mer lui obéissent ? »
– Aelf, Paris


Dans ces textes, les  tempêtes qui éclatent  dans dans les cœurs des hommes rejoignent les tempêtes naturelles : bourrasques, cyclones , tourbillons, tornades,... rejoignent bien les fureurs qui  éclatent dans les airs repointent bien les  crises de colères et de fureurs e de jalousie. des jalousies exacerbées.   A tel point que les juges de Cours concèdent des circonstances  atténuantes.  Dans , le monde animal, ces crises sont beaucoup plus rares que dans le monde animal.  Mais lorsque Nietzsche  déclare que "l'homme est quelque chose qui doit se dépasser".  C'est 'est une vérité tous peuvent reconnaître  dans leur propre existence..


De telle sorte que les hommes sages de l'antiquité nous rejoignent  les philosophes lorsqu'ils déclarent : "Connais-toi toi-même" - car quiconque veut conseiller autrui, doit manifester qu'il est  capable de se dominer lui-même. C'est ainsi que les juges reconnaissent des "circonstances atténuantes" dans les cas de crimes non -prémédités.  Et vice-versa :  un assassinat prémédité peuvent encore de nos jours conduire à la peine de mort.
Les textes de ce jour nous conduisent donc à faire le point en conscience  du passé révolu et  afin de nous projeter dans l'avenir.  Les baptisé ont toutes et tous une mission qu'il leur faut accomplir en vue  d’accomplir  leur propre mission sur la terre. La messe en latin conclut toujours par un envoi : "Ite Missa "!   Ce n'est pas la fin, c'est le commencement nouveau !
.
..

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

par Carolus » mar. 02 juil. 2019, 1:01

etienne lorant a écrit :
lun. 01 juil. 2019, 10:41
etienne lorant :
Comment bien prier Dieu? […]
La première lecture nous montre d'abord la confiance que Dieu peut récompenser au-delà de nos estimations.
Merci de votre réflexion, cher Étienne. :)
CEC 2741 Si notre prière est résolument unie à celle de Jésus, dans la confiance et l’audace filiale, nous obtenons tout ce que nous demandons en son Nom, bien davantage que ceci ou cela : l’Esprit Saint lui-même, qui contient tous les dons.
Unissons donc notre prière « à celle de Jésus, dans la confiance et l’audace filiale » :!:

Chercher à mieux prier

par etienne lorant » lun. 01 juil. 2019, 10:41

Lecture du livre de la Genèse
Aux chênes de Mambré, les hommes se levèrent pour partir et regardèrent du côté de Sodome. Abraham marchait avec eux pour les reconduire. Le Seigneur s’était dit : « Est-ce que je vais cacher à Abraham ce que je veux faire ?  Car Abraham doit devenir une nation grande et puissante, et toutes les nations de la terre doivent être bénies en lui.En effet, je l’ai choisi pour qu’il ordonne à ses fils et à sa descendance de garder le chemin du Seigneur, en pratiquant la justice et le droit ; ainsi, le Seigneur réalisera sa parole à Abraham.»  lors le Seigneur dit : « Comme elle est grande, la clameur au sujet de Sodome et de Gomorrhe ! Et leur faute, comme elle est lourde ! Je veux descendre pour voir si leur conduite correspond à la clameur venue jusqu’à moi. Si c’est faux, je le reconnaîtrai. » Les hommes se dirigèrent vers Sodome, tandis qu’Abraham demeurait devant le Seigneur.  Abraham s’approcha et dit  « Vas-tu vraiment faire périr le juste avec le coupable ?  Peut-être y a-t-il cinquante justes dans la ville. Vas-tu vraiment les faire périr ? Ne pardonneras-tu pas à toute la ville à cause des cinquante justes qui s’y trouvent ?  Loin de toi de faire une chose pareille ! Faire mourir le juste avec le coupable, traiter le juste de la même manière que le coupable, loin de toi d’agir ainsi ! Celui qui juge toute la terre n’agirait-il pas selon le droit ? »  Le Seigneur déclara : « Si je trouve cinquante justes dans Sodome, à cause d’eux je p pardonnerai à toute la ville. »  Abraham répondit: « J’ose encore parler à mon Seigneur, moi qui suis poussière et cendre. Peut-être, sur les cinquante justes, en manquera-t-il cinq : pour ces cinq-là, vas-tu détruire toute la ville ? » Il déclara : « Non, je ne la détruirai pas, si j’en trouve quarante-cinq. » Abraham insista : « Peut-être s’en trouvera-t-il seulement quarante ? » Le Seigneur déclara : « Pour quarante, je ne le ferai pas. »  Abraham dit : « Que mon Seigneur ne se mette pas en colère, si j’ose parler encore : peut-être s’en trouvera-t-il seulement trente ? » Il déclara : « Si j’en trouve trente, je ne le ferai pas. »  Abraham dit alors : « J’ose encore parler à mon Seigneur. Peut-être s’en trouvera-t-il seulement vingt ? »   il  i il estIl déclara : « Pour vingt, je ne détruirai pas. »     Il dit : « Que mon Seigneur ne se mette pas en colère : je ne parlerai plus qu’une fois. Peut-être s’en trouvera-t-il seulement dix ? » Et le Seigneur déclara : « Pour dix, je ne détruirai pas. »     Quand le Seigneur eut fini de s’entretenir avec Abraham, il partit, et Abraham retourna chez lui.
           – Parole du Seigneur.
PSAUME
(Ps 102 -103)
R/ Le Seigneur est tendresse et pitié.
Bénis le Seigneur, ô mon âme,
bénis son nom très saint, tout mon être !
Bénis le Seigneur, ô mon âme,
n’oublie aucun de ses bienfaits !

Car il pardonne toutes tes offenses
et te guérit de toute maladie ;
il réclame ta vie à la tombe
et te couronne d’amour et de tendresse ;

Le Seigneur est tendresse et pitié,
lent à la colère et plein d’amour ;
il n’est pas pour toujours en procès,
ne maintient pas sans fin ses reproches.

Il n’agit pas envers nous selon nos fautes,
ne nous rend pas selon nos offenses.
Comme le ciel domine la terre,
fort est son amour pour qui le craint
!

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
En ce temps-là,    Jésus, voyant une foule autour de lui, donna l’ordre de partir vers l’autre rive.  Un scribe s’approcha et lui dit : « Maître, je te suivrai partout où tu iras. Mais Jésus lui déclara : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. » Un autre de ses disciples lui dit : « Seigneur, permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père. »  Jésus lui dit : « Suis-moi, et laisse les morts enterrer leurs morts. »
           
–  Aelf, Paris de Dieu


Comment bien prier Dieu?   Les lectures de ce jour nous montrent comment la bonne attitude pour prier Dieu.
La première lecture nous montre d'abord la  confiance que Dieu peut  récompenser au-delà de nos estimations.  Ensuite,  il est bon également de se montrer audacieux  puisque nous  estimons souvent qu'il existerait des demandes que le Seigneur ne pourrait exaucer - et c'est sous-estimer la bonté divine. Il est
encore bon de répéter nos demandes, car nom Abtre esprit est souvent  "dilettante"  et il nous faut discerner la parfaite demande.

Lorsqu'il se met à prend à inciter Dieu à faire à manifester la plus grande miséricorde envers les pécheurs, il est encore en dessous de cette foi de pouvoir dire à un arbre d'aller de lui-même se jeter dans la mer...

Laisse les morts enterrer leurs morts signifie  qu'il nous faut tendre sans cesse animer et réanimer notre foi.
Car nous passons,  mais Lui demeure !


.

Haut