Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes

Répondre


Cette question est un moyen de lutter contre les publications automatisées indésirables.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Accéder à davantage d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

Comment contrecarrer la justice divine

Message par etienne lorant » mer. 17 avr. 2019, 10:18

Lecture du livre du prophète Isaïe
Le Seigneur mon Dieu m’a donné le langage des disciples, pour que je puisse, d’une parole, soutenir celui qui est épuisé. Chaque matin, il éveille, il éveille mon oreille pour qu’en disciple, j’écoute.  Le Seigneur mon Dieu m’a ouvert l’oreille, et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé. J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe.Je n’ai pas caché ma face devant les outrages et les crachats.  Le Seigneur mon Dieu vient à mon secours; c’est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages, c’est pourquoi j’ai rendu ma face dure comme pierre: je sais que je ne serai pas confondu.Il est proche, Celui qui me justifie. Quelqu’un veut-il plaider contre moi? Comparaissons ensemble! Quelqu’un veut-il m’attaquer en justice ? Qu’il s’avance vers moi ! Voilà le Seigneur mon Dieu, il prend ma défense; qui donc me condamnera ?
             

PSAUME
R/ Dans ton grand amour, Dieu, réponds-moi
c’est l’heure de ta grâce.
C’est pour toi que j’endure l’insulte,
que la honte me couvre le visage :
je suis un étranger pour mes frères,
un inconnu pour les fils de ma mère.
L’amour de ta maison m’a perdu ;
on t’insulte, et l’insulte retombe sur moi.

L’insulte m’a broyé le cœur,
le mal est incurable ;
j’espérais un secours, mais en vain,
des consolateurs, je n’en ai pas trouvé.
À mon pain, ils ont mêlé du poison;
quand j’avais soif, ils m’ont donné du vinaigre.

Mais je louerai le nom de Dieu par un cantique,
je vais le magnifier, lui rendre grâce.
Les pauvres l’ont vu, ils sont en fête :
« Vie et joie, à vous qui cherchez Dieu ! »
Car le Seigneur écoute les humbles,
il n’oublie pas les siens emprisonnés.




Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
En ce temps-là, l’un des Douze, nommé Judas Iscariote,  se rendit chez les grands prêtres et leur dit: « Que voulez-vous me donner, si je vous le livre ? » Ils lui remirent trente pièces d’argent.  Et depuis, Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer. Le premier jour de la fête des pains sans levain, les disciples s’approchèrent et dirent à Jésus: «Où veux-tu que nous te fassions les préparatifs pour manger la Pâque?  Il leur dit: « Allez à la ville, chez untel, et dites-lui: “Le Maître te fait dire: Mon temps est proche; c’est chez toi que je veux célébrer la Pâque avec mes disciples.”»  Les disciples firent ce que Jésus leur avait prescrit et ils préparèrent la Pâque. Le soir venu, Jésus se trouvait à table avec les Douze. Pendant le repas, il déclara: « Amen, je vous le dis:l’un de vous va me livrer.» Profondément attristés, ils se mirent à lui demander, chacun son tour: « Serait-ce moi, Seigneur » Prenant la parole, il dit:« Celui qui s’est servi au plat en même temps que moi, celui-là va me livrer.  Le Fils de l’homme s’en va, comme il est écrit à son sujet; mais malheureux celui par qui le Fils de l’homme est livré ! Il vaudrait mieux pour lui qu’il ne soit pas né, cet homme-là !» Judas, celui qui le livrait, prit la parole: « Rabbi, serait-ce moi ? » Jésus lui répond: « C’est toi-même qui l’as dit ! »

               – Cy Aelf, Paris

Cette année particulièrement, la dénonciation de Judas, sa trahison, m'aura frappé du fait qu'à trois ans de ma pension de retraite, le propriétaire de la petite surface que je louais est venu me trouver pour me proposer de lui racheter l'emplacement que j'occupais en location depuis 1980. J'aurais pu m'y opposer très facilement en déposant une requête au tribunal de commerce.

C'était tout simple et facilement "gagnant", du fait de la lenteur des procédures judiciaires ! Quand le dossier serait finalement parvenu en audience, le dossier eût été classé sans suite ! Mais j'y ai renoncé du fait des liens affectifs que j'avais liés avec cette famille. Le fils unique, l'héritier de l'affaire familiale, était un ami ainsi - que sa sœur que j'ai accompagnée à Lourdes: elle soufrait d'un trouble étrange dont elle disait "des voix répètent mes pensées !"..

Chacun d'entre nous, dans des circonstances particulières, peut très bien avoir recours à la justice humaine - mais la plus haute forme fondée de justice, c'est bien celle de la miséricorde ! Quel bonheur que de pouvoir plaider au tribunal céleste en posant dans la balance de la justice divine nos gestes de miséricorde !

En effet, il est écrit encore : "Bienheureux les miséricordieux car ils obtiendront miséricorde !" Et de toutes sortes de façons, nous pouvons véritablement "investir" dans la "Bourse céleste" par de beaux gestes de miséricorde - mais que Dieu seul connaît ! Comme ils sont riches auprès de Dieu, celles de ceux qui auront remis des dettes de toutes sortes !



.

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

Message par Gaudens » mar. 16 avr. 2019, 20:07

Il me semble qu'une insistante tradition l'identifie à Saint Marc lui même.

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

Message par Carolus » mar. 16 avr. 2019, 13:51

etienne lorant :
Pierre, le chef,  s'enfuit tout nu dans sa hâte de fuir: sans manteau on court plus vite !
C’est « Pierre, le chef, [qui] s'enfuit tout nu dans sa hâte de fuir », cher Étienne :?:
Mc 14, 51-52 Or, un jeune homme suivait Jésus ; il n’avait pour tout vêtement qu’un drap. On essaya de l’arrêter. Mais lui, lâchant le drap, s’enfuit tout nu.
Le jeune homme n’est pas identifié, n’est-ce pas ?

La plus haute des vertus

Message par etienne lorant » mar. 16 avr. 2019, 12:50

Lecture du livre du prophète Isaïe
Écoutez-moi, îles lointaines ! Peuples éloignés, soyez attentifs !J’étais encore dans le sein maternel quand le Seigneur m’a appelé; j’étais encore dans les entrailles de ma mère quand il a prononcé mon nom. Il a fait de ma bouche une épée tranchante,il m’a protégé par l’ombre de sa main;il a fait de moi une flèche acérée,il m’a caché dans son carquois. Il m’a dit:« tu es mon serviteur, Israël,en toi je manifesterai ma splendeur.» Et moi, je disais:« Je me suis fatigué pour rien,c’est pour le néant, c’est en pure perte que j’ai usé mes forces. » Et pourtant, mon droit subsistait auprès du Seigneur, ma récom -pense, auprès de mon Dieu. Maintenant le Seigneur parle, lui qui m’a façonné dès le sein de ma mère pour que je sois son serviteur,que je lui ramène Jacob,que je lui rassemble Israël.Oui, j’ai de la valeur aux yeux du Seigneur, c’est mon Dieu qui est ma force. Et il dit:« C’est trop peu que tu sois mon serviteur pour relever les tribus de Jacob,ramener les rescapés d’Israël je fais de toi la lumière des nations,vpour que mon salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre. »

                   

PSAUME
(70 (71)
R/ Ma bo
En toi, Seigneur, j’ai mon refuge :
garde-moi d’être humilié pour toujours.
Dans ta justice, défends-moi, libère-moi,
tends l’oreille vers moi, et sauve-moi.

Sois le rocher qui m’accueille,
toujours accessible ;
tu as résolu de me sauver :
ma forteresse et mon roc, c’est toi !

Seigneur mon Dieu, tu es mon espérance,
Toi, mon soutien dès avant ma naissance,
tu m’as choisi dès le ventre de ma mère ;
tu seras ma louange toujours !

Ma bouche annonce tout le jour
tes actes de justice et de salut ;
Mon Dieu, tu m’as instruit dès ma jeunesse,
jusqu’à présent, j’ai proclamé tes merveilles.



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
En ce temps-là, au cours du repas que Jésus prenait avec ses disciples, il fut bouleversé en son esprit, et il rendit ce témoi gnage: Amen amen, je vous le dis:l’un de vous me livrera.» Les disciples se regardaient les uns les autres avec embarras, ne sachant pas de qui Jésus parlait. Il y avait à table, appuyé contre Jésus, l’un de ses disciples, celui que Jésus aimait. Simon-Pierre lui fait signe de demander à Jésus de qui il veut parler. Le disciple se penche donc sur la poitrine de Jésus et lui dit:«Seigneur, qui est-ce ?» Jésus lui répond:«C’est celui à qui je donnerai la bouchée que je vais tremper dans le plat. » Il trempe la bouchée, et la donne à Judas, fils de Simon l’Iscariote. Et, quand Judas eut pris la bouchée, Satan entra en lui. Jésus lui dit alors: « Ce que tu fais, fais-le vite.»  Mais aucun des convives ne comprit pourquoi il lui avait dit cela. Comme Judas tenait la bourse commune, certains pensèrent que Jésus voulait lui dire d’acheter ce qu’il fallait pour la fête, ou de donner quelque chose aux pauvres. Judas prit donc la bouchée, et sortit aussitôt. Or il faisait nuit.  Quand il fut sorti, Jésus déclara  « Maintenant le Fils de l’homme est glorifié et Dieu est glorifié en lui.Si Dieu est glorifié en lui, Dieu aussi le glorifiera et il le lorifiera bientôt. Petits enfants,c’est pour peu de temps encore que je suis avec vous. Vous me chercherez, et, comme je l’ai dit aux Juifs: “Là où je vais, vous ne pouvez pas aller”, je vous le dis maintenant à vous aussi. » Simon-Pierre lui dit:«Seigneur, où vas-tu ? Jésus lui répondit:«Là où je vais, tu ne peux pas me suivre maintenant ; tu me suivras plus tard. » Pierre lui dit: « Seigneur, pourquoi ne puis-je pas te suivre à présent ? Je donnerai ma vie pour toi !» Jésus réplique: « Tu donneras ta vie pour moi ? Amen, amen, je te le qui is : le coq ne chantera pas avant que tu m’aies renié trois fois. »


Cy Aelf, Paris

Le mot qui fait le lien entre les textes, c'est : l'humilité, qui est la capacité de se connaître mieux soi-même tel que que nous sommes, avec lucidité. Frappés comme ils sont par l'annonce que fait Jésus au sujet de sa propre fin, es disciples sont renvoyés à eux-mêmes et ce qui apparaît de manière patente, c'est leur manque d'humilité. Et l'humilité est la capacité de se reconnaître
tel que l'on est.

C'est ainsi que Judas, le traître se jugera lui-même de haute trahison et considérera que la trahison est le plus grave des péchés - qui ne saurait être pardonné.  Il se condamnera donc à se pendre, la mort la plus indigne par l'image quelle'elle évoque. Pierre, le chef,  s'enfuit tout nu dans sa hâte de fuir: sans manteau on court plus vite ! A l'autre bout, Jacques et Jean, les "fils du tonnerre" se présenteront en vue d'obtenir le statut des plus hauts dignitaires dans le Royaume -  l'un à la droite et l'autre à la gauche dans le Royaume. Que d’ambition
tout d'un coup !

Le beau mot d'humilité désigne la reconnaissance lucide de ses capacités et ses faiblesses .  Et Jésus ne s'en est pas offusqué: il leur répondra sans leur reprocher de n'avoir pas manifesté la moindre compassion envers leur maître.

Par notre foi, nous devrions plutôt rechercher de nous reconnaître tels que nous sommes - afin de pouvoir revête le vêtement blanc dans le paradis...


.

Un temps pour faire le point

Message par etienne lorant » lun. 15 avr. 2019, 10:07

Lecture du livre du prophète Isaïe
Ainsi parle le Seigneur: Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu qui a toute ma faveur. J’ai fait reposer sur lui mon esprit ;aux nations, il proclamera le droit.  Il ne criera pas, il ne haussera pas le ton, il ne fera pas entendre sa voix au-dehors. Il ne brisera pas le roseau qui fléchit, il n’éteindra pas la mèche qui faiblit, il proclamera le droit en vérité. Il ne faiblira pas, il ne fléchira pas, jusqu’à ce qu’il établisse le droit sur la terre, et que les îles lointaines aspirent à recevoir ses lois. » Ainsi parle Dieu,le Seigneur,qui crée les cieux et les déploie, qui affermit la terre et ce qu’elle produit  il donne le souffle au peuple qui l’habite,et l’esprit à ceux qui la parcourent «Moi, le Seigneur, je t’ai appelé selon la justice;je te saisis par la main, je te façonne, je fais de toi l’alliance du peuple, la lumière des nations:   tu ouvriras les yeux des aveugles, tu feras sortir les captifs de leur prison, et, de leur cachot, ceux qui habitent les ténèbres. »

               

PSAUME
(26 (27)
R/ Le Seigneur est ma lumière et mon salut.  
Le Seigneur est ma lumière et mon salut ;
de qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le rempart de ma vie ;
devant qui tremblerais-je ?

Si des méchants s’avancent contre moi
pour me déchirer,
ce sont eux, mes ennemis, mes adversaires,
qui perdent pied et succombent.

Qu’une armée se déploie devant moi,
mon cœur est sans crainte ;
que la bataille s’engage contre moi,
je garde confiance.

J’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
sur la terre des vivants.
« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ;
espère le Seigneur. »



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
Six jours avant la Pâque,Jésus vint à Béthanie où habitait Lazare, qu’il avait réveillé d’entre les morts.  On donna un repas en l’honneur de Jésus. Marthe faisait le service, Lazare était parmi les convives avec Jésus. Or, Marie avait pris une livre d’un parfum très pur et de très grande valeur; elle répandit le parfum sur les pieds de Jésus, qu’elle essuya avec ses cheveux; la maison fut remplie de l’odeur du parfum. Judas Iscariote, l’un de ses disciples, celui qui allait le livrer, dit alors: « Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum pour trois cents pièces d’argent, que l’on aurait données à des pauvres? » Il parla ainsi, non par souci des pauvres, mais parce que c’était un voleur: comme il tenait la bourse commune, il prenait ce que l’on y mettait. Jésus lui dit: «Laisse-la observer cet usage en vue du jour de mon  ensevelissement ! Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours.»  Or, une grande foule de Juifs apprit que Jésus était là, et ils arrivèrent, non seulement à cause de Jésus, mais aussi pour voir ce Lazare qu’il avait réveillé d’entre les morts. Les grands prêtres   décidèrent alors de tuer aussi Lazare,  parce que beaucoup de Juifs, à cause de lui,  s’en allaient, et croyaient en Jésus.

Y

Les textes du jour nous font reconnaître qu'à chaque période de nos vies, il se forme des contrastes entre paix et complots, réjouissances et persécutions, adhésions et rejets, richesses et détournements, serments et trahisons, vérités et mensonges, foi et scepticisme. Et les hommes de se dire qu'il faudrait séparer les uns des autres, faire la police, contrôler les papiers, veiller et surveiller, choisir toujours entre noir et blanc.

Mais nous savons bien que le monde est ainsi partagé. Nous le vivons ainsi, en contraste permanent : Marie offre un parfum rare pour laver, les pieds de son Dieu, mais aussitôt il y aura toujours parmi nous quelqu'un pour dénoncer le gaspillage. Sommes-nous donc plongés dans un monde en "noir et blanc"

Pas du tout: le temps du carême nous invite à réévaluer nos manières d'être, nos addictions, nos estimations, nos priorités, jusqu'à devenir autre que ce que nous avons été - plus sensibles à la grâce, à la paix à la joie et à l'esprit d'enfance - au don plutôt qu'au gain et de la lumière plutôt que les ténèbres... Qu'il en soit donc ainsi !



.

Un temps pour faire le point

Message par etienne lorant » lun. 15 avr. 2019, 10:07

Lecture du livre du prophète Isaïe
Ainsi parle le Seigneur: Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu qui a toute ma faveur. J’ai fait reposer sur lui mon esprit ;aux nations, il proclamera le droit.  Il ne criera pas, il ne haussera pas le ton, il ne fera pas entendre sa voix au-dehors. Il ne brisera pas le roseau qui fléchit, il n’éteindra pas la mèche qui faiblit, il proclamera le droit en vérité. Il ne faiblira pas, il ne fléchira pas, jusqu’à ce qu’il établisse le droit sur la terre, et que les îles lointaines aspirent à recevoir ses lois. » Ainsi parle Dieu,le Seigneur,qui crée les cieux et les déploie, qui affermit la terre et ce qu’elle produit  il donne le souffle au peuple qui l’habite,et l’esprit à ceux qui la parcourent «Moi, le Seigneur, je t’ai appelé selon la justice;je te saisis par la main, je te façonne, je fais de toi l’alliance du peuple, la lumière des nations:   tu ouvriras les yeux des aveugles, tu feras sortir les captifs de leur prison, et, de leur cachot, ceux qui habitent les ténèbres. »

               

PSAUME
(26 (27)
R/ Le Seigneur est ma lumière et mon salut.  
Le Seigneur est ma lumière et mon salut ;
de qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le rempart de ma vie ;
devant qui tremblerais-je ?

Si des méchants s’avancent contre moi
pour me déchirer,
ce sont eux, mes ennemis, mes adversaires,
qui perdent pied et succombent.

Qu’une armée se déploie devant moi,
mon cœur est sans crainte ;
que la bataille s’engage contre moi,
je garde confiance.

J’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
sur la terre des vivants.
« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ;
espère le Seigneur. »



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
Six jours avant la Pâque,Jésus vint à Béthanie où habitait Lazare, qu’il avait réveillé d’entre les morts.  On donna un repas en l’honneur de Jésus. Marthe faisait le service, Lazare était parmi les convives avec Jésus. Or, Marie avait pris une livre d’un parfum très pur et de très grande valeur; elle répandit le parfum sur les pieds de Jésus, qu’elle essuya avec ses cheveux; la maison fut remplie de l’odeur du parfum. Judas Iscariote, l’un de ses disciples, celui qui allait le livrer, dit alors: « Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum pour trois cents pièces d’argent, que l’on aurait données à des pauvres? » Il parla ainsi, non par souci des pauvres, mais parce que c’était un voleur: comme il tenait la bourse commune, il prenait ce que l’on y mettait. Jésus lui dit: «Laisse-la observer cet usage en vue du jour de mon  ensevelissement ! Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours.»  Or, une grande foule de Juifs apprit que Jésus était là, et ils arrivèrent, non seulement à cause de Jésus, mais aussi pour voir ce Lazare qu’il avait réveillé d’entre les morts. Les grands prêtres   décidèrent alors de tuer aussi Lazare,  parce que beaucoup de Juifs, à cause de lui,  s’en allaient, et croyaient en Jésus.

Y

Les textes du jour nous font reconnaître qu'à chaque période de nos vies, il se forme des contrastes entre paix et complots, réjouissances et persécutions, adhésions et rejets, richesses et détournements, serments et trahisons, vérités et mensonges, foi et scepticisme. Et les hommes de se dire qu'il faudrait séparer les uns des autres, faire la police, contrôler les papiers, veiller et surveiller, choisir toujours entre noir et blanc.

Mais nous savons bien que le monde est ainsi partagé. Nous le vivons ainsi, en contraste permanent : Marie offre un parfum rare pour laver, les pieds de son Dieu, mais aussitôt il y aura toujours parmi nous quelqu'un pour dénoncer le gaspillage. Sommes-nous donc plongés dans un monde en "noir et blanc"

Pas du tout: le temps du carême nous invite à réévaluer nos manières d'être, nos addictions, nos estimations, nos priorités, jusqu'à devenir autre que ce que nous avons été - plus sensibles à la grâce, à la paix à la joie et à l'esprit d'enfance - au don plutôt qu'au gain et de la lumière plutôt que les ténèbres... Qu'il en soit donc ainsi !



.

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

Message par Carolus » sam. 13 avr. 2019, 14:30

etienne lorant :
Dans l’Évangile, de très nombreux hommes et femmes crurent en Jésus - d'autant plus celles et ceux dont le cœur et l'esprit n'étaient pas "bridée" par les dignitaires du temple de Jérusalem, y compris le plus "ouvert" d'entre eux que fut Nicodème.
Il faut croire que notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ est DIEU LE FILS, cher Étienne. :(
CEC 444 Les Évangiles rapportent en deux moments solennels, le Baptême et la transfiguration du Christ, la voix du Père qui Le désigne comme son " Fils bien-aimé " (cf. Mt 3, 17 ; 17, 5). Jésus se désigne Lui-même comme " le Fils Unique de Dieu " (Jn 3, 16) et affirme par ce titre sa préexistence éternelle (cf. Jn 10, 36).
DIEU LE FILS est éternel.
CEC 423 Nous croyons et confessons que Jésus de Nazareth, né juif d’une fille d’Israël, à Bethléem, […] est le Fils éternel de Dieu fait homme
Il faut croire et confesser que notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ « est le Fils éternel de Dieu fait homme » (CEC 423).

Courage ! La fin est le prémisse du renouveau.

Message par etienne lorant » sam. 13 avr. 2019, 10:07

Lecture du livre du prophète Ézékiel
Ainsi parle le Seigneur Dieu: « Je vais prendre les fils d’Israël parmi les nations où ils sont allés.Je les assemblerai de partout et les ramènerai sur leur terre. J'’en ferai une seule nation dans le pays, sur les montagnes d’Israël. Ils n’auront tous qu’un seul roi; ils ne formeront plus deux nations; ils ne seront plus divisés en deux royaumes.  Ils ne se rendront plus impurs avec leurs idoles immondes et leurs horreurs, avec toutes leurs révoltes. Je les sauverai en les retirant de tous les lieux où ils habitent et où ils ont péché, je les purifierai. Alors ils seront mon peuple, et moi je serai leur Dieu.  Mon serviteur David régnera sur eux; ils n’auront tous qu’un seul berger; ils marcheront selon mes ordonnances, ils garderont mes décrets et les mettront en pratique.  Ils habiteront le pays que j’ai donné à mon serviteur Jacob, ils le pays que leurs pères ont habité. Ils l’habiteront, eux-mêmes et leurs fils,et les fils de leurs fils pour toujours. David, mon serviteur, sera leur prince pour toujours.  Je conclurai avec eux une alliance de paix, une alliance éternelle. Je les rétablirai, je les multiplierai, je mettrai mon sanctuaire au milieu d’eux pour toujours. Ma demeure sera chez eux, je serai leur Dieu et ils seront mon peuple. Alors les nations sauront que Je suis le Seigneur, celui qui sanctifie Israël, lorsque mon sanctuaire sera au milieu d’eux pour toujours. »

                     

CANTIQUE
(Jr 31, 10, )
R/ Le Seigneur nous garde,                        
comme un berger son troupeau.
Écoutez, nations, la parole du Seigneur !
Annoncez dans les îles lointaines :
« Celui qui dispersa Israël le rassemble,
il le garde, comme un berger son troupeau.

Le Seigneur a libéré Jacob,
l’a racheté des mains d’un plus fort.
Ils viennent, criant de joie, sur les hauteurs de Sion :
ils affluent vers les biens du Seigneur.

La jeune fille se réjouit, elle danse ;
jeunes gens, vieilles gens, tous ensemble !
Je change leur deuil en joie,
les réjouis, les console après la peine.
»



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
En ce temps-là, quand Lazare fut sorti du tombeau, beaucoup de Juifs, qui étaient venus auprès de Marie, et avaient donc vu ce que Jésus avait fait, crurent en lui.  Mais quelques-uns allèrent trouver les pharisiens pour leur raconter ce qu’il avait fait. Les grands prêtres et les pharisiens réunirent donc le Conseil suprême; ils disaient: « Qu’allons-nous faire ? Cet homme accomplit un grand nombre de signes.    Si nous le laissons faire,  tout le monde va croire en lui, et les Romains viendront détruire notre Lieu saint et notre nation. » Alors, l’un d’entre eux, Caïphe, qui était grand prêtre cette année-là, leur dit: vous ne voyez pas quel est votre intérêt: il vaut mieux qu’un seul homme meure pour le peuple,  et que l’ensemble de la nation ne périsse pas.»   Ce qu’il disait là ne venait pas de lui-même; mais, étant grand prêtre cette année-là, il prophétisa que Jésus allait mourir pour la nation  et ce n’était pas seulement pour la nation, c’était afin de rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés.  À partir de ce jour-là, ils décidèrent de le tuer.   C’est pourquoi Jésus ne se déplaçait plus ouvertement parmi les Juifs; il partit pour la région proche du désert, dans la ville d’Éphraïm où il séjourna avec ses disciples. Or, la Pâque juive était proche, et beaucoup montèrent de la campagne à Jérusalem pour se purifier avant la Pâque.  Ils cherchaient Jésus et, dans le Temple, ils  disaient entre eux: « Qu’en pensez-vous ? Il ne viendra sûrement pas à la fête! »  Les grands prêtres et les pharisiens avaient donné des ordres : quiconque saurait où il était devait le dénoncer,pour qu’on puisse l’arrêter.
             
         – Aelf,  Paris

Impénétrables sont les desseins du Seigneur, et c'est qui suscite notre foi jusque dans les ténèbres. Lorsque nous n'y comprend plus rien, c'est en ces moments-là que nous reconnaîtront que les voies du Seigneur se révèlent les meilleurs et les mieux ajustées à nos besoins. De telles sortes que certains des événements qui semblent contraires à nos estimations se révèrent finalement bénéfiques. Lorsque j'ai dû "prester" mon service militaires, c'est par un accident de roulage que je me suis retrouvé dans une petite caserne où certains faits de mœurs, des brimades, ainsi que des bagarres et de trafic de drogue n’avarient pas la moindre place.

Fin de l'année 2016, toute une série de contre-temps se sont succèdes de telle façon que j'ai finalement résolu de cesser mon activité de bouquiniste et de préparer ma retraite. Et c'est qui convenait le mieux. D'une part,le propriétaire voulût mettre fin à la location insistant pour de lui racheter la surface commerciale -
et d'autre part, comme j'hésitais, le fisc me soumit une note finale d'un montant ahurissant... J'ai préféré me retirer et ce changement s'avéra le meilleur possible - contre toute attente.

Telles sont les voies du Seigneur : elles sont de loin meilleures que les nôtres !


.

La foi est bien plus que la croyance

Message par etienne lorant » ven. 12 avr. 2019, 10:41

Lecture du livre du prophète Jérémie
Moi, Jérémie, ’entends les calomnies de la foule : Dénoncez-le ! Allons le dénoncer, celui-là, l’Épouvante-de-tous-côtés. » Tous mes amis guettent mes faux pas, ils disent : « Peut-être se laissera-t-il séduire… Nous réussirons, et nous prendrons sur lui notre revanche! »  Mais le Seigneur est avec moi, tel un guerrier redoutable : mes persécuteurs trébucheront, ils ne réussiront pas. Leur défaite les couvrira de honte, d’une confusion éternelle, inoubliable. seigneur de l’univers, toi qui scrutes l’homme juste, toi qui vois les reins et les cœurs, fais-moi voir la revanche que tu leur infligeras, car c’est à toi que j’ai remis ma cause.   Chantez le Seigneur, louez le Seigneur : il a délivré le malheureux de la main des méchants.
               

PSAUME
(17 (18),
R/ Dans mon angoisse, j’appelai le Seigneur
Je t’aime, Seigneur, ma force :
Seigneur, mon roc, ma forteresse,
Dieu mon libérateur, le rocher qui m’abrite,
mon bouclier, mon fort, mon arme de victoire !

Louange à Dieu !
Quand je fais appel au Seigneur,
je suis sauvé de tous mes ennemis.

Les liens de la mort m’entouraient,
le torrent fatal m’emportait ;
des liens infernaux m’étreignaient :
j’étais pris aux pièges de la mort.

Dans mon angoisse, j’appelai le Seigneur ;
vers mon Dieu, je lançai un cri ;
de son temple il entend ma voix :
mon cri parvient à ses oreilles.


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
En ce temps-là, de nouveau, des Juifs prirent des pierres pour lapider Jésus. Celui-ci reprit la parole : « J’ai multiplié sous vos yeux les œuvres bonnes qui viennent du Père. Pour laquelle de ces œuvres voulez-vous me lapider ? »  Ils lui répondirent : « Ce n’est pas pour une œuvre bonne que nous voulons te lapider, mais c’est pour un blasphème : tu n’es qu’un homme, et tu te fais Dieu. »   Jésus leur répliqua : « N’est-il pas écrit dans votre Loi : J’ai dit : Vous êtes des dieux ?   Elle les appelle donc des dieux, ceux à qui la parole de Dieu s’adressait, et l’Écriture ne peut pas être abolie. Or, celui que le Père a consacré et envoyé dans le monde, vous lui dites: “Tu blasphèmes”, parce que j’ai dit: “Je suis le Fils de Dieu.  Si je ne fais pas les œuvres de mon Père, continuez à ne pas me croire.   Mais si je les fais, même si vous ne me croyez pas, croyez les œuvres. Ainsi vous connaîtrez, et de plus en plus, que le Père est en moi, et moi dans le Père. » Eux cherchaient de nouveau à l’arrêter, mais il échappa à leurs mains.   Il repartit de l’autre côté du Jourdain, à l’endroit où, au début, Jean baptisait; et il y demeura.  Beaucoup vinrent à lui en déclarant : « Jean n’a pas accompli de signe ; mais tout ce que Jean a dit de celui-ci était vrai. »    Et là, beaucoup crurent en lui.



Cy Aelf, Paris

Dans l’Évangile, de très nombreux hommes et femmes crurent en Jésus - d'autant plus celles et ceux dont le cœur et l'esprit n'étaient pas "bridée" par les dignitaires du temple de Jérusalem, y compris le plus "ouvert" d'entre eux que fut Nicodème. Tous étaient de grands raisonneurs qui possédaient le talent de discuter longuement de tout et de rien. Et cela, d'autant plus que l'Hébreux permet de multiple rapprochements des mots entre eux: il suffit de changer une voyelle pour donner une nouvelle nuance au discours.

De notre temps, il y a des raisonneurs  et des rationalistes qui auraient vraiment difficile de reconnaître la moindre "expérience
surnaturelle"...  Notre prêtre a évoqué le cas très triste d'un peintre comme Vincent van Gogh qui à "capturer"sur la toile le miracle de la vie manifesté dans un tout simple tournesol qui se tourne vers la lumière vers le soleil...!   Si l'on considère la beauté sous l'angle des "profits et pertes et pertes", alors, il est tout à fait inutile de croire en un Dieu créateur...

Pourquoi les juifs n'ont-ils pas cru en Jésus ?  C'est tout simplement parce qu'ils ne voulaient pas croire.  Mais Heureux   :  les cœurs purs, car ils verront Dieu  !



]

Jésus est en Dieu et Dieu en Jésus

Message par etienne lorant » jeu. 11 avr. 2019, 10:49

Lecture du livre de la Genèse
En ces jours-là,  Abram tomba face contre terre  Dieu lui parla ainsi :  Moi, voici l’alliance que je fais avec toi : tu deviendras le père d’une multitude de nations. Tu ne seras plus appelé du nom d’Abram, on nom sera Abraham, car je fais de toi le père d’une multitude de nations.  te ferai porter des fruits à l’infini, de toi je ferai des nations, et des rois sortiront de toi.   J’établirai mon alliance entre moi et toi, et après toi avec ta descendance, de génération en génération ;ce sera une alliance éternele ;ainsi je serai ton Dieu et le Dieu de ta descendance après toi. À toi et à ta descendance après toi je donnerai le pays où tu résides, tout le pays de Canaan en propriété perpétuelle, et je serai leur Dieu. »  Dieu dit à Abraham : « Toi, tu observeras mon alliance, toi et ta descendance après toi, de génération en génération. »

                 

PSAUME
(104 (105), 4-5, 6-7, 8-9)
R/ Le Seigneur s’est toujours souvenu de son alliance.
Cherchez le Seigneur et sa puissance,
recherchez sans trêve sa face ;
souvenez-vous des merveilles qu’il a faites,
de ses prodiges, des jugements qu’il prononça.
Vous, la race d’Abraham son serviteur,
les fils de Jacob, qu’il a choisis.
Le Seigneur, c’est lui notre Dieu :
ses jugements font loi pour l’univers.

Il s’est toujours souvenu de son alliance,
parole édictée pour mille générations :
promesse faite à Abraham,

garantie par serment à Isaac.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
En ce temps-là, Jésus disait aux Juifs : amen, je vous le dis :
si quelqu’un garde ma parole, jamais il ne verra la mort. »
Les Juifs lui dirent : « Maintenant nous savons bien que tu as un démon. Abraham est mort, les prophètes aussi, et toi, tu dis :
“Si quelqu’un garde ma parole, il ne connaîtra jamais la mort.”
Es-tu donc plus grand que notre père Abraham ? Il  st mort, et les prophètes aussi sont morts. Pour qui te prends-tu ? »           Jésus répondit : « Si je me glorifie moi-même, ma gloire n’est rien ; c’est mon Père qui me glorifie, lui dont vous dites : “Il est notre Dieu”,que vous ne le connaissez pas. Moi, je le connais
et, si je dis que je ne le connais pas, je serai comme vous, un menteur. Mais je le connais, et sa parole, je la garde.  Abraham votre père a exulté,sachant qu’il verrait mon Jour. Il l’a vu, et il s’est réjoui. »  Les Juifs lui dirent alors : « Toi qui n’as pas encore cinquante ans, tu as vu Abraham ! »    jesus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : avant qu’Abraham fût, moi, JE SUIS. »    Alors ils ramassèrent des pierres pour les lui jeter. Mais Jésus, en se cachant, sortit du Temple.




Plutôt que d'accabler les Juifs pour leur incrédulité, posons-nous de savoir combien notre foi est teintée d'incrédulité. Nous prions tout en doutant de l'efficacité de notre prière !  Et pourquoi devons-nous attendre parfois plusieurs années avant d'être exaucés ?  Et très souvent, pourquoi, après avoir été exaucés, comment se fait-il que se produisent des événements qui semblent contredire nos projets ? La réponse est souvent le pus  sous-estimation et sur-estimation.  Nous pensons nous bien connaître, mais si nous recherchons sincèrement les raisons de de tel échec, nous constaterons que nous avons été présomptueux. Il est beaucoup plus sage de prier pour notre bonheur, en abandonnant l'initiative de  la réponse.

En toutes choses, il faut faire preuve d'humilité, car l'humilité de nous reconnaître tels sue nous sommes vraiment, c'est bien ce qui nous conduira au succès de nos projets.  Du reste, c'est au Père que nous adressons nos prières et il convient que nos demandes soient conformes à notre foi.  Pouvons-nous prions pour la  faillite ou pour la mort de nos concurrents dans nos affaires ?  Certes non !  Mais il est tout à fait convenable de demander de nous épanouir par notre activité  et de reconnaître combien il est juste de demeurer dans l'humilité....




.

Nous sommes tous témoins de Jésus Christ

Message par etienne lorant » mer. 10 avr. 2019, 11:55

Lecture du livre du prophète Daniel
En ces jours-là, le roi Nabucodonosor parla ainsi : « Est-il vrai, Sidrac, Misac et Abdénago, que vous refusez de servir mes dieux et d’adorer la statue d’or que j’ai fait ériger ? Êtes-vous prêts, maintenant, à vous prosterner pour adorer la statue que j’ai faite, quand vous entendrez le son du cor, de la flûte, de la cithare,de la harpe, de la lyre, de la cornemuse et de toutes les sortes d’instruments ? Si vous n’adorez pas cette statue, vous serez immédiatement jetés dans la fournaise de feu ardent; et quel est le dieu qui vous délivrera de ma main ? »    Sidrac, Misac et Abdénago dirent au roi Nabucodonosor : « Ce n’est pas à nous de te répondre. Si notre Dieu, que nous servons, peut nous délivrer,il nous délivrera de la fournaise de feu ardent et de ta main, ô roi.  Et même s’il ne le fait pas, sois-en bien sûr, ô roi: nous ne servirons pas tes dieux, nous n’adorerons pas la statue d’or que tu as érigée.»   Alors Nabucodonosor fut rempli de fureur contre Sidrac, Misac et Abdénago, et son visage s’altéra. Il ordonna de chauffer la fournaise sept fois plus qu’à l’ordinaire.    Puis il ordonna aux plus vigoureux de ses soldats de ligoter Sidrac, Misac et Abdénago et de les jeter dans la fournaise de feu ardent.   Le roi Nabucodonosor les entendit chanter. Stupéfait, il se leva précipitamment et dit à ses conseillers : « Nous avons bien jeté trois hommes, ligotés,au milieu du feu ? » Ils répondirent:  Assurément, ô roi. »  Il reprit : « Eh bien moi, je vois quatre hommes qui se promènent librement au milieu du feu, ils sont parfaitement indemnes, et le quatrième ressemble à un être divin. »    Et Nabucodonosor s’écria : « Béni soit le Dieu de Sidrac, Misac et Abdénago, qui a envoyé son ange et délivré ses serviteurs ! Ils ont mis leur confiance en lui, et ils ont désobéi à l’ordre du roi ; ils ont livré leur corps plutôt que de servir et d’adorer un autre dieu que leur Dieu. »


           
CANTIQUE
(Dn 3, 52
R/ À toi, louange et gloire éternellement !
Béni sois-tu, Seigneur, Dieu de nos pères : R/
Béni soit le nom très saint de ta gloire : R/
Béni sois-tu dans ton saint temple de gloire : R/
Béni sois-tu sur le trône de ton règne : R/
Béni sois-tu, toi qui sondes les abîmes : R/
Toi qui sièges au-dessus des Kéroubim : R/
Béni sois-tu au firmament, dans le ciel : R/


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
En ce temps-là, Jésus disait à ceux des Juifs qui croyaient en lui : « Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; alors vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. »  Ils lui répliquèrent : « Nous sommes la descendance d’Abraham, et nous n’avons jamais été les esclaves de personne.
Comment peux-tu dire : “Vous deviendrez libres” ?    Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : qui commet le péché
est esclave du péché.  L’esclave ne demeure pas pour toujours dans la maison ; le fils, lui, y demeure pour toujours.   Si donc le Fils vous rend libres, réellement vous serez libres. Je sais bien que vous êtes la descendance d’Abraham, et pourtant vous cherchez à me tuer, parce que ma parole ne trouve pas sa place en vous.   Je dis ce que moi, j’ai vu auprès de mon Père, et vous aussi, vous faites ce que vous avez entendu chez votre père. »  Ils lui répliquèrent: « Notre père, c’est Abraham. » Jésus leur dit : « Si vous étiez les enfants d’Abraham, vous feriez les œuvres d’Abraham.  Mais maintenant, vous cherchez à me tuer,moi, un homme qui vous ai dit la vérité que j’ai entendue de Dieu. Cela, Abraham ne l’a pas fait.  Vous, vous faites les œuvres de votre père. »Ils lui dirent :« Nous ne sommes pas nés de la prostitution ! Nous n’avons qu’un seul Père : c’est Dieu.  Jésus leur dit : « Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car moi, c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens. Je ne suis pas venu de moi-même ; c’est lui qui m’a envoyé.
»  
   



Tous les hommes seront salés par le feu, est- il encore écrit. Il faut bien que nous apprenions à résister dans la foi, car une foi éprouvée se rend digne de l'amour de Dieu  Notre prêtre nous a encouragés à "revisiter" les souvenirs de chagrins, d'humiliations
injustes, les moqueries subies et nos confusions... Il me serait facile de me souvenir de très mauvaises "blagues" subies lors de lors de "bizutages" au collège, à l'université, ainsi qu'à l'armée.
Hé bien, cette résistance m'aura valu la reconnaissance de tous ceux qui sont devenus des amis.  Mais quant aux juifs qui s'adressent à Jésus simplement dans le but de trouver de quoi pouvoir l'accuser,  il leur adviendra de voir leur temple détruit -  et d'être dispersés par toute la terre...

Les lectures de ce jour nous inventent  donc à manifester notre foi et de la mette en pratique en toutes sortes d'occasion.  Ne sommes-nous pas convaincus de nos vérités acquises ?  Comme il est enrichissant pour nos âmes de parcourir les biographies des saintes et des sains !   Souvenons-nous des tous premiers mots du saint de saint Jean-Paul II  :   N'ayez pas peur !!




.

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

Message par Carolus » mer. 10 avr. 2019, 1:51

etienne lorant :

Pourquoi un serpent de bronze ?
Nous trouvons la réponse dans le contexte, cher Étienne. :)
Nb 21, 8-9 [Dieu] dit à Moïse : « Fais-toi un serpent brûlant, et dresse-le au sommet d’un mât : tous ceux qui auront été mordus, qu’ils le regardent, alors ils vivront ! » Moïse fit un serpent de bronze et le dressa au sommet du mât. Quand un homme était mordu par un serpent, et qu’il regardait vers le serpent de bronze, il restait en vie !
Le serpent de bronze étaient pour sauver la vie de « tous ceux qui auront été mordus ».

Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ s’identifie avec ce symbole.
Jn 3, 14 [Jésus dit :] De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé,
Remercions notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ !

De la nécessaire conversion des peuples

Message par etienne lorant » mar. 09 avr. 2019, 10:47

Lecture du livre des Nombres
En ces jours-là, les Hébreux quittèrent Hor-la-Montagne par la route de la mer des Roseaux en contournant le pays d’Édom. Mais en chemin, le peuple perdit courage. Il récrimina contre Dieu et contre Moïse:« Pourquoi nous avoir fait monter d’Égypte? Était-ce pour nous faire mourir dans le désert, où il n’y a ni pain ni eau ? Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable ! » Alors le Seigneur envoya contre le peuple des serpents à la morsure brûlante, et beaucoup en moururent dans le peuple d’Israël. Le peuple vint vers Moïse et dit:«Nous avons péché, en récriminant contre le Seigneur et contre toi. Intercède auprès du Seigneur pour qu’il éloigne de nous les serpents.» Moïse intercéda pour le peuple, et le Seigneur dit à Moïse : « Fais-toi un serpent brûlant, et dresse-le au sommet d’un mât: tous ceux qui auront été mordus, qu’ils le regardent, alors ils vivront ! » Moïse fit un serpent de bronze et le dressa au sommet du mât. Quand un homme était mordu par un serpent,et qu’il regardait vers le serpent de bronze, il restait en vie !



PSAUME
(101 (102)
R/ Seigneur, entends ma prière :
que mon cri parvienne jusqu’à toi !
Seigneur, entends ma prière :
que mon cri parvienne jusqu’à toi !
Ne me cache pas ton visage
le jour où je suis en détresse !
Le jour où j’appelle, écoute-moi ;
viens vite, réponds-moi !

Les nations craindront le nom du Seigneur,
et tous les rois de la terre, sa gloire :
quand le Seigneur rebâtira Sion,
quand il apparaîtra dans sa gloire,
il se tournera vers la prière du spolié,
il n’aura pas méprisé sa prière.

Que cela soit écrit pour l’âge à venir,
et le peuple à nouveau créé chantera son Dieu :
« Des hauteurs, son sanctuaire, le Seigneur s’est penché ;
du ciel, il regarde la terre
pour entendre la plainte des captifs
et libérer ceux qui devaient mourir. »



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
En ce temps-là, Jésus disait aux Pharisiens: « Je m’en vais ;vous me chercherez,et vous mourrez dans votre péché.Là où moi je vais, vous ne pouvez pas aller. » Les Juifs disaient : « Veut-il donc se donner la mort, puisqu’il dit  “Là où moi je vais, vous ne pouvez pas aller”? » Il leur répondit: « Vous, vous êtes d’en bas; moi, je suis d’en haut. Vous, vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde. C’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés. En effet, si vous ne croyez pas que moi, JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés. »
Alors, ils lui demandaient:« Toi, qui es-tu ? » Jésus leur répondit : « Je n’ai pas cessé de vous le dire. À votre sujet, j’ai beaucoup à dire et à juger. D’ailleurs Celui qui m’a envoyé dit la vérité,
et ce que j’ai entendu de lui, je le dis pour le monde.» Ils ne comprirent pas qu’il leur parlait du Père. Jésus leur déclara : « Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous  comprendrez que moi, JE SUIS, et que je ne fais rien de moi-même ; ce que je dis là, je le dis comme le Père me l’a enseigné.
Celui qui m’a envoyé est avec moi; il ne m’a pas laissé seul,
parce que je fais toujours ce qui lui est agréable. » Sur ces paroles de Jésus, beaucoup crurent en lui.


-Cy  Aelf, Paris



Pourquoi un serpent de bronze ? Pourquoi pas un véritable serpent ? Parce que ce serpent est celui qui tente et pervertit tous les vivants qui se laisse tenter et se détournent de Dieu.  Le serpent est un animal sans pareil pour désigner des esprits tortueux, qui se déplacent aussi bien à droite qu'à gauche, qui sifflent pour mieux paralyser avant de cracher leur venin. Dans les cirques, ils accompagnement bien les scorpions qui se figent comme des pierres juste avant de frapper. Oui, tous ces êtres rampants frappent l'imagination par leur apparence, et le danger qu'ils représentent. Considérons encore les lézards qui se figent afin de disparaître comme s'ils étaient de pierre.  En effet, pour les hommes toutes ces bestioles étranges révèlent aussi des caractères humains.

Par leur complot contre Jésus, par leurs jugements tronqués,  
par les pièges de paroles et par le goût du pouvoir,  oui les  les ennemis du Christ de nombreux, y  compris compris dans le quotidienne. Notre prêtre a rappelé l'extraordinaire "Manif pour  tous" que les politiciens n'ont pas voulu entendre...   Peut-on
s'étonner que les nouvelles manifestations soient plus dures que les précédentes  ?



.

Langage irrésistible dans la vérité

Message par etienne lorant » lun. 08 avr. 2019, 19:30

Lecture du livre du prophète Daniel
En ces jours-là, le peuple venait de condamner à mort Suzanne.Alors elle cria d’une voix forte  « Dieu éternel, toi qui pénètres les secrets, toi qui connais toutes choses avant qu’elles n’arrivent, tu sais qu’ils ont porté contre moi un faux témoignage. Voici que je vais mourir, sans avoir rien fait de tout ce que leur méchanceté a imaginé contre moi. » Le Seigneur entendit sa voix. Comme on la conduisait à la mort, Dieu éveilla l’esprit de sainteté chez un tout jeune garçon nommé Daniel, qui se mit à crier d’une voix forte:«Je suis innocent de la mort de cette femme! » Tout le peuple se tourna vers lui et on lui demanda :« Que signifie cette parole que tu as prononcée ? » Alors, debout au milieu du peuple, il leur dit:«Fils d’Israël, vous êtes donc fous ? Sans interrogatoire, sans recherche de la vérité, vous avez condamné une fille ’Israël. Revenez au tribunal, car ces gens-là ont porté contre elle un faux témoignage.» Tout le peuple revint donc en hâte et le collège des anciens dit à Daniels: « iens siéger au milieu de nous et donne-nous des explications, car Dieu a déjà fait de toi un ancien.» Et Daniel leur dit« Séparez-les bien l’un de l’autre, je vais les interroger. » Quand on les eut séparés Daniel appela le premier et lui dit : « Toi qui as vieilli dans le mal, tu portes maintenant le poids des péchés que tu as commis autrefois en jugeant injustement  tu condamnais les innocents et tu acquittais les coupables, alors que le Seigneur a dit: “Tu ne feras pas mourir l’innocent et le juste.” Eh bien ! si réellement tu as vu cette femme, dis-nous sous quel arbre tu les as vus se donner l’un à l’autre ?» Il répondit : « Sous un sycomore » Daniel dit: «Voilà justement un mensonge qui te condamne : l’ange de Dieu a reçu un ordre de Dieu, et il va te mettre à mort.» Daniel le renvoya, fit amener l’autre et lui dit : « Tu es de la race de Canaan et non de Juda ! La beauté t’a dévoyé et le désir a perverti ton cœur. C’est ainsi que vous traitiez les filles d’Israël, et, par crainte, elles se donnaient à vous. Mais une fille de Juda n’a pu consentir à votre crime. Dis-moi donc sous quel arbre tu les as vus se donner l’un à l’autre ? » Il répondit : « Sous un châtaignier. » Daniel lui dit:«Toi aussi, voilà justement un mensonge qui te condamne: l’ange de Dieu attend, l’épée à la main, pour te châtier, et vous faire exterminer. » Alors toute l’assemblée poussa une grande clameur et bénit Dieu qui sauve ceux qui espèrent en lui. Puis elle se retourna contre les deux anciens que Daniel avait convaincus de faux témoignage par leur propre bouche. Conformément à la loi de Moïse, on leur fit subir la peine que leur méchanceté avait imaginée contre leur prochain :on les mit à mort.Et ce jour-là, une vie innocente fut épargnée.




PSAUME
(22 (23)
R/ Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi, Seigneur. (cf. 22, 4)
Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche,
il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin
pour l’honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi :
ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j’habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours.




Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
En ce temps-là, Jésus disait aux pharisiens : «Moi, je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres,il aura la lumière de la vie. » Les pharisiens lui dirent alors: « Tu te rends témoignage à toi-même, ce n’est donc pas un vrai témoignage. » Jésus leur répondit : « Oui, moi, je me rends témoignage à moi-même, et pourtant mon témoignage est vrai, car je sais d’où je suis venu, et où je vais ; mais vous, vous ne savez ni d’où je viens, ni où je vais. Vous, vous jugez de façon purement humaine. Moi, je ne juge personne. Et, s’il m’arrive de juger, mon jugement est vrai parce que je ne suis pas seul : j’ai avec moi le Père, qui m’a envoyé. Or, il est écrit dans votre Loi que, s’il y a deux témoins, c’est un vrai témoignage. Moi, je suis à moi-même mon propre témoin, et le Père, qui m’a envoyé, témoigne aussi pour moi. » Les pharisiens lui disaient « Où est-il, ton père ? » Jésus répondit : « Vous ne connaissez ni moi ni mon Père; si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père.» Il prononça ces paroles alors qu’il enseignait dans le Temple, à la salle du Trésor. Et personne ne l’arrêta, parce que son heure n’était pas encore venue.

–Aelf, Paris

Les textes de ce jour mettent en opposition les jugements des hommes et la vérité qui ne saurait être contestée d’aucune  façon. La chaste Suzanne a été sauvée d'une mort injuste par les seuls témoignages témoignages de ces accusateurs. Et de la justice qu'ils auront ils seront eux-même jugés. Et ils seront jugés par leurs propres mensonges.

Et quant à Jésus,  qui est tout à la foi le chemin, la vérité et la vie, comment pourrait-il soumis à la justice humaine ?  Mais il acceptera un jugement inique afin de manifester que sans Lui, il n'y a pas de vérité et il n'y a pas de jugement qui vaille. Et les lectures de ce jour nous engagent à parler sans crainte - car Dieu confère à ceux qui L'aime un langage irrésistible face auquel nul ne saura rétorquer.

Si des adversaires viennent remettront  en question le fondement de notre foi, n'ayons aucune crainte, car Jésus déclare ncore:"Ce n'est pas vous qui parlerez,mais c'est l'esprit de votre Père qui parlera en vous ...


.

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

Message par Carolus » sam. 06 avr. 2019, 14:52

etienne lorant :
Tout comme Jérémie et de très nombreux prophètes,  Jésus n'échappera pas aux railleries faciles, à la contradiction, aux moqueries, pour finir à la persécution.
Jérémie parle de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, cher Étienne. :(
Jr 11, 19 Moi, j’étais comme un agneau docile qu’on emmène à l’abattoir
Parlant de l’Agneau qui enlève le péché du monde, CEC 608 fait référence au verset cité ci-dessus.
CEC 608 Après avoir accepté de Lui donner le Baptême à la suite des pécheurs (cf. Lc 3, 21 ; Mt 3, 14-15), Jean-Baptiste a vu et montré en Jésus l’Agneau de Dieu, qui enlève les péchés du monde (cf. Jn 1, 29. 36). Il manifeste ainsi que Jésus est à la fois le Serviteur souffrant qui, silencieux, se laisse mener à l’abattoir (cf. Is 53, 7 ; Jr 11, 19) et porte le péché des multitudes (cf. Is 53, 12)
🙏
Pour enlever mon péché, notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ s’est laissé mener à l’abattoir !

Haut