Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2016-2017)

Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes

Répondre


Cette question est un moyen de lutter contre les publications automatisées indésirables.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Accéder à davantage d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2016-2017)

Rôle essentiel des femmes dans l'Eglise

Message par etienne lorant » ven. 22 sept. 2017, 11:01

Le vendredi de la 24e semaine du temps ordinaire
Première lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 6,2c-12.
Voici ce que du dois enseigner. Si quelqu’un donne un enseignement différent, et n’en vient pas aux paroles solides, celles de notre Seigneur Jésus Christ, et à l’enseignement qui est en accord avec la piété, un tel homme est aveuglé par l’orgueil, il ne sait rien, c’est un malade de la discussion et des querelles de mots. De tout cela, il ne sort que jalousie, rivalité, blasphèmes, soupçons malveillants, disputes interminables de gens à l’intelligence corrompue, qui sont coupés de la vérité et ne voient dans la religion qu’une source de profit. Certes, il y a un grand profit dans la religion si l’on se contente de ce que l’on a. De même que nous n’avons rien apporté dans ce monde, nous n’en pourrons rien emporter. Si nous avons de quoi manger et nous habiller, sachons nous en contenter. Ceux qui veulent s’enrichir tombent dans le piège de la tentation, dans une foule de convoitises absurdes et dangereuses, qui plongent les gens dans la ruine et la perdition. Car la racine de tous les maux, c’est l’amour de l’argent. Pour s’y être attachés, certains se sont égarés loin de la foi et se sont infligé à eux-mêmes des tourments sans nombre. Mais toi, homme de Dieu, fuis tout cela; recherche la justice, la piété, la foi, la charité, la persévérance et la douceur. Mène le bon combat, celui de la foi, empare-toi de la vie éternelle ! C’est à elle que tu as été appelé, c’est pour elle que tu as prononcé ta belle profession de foi devant de nombreux témoins.


Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 8,1-3.
Ce temps-là, il arriva que Jésus, passant à travers villes et villages, proclamait et annonçait la Bonne Nouvelle du règne de Dieu. Les Douze l’accompagnaient, ainsi que des femmes qui avaient été guéries de maladies et d’esprits mauvais : Marie, appelée Madeleine, de laquelle étaient sortis sept démons, Jeanne, femme de Kouza, intendant d’Hérode, Suzanne, et beaucoup d’autres, qui les servaient en prenant sur leurs ressources.





Le lien entre les lectures peut paraître vraiment pauvre et anodin. Et pourtant, les textes nous donnent de quoi réviser nos habitudes de jugement. Ici se retrouvent en contraste les jugements des juifs, pour lesquels les femmes sont pratiquement réduites, à l'engendrement - et accessoirement aux tâches ménagères. Encore faut-il préciser qu'en dépit de leurs grossesses, ce sont seulement les hommes qui "engendrent". Prenez l'une des généalogies de Jésus-Christ et vous constaterez que ce sont bien des générations d'hommes qui ont abouti à la venue du Seigneur... Et dans sa lettre à Timothée, saint Paul encourage son fils d'adoption Timothée à persévérer dans le juste enseignement. Il y avait, en effet, parmi les fidèles de la communauté dont Timothée à la charge, des tentations de retour à des généalogies sans fin, ce qui favorise plutôt des recherches extravagantes que le plan divin du salut ... Le risque de retour à la considération ancienne des descendances menaçait pour de bon. Mais le Christ a tranché ouvertement avec les règles anciennes et élevé les femmes au titre de fidèles à part entière. Jusqu'à Jeanne, femme de Kouza, intendant d’Hérode. Qu'on ne s'y trompe pas, a insisté notre prêtre: l'Eglise n'irait pas loin si elle n'était nourrie de toutes sortes de façon, sur le plan matériel tout autant que spirituel par des femmes dévouées tant dans la prière que dans toutes autres activités sans lesquelles, certainement, l'Eglise chancellerait sur ses bases...


.

Fête de saint Mathieu, apôtre et évangéliste

Message par etienne lorant » jeu. 21 sept. 2017, 12:00

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 4,1-7.11-13.  
Moi qui suis en prison à cause du Seigneur, je vous exhorte à vous conduire d’une fa digne de votre vocation ayez beaucoup d’humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour; ayez soin de garder l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix. Comme votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance, de même il y a un seul Corps et un seul Esprit. Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, au-dessus de tous, par tous, et en tous. À chacun d’entre nous, la grâce a été donnée selon la mesure du don fait par le Christ. Et les ‘dons qu’il a faits’, ce sont les Apôtres, et aussi les prophètes, les évangélisateurs, les pasteurs et ceux qui enseignent. De cette manière, les fidèles sont organisés pour que les tâches du ministère soient accomplies et que se construise le corps du Christ, jusqu’à ce que nous parvenions tous ensemble à l’unité dans la foi et la pleine connaissance du Fils de Dieu, à l’état de l’Homme parfait, à la stature du Christ dans sa plénitude.


Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 9,9-13.
Jésus sortit de Capharnaüm et vit, en passant, un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de publicain (collecteur d'impôts). Il lui dit : « Suis-moi. » L'homme se leva et le suivit. Comme Jésus était à table à la maison, voici que beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) et beaucoup de pécheurs vinrent prendre place avec lui et ses disciples. Voyant cela, les pharisiens disaient à ses disciples : « Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs ?»  Jésus, qui avait entendu, déclara: « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Allez apprendre ce que signifie: ‘Je veux la miséricorde, non le sacrifice’. En effet, je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. »



J'ai appris aujourd'hui quelque chose que j'ignorai jusqu'alors:  les collecteurs d'impôts ne faisaient pas seulement payer l'impôt à César, mais également une taxe pour les étrangers entrant en Israël. Ils étaient détestés aussi bien par les uns que par les autres, car ils pouvaient, selon leur l'apparence des "des contribuables"exiger plus ou moins d'argent. Comme ils prélevaient également l'impôt pour l'occupant romain, il n'y avait guère de réclamations! Mais pour les même raisons, ils étaient pratiquement contraints de rester entre eux s'ils voulaient célébrer un quelconque événement joyeux dans leurs familles...

Bien évidemment, voyant Jésus prendre part à l'une de leurs réunions, les pharisiens ont trouvé scandaleux que Jésus s'invite à un repas de "collabos" de de l'occupant ! Et ceci vaut bien pour toutes les périodes d'occupation...  C'est ce qui rend très "actuelle" la conversion de saint Matthieu.  Du reste, toutes les âmes qui adhèrent ouvertement à une confession religieuse devront supporter de semblables critiques - et moqueries.  Saint Paul n'a certes pas meilleur sort, puisqu'au moment où  il écrit aux Éphésiens, il est déjà retenu à Rome, jusqu'à son exécution...  Toutes ces considérations nous permettent de comprendre à quel point l’Évangile est "actuel" et conserve sa justesse de sens jusqu'à notre époque !


.

Des vies entièrement données

Message par etienne lorant » mar. 19 sept. 2017, 11:05

Le mardi de la 24e semaine du temps ordinaire

Première lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 3,1-13.
Ceci est une parole digne de foi : si quelqu’un aspire à la responsabilité d’une communauté, c’est une belle tâche qu’il désire. Le responsable doit être irréprochable, époux d’une seule femme, un homme sobre, raisonnable, équilibré, accueillant, capable d’enseigner, ni buveur ni brutal mais bienveillant, ni querelleur ni cupide. Il faut qu’il dirige bien les gens de sa propre maison, qu’il obtienne de ses enfants l’obéissance et se fasse respecter. Car si quelqu’un ne sait pas diriger sa propre maison, comment pourrait-il prendre en charge une Église de Dieu? Il ne doit pas être un nouveau converti; sinon, aveuglé par l’orgueil, il pourrait tomber sous la même condamnation que le diable. Il faut aussi que les gens du dehors portent sur lui un bon témoignage, pour qu’il échappe au mépris des hommes et au piège du diable. Les diacres, eux aussi, doivent être dignes de respect, n’avoir qu’une parole, ne pas s’adonner à la boisson, refuser les profits malhonnêtes, garder le mystère de la foi dans une conscience pure. On les mettra d’abord à l’épreuve; ensuite, s’il n’y a rien à leur reprocher, ils serviront comme diacres. Les femmes, elles aussi, doivent être dignes de respect, ne pas être médisantes, mais sobres et fidèles en tout. Que le diacre soit l’époux d’une seule femme, qu’il mène bien ses enfants et sa propre famille. Les diacres qui remplissent bien leur ministère obtiennent ainsi une position estimable et beaucoup d’assurance grâce à leur foi au Christ Jésus.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 7,11-17.
Jésus se rendit dans une ville appelée Naïm. Ses disciples faisaient route avec lui, ainsi qu’une grande foule. Il arriva près de la porte de la ville au moment où l’on emportait un mort pour l’enterrer; c’était un fils unique, et sa mère était veuve. Une foule importante de la ville accompagnait cette femme. Voyant celle-ci, le Seigneur fut saisi de compassion pour elle et lui dit: «Ne pleure pas.»  Il s’approcha et toucha le cercueil; les porteurs s’arrêtèrent et Jésus dit:«Jeune homme, je te l’ordonne, lève-toi. »
Alors le mort se redressa et se mit à parler. Et Jésus le rendit à sa mère. La crainte s’empara de tous, et ils rendaient gloire à Dieu en disant: «Un grand prophète s’est levé parmi nous, et Dieu a visité son peuple.»  Et cette parole sur Jésus se répandit dans la Judée entière et dans toute la région
.


Cy Aelf, Paris



Le choix des textes d'aujourd'hui paraît très déroutant à première vue. En effet, quel rapport trouver, à première vue entre la résurrection du jeune homme que l'on allait mettre en terre ? Cette fois les mots du Psaume nous donne un indice: "Mes yeux distinguent les hommes sûrs du pays".  C'est qu'en effet, parmi tous les candidats qui présentent des qualités pour instruire et conduire une nouvelle communauté, ce ne sont pas les plus forts, ni les plus intelligents, ni les plus savants ou les plus inspirés. Mais ce dont ont besoin les membres d'une communauté, c'est avant tout: un homme "donné", c'est-à-dire: que cet homme doit renoncer à tout ce qui a pu occuper son esprit et son cœur jusqu'au moment où il a été mis à part afin d'être au service de tous et de chacun.


D'où le choix de la seconde lecture du jeune homme que l'on portait en terre et que Jésus ressuscite. Dans le contexte exposé ce jour, l'homme destiné à de devenir un serviteur fidèle et zélé d'une communauté chrétienne, ne peut se permettre d'avoir autre une autre vie qui l'empêcherait de se donner totalement à l'édification de l'Eglise.  C'est bien le cas des prêtres dont on permettrait le mariage et la vie de famille. En effet, comme un prêtre marié pourrait-il abandonner un de ses enfants malade pour  porter les derniers sacrements à un fidèle mourant ?  C'est un exemple "fort", bien sûr, mais il en est d'autres: un prêtre peut-il adhérer à un parti politique sans mépriser les convictions d'autrui ni être tenté par le pouvoir - au lieu du service ?


Il faut donc des hommes et des femmes qui, par une grâce particulaire, demeureront de bout en bout au service de Dieu par le service de tous.


.

L'imitation de Jésus-Christ

Message par etienne lorant » lun. 18 sept. 2017, 11:05

Le lundi de la 24e semaine du temps ordinaire

Première lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 2,1-8.-
Bien-aimés, j’encourage, avant tout, à faire des demandes, des prières, des intercessions et des actions de grâce pour tous les hommes, pour les chefs d’État et tous ceux qui exercent l’autorité, afin que nous puissions mener notre vie dans la tranquillité et le calme, en toute piété et dignité. Cette prière est bonne et agréable à Dieu notre Sauveur, car il veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la pleine connaissance de la vérité. En effet, il n’y a qu’un seul Dieu; il n’y a aussi qu’un seul médiateur entre Dieu et les hommes: un homme, le Christ Jésus, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous. Aux temps fixés, il a rendu ce témoignage, pour lequel j’ai reçu la charge de messager et d’apôtre, je dis vrai, je ne mens pas – moi qui enseigne aux nations la foi et la vérité. Je voudrais donc qu’en tout lieu les hommes prient en élevant les mains, saintement, sans colère ni dispute.


Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 7,1-10.
Lorsque Jésus eut achevé de faire entendre au peuple toutes ses paroles, il entra dans Capharnaüm. Il y avait un centurion dont un esclave était malade et sur le point de mourir; or le centurion tenait beaucoup à lui.Ayant entendu parler de Jésus, il lui envoya des notables juifs pour lui demander de venir sauver son esclave. Arrivés près de Jésus, ceux-ci le suppliaient instamment : « Il mérite que tu lui accordes cela. Il aime notre nation: c’est lui qui nous a construit la synagogue.»  Jésus était en route avec eux, et déjà il n’était plus loin de la maison, quand le centurion envoya des amis lui dire: «Seigneur, ne prends pas cette peine, car je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit. C’est pourquoi je ne me suis pas autorisé, moi-même, à venir te trouver. Mais dis une parole, et que mon serviteur soit guéri! Moi, je suis quelqu’un de subordonné à une autorité, mais j’ai des soldats sous mes ordres; à l’un, je dis: “Va”, et il va; à un autre : “Viens”, et il vient; et à mon esclave: “Fais ceci”, et il le fait.»  Entendant cela, Jésus fut en admiration devant lui. Il se retourna et dit à la foule qui le suivait: «Je vous le déclare, même en Israël, je n’ai pas trouvé une telle foi!»   Revenus à la maison, les envoyés trouvèrent l’esclave en bonne santé.


Les textes de ce jour se relient facilement l'une à l'autre. En effet, le centurion romain, dont nous rappelons la qualité de foi chaque Eucharistie, dont nous rappelons les paroles de foi à chaque Eucharistie, trouvent leur écho dans les demandes de l'apôtre Paul, est bien un représentant du chef d'état romain qui gouverne la Palestine occupée. Mais devant Dieu, les hommes, qu'ils soient riches ou pauvres, juifs ou non-juifs, maître ou esclaves, bien-portant ou malades, de sexe masculin ou féminin, étrangers ou natifs du même pays... tous sont créatures aimées et appelées à participer à l'oeuvre divine.

Et puisque tel l'amour de Dieu, nous avons, nous également à manifester que, dans la foi, nous ne faisons pas de différence entre selon les origines, la langue, la nationalité, la couleur de la peau - ni non plus les convictions religieuses ou philosophiques. Le jugement ne nous appartient pas.  Par contre, ce à quoi  nous sommes obligés c'est de manifester en toute occasion l'amour et la miséricorde divines. Le commentaire est court puisque cette évidence s'impose : c'est celle de l'Amour.

.

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2016-2017)

Message par prodigal » sam. 16 sept. 2017, 14:48

Bonjour Etienne
je n'avais jamais fait attention à ce point : selon le Christ lui-même, c'est la mise en pratique qui fonde la doctrine, et non l'inverse. C'est très intéressant, je trouve.

La foi mûrit par l'épreuve

Message par etienne lorant » sam. 16 sept. 2017, 10:15

Le samedi de la 23e semaine du temps ordinaire

Première lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 1,15-17.
Bien aimé, voici une parole digne de foi, et qui mérite d’être accueillie sans réserve: le Christ Jésus est venu dans le monde pour sauver les pécheurs; et  je suis le premier des pécheurs.
Mais s’il m’a été fait miséricorde, c’est afin qu’en moi le premier, le Christ Jésus montre toute sa patience, pour donner un exemple à ceux qui devaient croire en lui, en vue de la vie éternelle.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 6,43-49.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples: «Un bon arbre ne donne pas de fruit pourri; et jamais non plus un arbre qui pourrit ne donne de bon fruit. Chaque arbre, en effet, se reconnaît à son fruit: on ne cueille pas des figues sur des épines ; on ne vendange pas non plus du raisin sur des ronces. L’homme bon tire le bien du trésor de son cœur qui est bon ; et l’homme mauvais tire le mal de son cœur qui est mauvais: car ce que dit la bouche, c’est ce qui déborde du cœur. Et pourquoi m’appelez-vous en disant: “Seigneur! Seigneur!” et ne faites-vous pas ce que je dis? Quiconque vient à moi, écoute mes paroles et les met en pratique, je vais vous montrer à qui il ressemble. Il ressemble à celui qui construit une maison. Il a creusé très profond et il a posé les fondations sur le roc. Quand est venue l’inondation, le torrent s’est précipité sur cette maison, mais il n’a pas pu l’ébranler parce qu’elle était bien construite. Mais celui qui a écouté et n’a pas mis en pratique ressemble à celui qui a construit sa maison à même le sol, sans fondations. Le torrent s’est précipité sur elle, et aussitôt elle s’est effondrée; la destruction de cette maison a été complète. »



Si nous croyons, c'est bien en vue de la vie éternelle. Et puisqu'il en est ainsi, aucune tricherie, aucun faux-semblant, aucune fraude, aucune paresse, ni négligence, ni réserve quelconque ne peuvent subsister.  Bien sûr, l'homme doit grandir dans la foi et, au fil des épreuves qu'il rencontrera, il cherchera et trouvera un lieu sûr où s'abriter dans les temps de détresse.

Sur ce chemin que nous sommes, toutes et tous,  appelés à emprunter, nous pouvons compter sur la miséricorde divine afin de ne pas baisser les bras, de manquer d'espérance et de souffle dans notre marche.  Combien remarquable est l'indice que le Seigneur nous laisse afin de vérifier la qualité de notre foi !  Tout au long de ce chemin vers la vie, les épreuves ne manqueront pas. Ce fut le cas pour l'apôtre Paul, c'est aussi le cas pour chacune et chacun d'entre nous.

N'en doutons pas: les épreuves rencontrées sont parfois de celles dont on dira: "Mais qu'est ce que j'ai fait au bon Dieu pour en arriver là !" Eh, bien, nous avons parfois besoin de tomber le nez sur le sol, comme il en fut pour Paul lors de sa conversion.  Si notre maison menace de s'écrouler, c'est très souvent parce que nous avons parce que nous avons cru pouvoir construire des "châteaux en Espagne" dont les étages finissent par s'écraser les uns sur les autres.  Mais c'est bien en acceptant telle épreuve avec patience, ou bien en reconnaissant avec humilité les leçons d'un échec, que nous finirons par tracer un chemin bien droit et bâtir une maison tout à fait adaptée à nous besoins réels...

.

Fête de la Croix glorieuse

Message par etienne lorant » jeu. 14 sept. 2017, 11:15

Livre des Nombres 21,4b-9.  
En es jours-là, en chemin à travers le désert, le peuple perdit courage. Il récrimina contre Dieu et contre Moïse : « Pourquoi nous avoir fait monter d’Égypte ? Était-ce pour nous faire mourir dans le désert, où il n’y a ni pain ni eau ? Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable ! » Alors le Seigneur envoya contre le peuple des serpents à la morsure brûlante, et beaucoup en moururent dans le peuple d’Israël. Le peuple vint vers Moïse et dit : « Nous avons péché, en récriminant contre le Seigneur et contre toi. Intercède auprès du Seigneur pour qu’il éloigne de nous les serpents. » Moïse intercéda pour le peuple,
et le Seigneur dit à Moïse : « Fais-toi un serpent brûlant, et dresse-le au sommet d’un mât : tous ceux qui auront été mordus, qu’ils le regardent, alors ils vivront ! » Moïse fit un serpent de bronze et le dressa au sommet du mât. Quand un homme était mordu par un serpent, et qu’il regardait vers le serpent de bronze, il restait en vie !


Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 3,13-17.
En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème: « Nul n'est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme. De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle. Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. »


Cy Aelf, Paris

Les textes de ce jour pour la solennité de la Croix glorieuse nous font découvrir que le dessein du salut de apporté par Dieu en son Fils Jésus-Christ, était déjà présent dans le dessein de Dieu. Le Christ est bien là sur le serpent de bronze. On objecte parfois :  "Le Christ ne peut être identifié à un serpent !, ce serpent qui représente le diable, l'ennemi de la grâce et du salut des  hommes !  

Et pourtant, oui, puisque Jésus pris sur Lui "tous les péchés du monde" afin que le monde, par Lui soit sauvé. D'autres images, dès l'Ancien Testament, annoncent le don total que Jésus ferait de lui-même pour le salut des hommes, depuis Adam et Ève jusqu'à nous. Par exemple,  bien sûr,  le sacrifice d'Isaac, le fils unique d'Abraham qui vint "vérifier" pour toujours la foi inaltérable qu'eût Abraham.

Mais cet image fut suivie d'une autre, tout aussi convaincante, lors de l'institution du repas pascal, lorsque pour échapper au dernier fléau, les Juifs ont du sacrifié "un agneau pur et sans défaut" et d'en prélever du sang dont on marquerait la porte et les deux linteaux de chaque maison juive en Egypte. "Je parcourrai l’Égypte pour la frapper, dit le Seigneur. Quand je verrai le sang de l'agneau sur le linteau et sur les deux montants de vos portes, je passerai par-dessus."  Or, le geste pour marquer du sang une porte et ses deux montants, est le même que le signe de la croix en passant par une verticale suivie d'une horizontale.  

Lorsqu'on y réfléchit un peu, on se rend compte ce signe de salut a traversé tous les siècles jusqu'à nous et notre fois s'en trouve profondément revigorée.

.

Heureux sommes-nous !

Message par etienne lorant » mer. 13 sept. 2017, 10:27

Le mercredi de la 23e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens 3,1-11.
Si vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu. Pensez aux réalités d’en haut, non à celles de la terre. En effet, vous êtes passés par la mort, et votre vie reste cachée avec le Christ en Dieu. Quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui dans la gloire. Faites donc mourir en vous ce qui n’appartient qu’à la terre : débauche, impureté, passion, désir mauvais, et cette soif de posséder, qui est une idolâtrie. Voilà ce qui provoque la colère de Dieu contre ceux qui lui désobéissent, voilà quelle était votre conduite autrefois lorsque, vous aussi, vous viviez dans ces désordres. Mais maintenant, vous aussi, débarrassez-vous de tout cela : colère, emportement, méchanceté, insultes, propos grossiers sortis de votre bouche. Plus de mensonge entre vous : vous vous êtes débarrassés de l’homme ancien qui était en vous et de ses façons d’agir, et vous vous êtes revêtus de l’homme nouveau qui, pour se conformer à l’image de son Créateur, se renouvelle sans cesse en vue de la pleine connaissance. Ainsi, il n’y a plus le païen et le Juif, le circoncis et l’incirconcis, il n’y a plus le barbare ou le primitif, l’esclave et l’homme libre ; mais il y a le Christ : il est tout, et en tous.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 6,20-26.
En ce temps-là, Jésus, levant les yeux sur ses disciples, déclara :« Heureux, vous les pauvres, car le royaume de Dieu est à vous. Heureux, vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasiés. Heureux, vous qui pleurez maintenant, car vous rirez. Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent et vous excluent, quand ils insultent et rejettent votre nom comme méprisable, à cause du Fils de l’homme. Ce jour-là, réjouissez-vous, tressaillez de joie, car alors votre récompense est grande dans le ciel ; c’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les prophètes. Mais quel malheur pour vous, les riches, car vous avez votre consolation ! Quel malheur pour vous qui êtes repus maintenant, car vous aurez faim ! Quel malheur pour vous qui riez maintenant, car vous serez dans le deuil et vous pleurerez ! Quel malheur pour vous lorsque tous les hommes disent du bien de vous ! C’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les faux prophètes. »

- © AELF, Paris

Par notre baptême nous sommes réellement entré dans une vie nouvelle. Nous n'en avons guère eu conscience, mais
ce rite - qui passe aux yeux des incroyant comme anodin, comme tenant en même temps du folklore ou de la superstition, nous a, en fait, revêtu de la grâce divine, laquelle nous accompagne tout le temps de notre vie.
Souvenons-nous de ces temps dans nos vies où nous nous sommes cru abandonnés, incompris, parfois bousculés par autrui jusque dans nos pensées les les plus innocentes ... nous en avons souffert, mais cette souffrance nous a permis plus tard de mieux nous connaître en pleine lumière, pour mieux progresser ensuite. L'oeuvre de grâce de notre baptême nous rejoint, d'une façon ou d'une autre, pour nous révéler à nous-mêmes que nous sommes uniques et aimés sans condition.   Et dès lors, ce "caractère unique" cesse d'un seul coup d'être un fardeau à porter, pour paraître et briller comme un trésor à partager avec tous.


Je voudrais citer ici l'exemple d'une de mes anciennes amies, qui est athée, comme tous les membres de sa famille, et qui a trouvé une voie unique dans sa vie et qui est : la photographie de toutes sortes de plantes en gestation.  Pour comprendre son art, il faut se rappeler  ce que disait Van Gogh à propos de certaines de ses toiles. Il disait en effet : "Lorsque je peins une une fleur, je voudrais montrer que les graines de cette fleur n'attendent que d'être à leur tour tombées en terre afin de devenir fleur elle aussi".  Mon amie en est là, mais lorsqu'elle se pose la question de la religion, elle répond qu'elle est tentée par le bouddhisme et "l'adoration du néant divin" - ce qui est un contre-sens absolu... Cependant, si cette amie poursuit dans cette recherche, elle finira par reconnaître que la création présuppose un Créateur....


Pour nous, en tout cas,ce qui nous pousse en avant dans la foi, c'est bien l'oeuvre de la grâce divine. Cette grâce nous accompagne et nous entraîne continuellement dans la reconnaissance de l'amour de Dieu.  Sommes-nous heureux  ?  Oui, nous le sommes puisque nous sommes "nés d'En-Haut" dans le Christ.


.

Rien ne suspend le labeur de la grâce

Message par etienne lorant » lun. 11 sept. 2017, 15:27

Le lundi de la 23e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens 1,24-29.2,1-3.
Frères, maintenant je trouve la joie dans les souffrances que je supporte pour vous; ce qui reste à souffrir des épreuves du Christ dans ma propre chair, je l’accomplis pour son corps qui est l’Église.

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 6,6-11.
Un jour de sabbat, Jésus était entré dans la synagogue et enseignait. Il y avait là un homme dont la main droite était desséchée. Les scribes et les pharisiens observaient Jésus pour voir s’il ferait une guérison le jour du sabbat ; ils auraient ainsi un motif pour l’accuser. Mais lui connaissait leurs raisonnements, et il dit à l’homme qui avait la main desséchée : « Lève-toi, et tiens-toi debout, là au milieu. » L’homme se dressa et se tint debout. Jésus leur dit : « Je vous le demande : Est-il permis, le jour du sabbat, de faire le bien ou de faire le mal ? de sauver une vie ou de la perdre ? » Alors, promenant son regard sur eux tous, il dit à l’homme  « Étends la main. » Il le fit, et sa main redevint normale. Quant à eux, ils furent remplis de fureur et ils discutaient entre eux sur ce qu’ils feraient à Jésus.  
 




Comment, tandis qu'il est retenu à Rome, l'apôtre Paul peut-il être, à lui seul, un secours pour les Colossiens ?  C'est la question que nous pose la première lecture. Aux yeux des non-croyants, ce la ne peut exister - du moins pas plus que des mots d'encouragement écrit sur du papier. Mais il n'y a pas que des mots sur un papier. L'offrande des souffrances, de la solitude, du jeûne, des  menaces supportées et de multiples prières,  tout cela est bien réel pour quiconque a la foi. Mais même sans la foi: qui d'entre nous ne s'est pas réjoui de recevoir une simple carte postale pour son anniversaire ?   Saint Paul retenu à Rome, offre beaucoup plus  aux  Colossiens que des mots sur un parchemin !

Et dans l’Évangile de ce jour, pour ne pas provoquer la fureur des pharisiens va procéder à une sorte de "non-guérison réussie" - car physiquement, Jésus n'a pas tendu la main pour guérir le malade, mais il lui a simplement parlé pour ordonner au malade de tendre vers lui sa main desséchée. Techniquement, il n'a rien fait mais c'est ainsi que procède la grâce divine: elle ne devient sensible que pour celles et ceux qui l'ont demandée...


 

.

Jésus maître du Sabbat

Message par etienne lorant » sam. 09 sept. 2017, 15:45

Lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens 1,21-23.
Frères, vous étiez jadis étrangers à Dieu, et même ses ennemis, par vos pensées et vos actes mauvais. Mais maintenant, Dieu vous a réconciliés avec lui, dans le corps du Christ, son corps de chair, par sa mort, afin de vous introduire en sa présence, saints, immaculés, irréprochables. Cela se réalise si vous restez solidement fondés dans la foi, sans vous détourner de l’espérance que vous avez reçue en écoutant l’Évangile proclamé à toute créature sous le ciel. De cet Évangile, moi, Paul, je suis devenu ministre.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 6,1-5.
Un jour de sabbat, Jésus traversait des champs; ses disciples arrachaient des épis et les mangeaient, après les avoir froissés dans leurs mains. Quelques pharisiens dirent alors : « Pourquoi faites-vous ce qui n’est pas permis le jour du sabbat ? » Jésus leur répondit: «N’avez-vous pas lu ce que fit David un jour qu’il eut faim, lui-même et ceux qui l’accompagnaient?  Il entra dans la maison de Dieu, prit les pains de l’offrande, en mangea et en donna à ceux qui l’accompagnaient, alors que les prêtres seulement ont le droit d’en manger. » Il leur disait encore : «Le Fils de l’homme est maître du sabbat.»


Cy Aelf, Paris

Voici que les disciples de Jésus se font très sérieusement reprendre par les les pharisiens,  pour avoir froissé quelques épis de blés quand ils avaient faim. C'est tout dire de leur tournure d'esprit, de leur promptitude à juger et condamner. En d'autres circonstances, d'autres hommes, y compris des païens ou des athées ne connaissant pas Dieu, auraient eu un geste pour soulager leurs ventres creux.  Mais pas ces pharisiens qui sont à l'affût de toute occasion de rejeter et condamner les messagers de la bonne nouvelle.

Et Jésus de répondre en rappelant un épisode dans lequel David lui-même, avec ses compagnons n'avaient pas hésité de se nourrir d'offrandes de l'autel - une "transgression" beaucoup plus grave selon les critères des gardiens du temple. Or, en Jésus, il y a beaucoup plus que David.  Ces pharisiens ont-ils compris la réponse qu'il leur donne en évoquant "Le fils de l'homme" ?  Certainement non, car ils avaient pu comprendre, ils se seraient aussitôt  jeté sur Jésus et le faire mourir. ! En effet, par cette dénomination, Jésus affirme sa double origine divine et humaine : « Le Fils de l’Homme » n’est pas seulement « un fils d’homme », il est aussi « Fils de Dieu». Il dévoile un mystère que les théologiens appelleront plus tard « l’union hypostatique ».

.

Election de Pierre avec Jacques et Jean

Message par etienne lorant » ven. 08 sept. 2017, 17:04

Lettre de saint Paul apôtre aux Colossiens
Et vous, vous étiez jadis étrangers à Dieu, et même ses ennemis, par vos pensées et vos actes mauvais.  Mais maintenant, Dieu vous a réconciliés avec lui, dans le corps du Christ, son corps de chair, par sa mort, afin de vous introduire en sa présence, saints, immaculés, irréprochables. Cela se réalise si vous restez solidement fondés dans la foi, sans vous détourner de l’espérance que vous avez reçue en écoutant l’Évangile proclamé à toute créature sous le ciel. De cet Évangile, moi, Paul, je suis devenu ministre. Maintenant je trouve la joie dans les souffrances que je supporte pour vous; ce qui reste à souffrir des épreuves du Christ dans ma propre chair, je l’accomplis pour son corps qui est l’Église.



Vocation de Pierre, avec Jacques et Jean
En ce temps-là, la foule se pressait autour de Jésus pour écouter la parole de Dieu, tandis qu’il se tenait au bord du lac de Génésareth. Il vit deux barques qui se trouvaient au bord du lac; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’écarter un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait les foules. Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche. » Simon lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre; mais, sur ta parole, je vais jeter les filets. » Et l’ayant fait, ils capturèrent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer. Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient. À cette vue, Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus, en disant : « Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur. » En effet, un grand effroi l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient pêchés ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Jésus dit à Simon: « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras. » Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent.


Je n'ai pas pu retrouver ces textes sur le site de l'Aelf, mais ce sont bien les textes que notre prêtre a lus. Cette épître, comme beaucoup d'autres, témoigne de la puissances de la Paroles l'oeuvre tant dans l'enseignement des apôtres que dans l'esprit et le cœur de toutes celles et tous ceux qui l'accueillent avec bienveillance.  Nous fêtons donc saint Pierre dans sa confiance en Jésus, qui dépasse ses doutes.  Il est pécheur de profession et si quelqu'un peut se vanter de bien connaître la pèche en cet endroit, c'est bien lui !

Pourtant, l’Évangile nous montre de lui, non pas le scepticisme de l'expert, mais l'humilité et la confiance.  Lui-même et ses compagnons ont jeté les filets dans la mer durant toute la nuit, mais sans rien prendre.  Et pourtant, sans hésitation, il est d'accord, accueille Jésus dans sa barque et tous repartent au travail. Cette promptitude et la docilité à répondre de façon positive montre bien qu'il est un "homme de bonne volonté". Il faut tout autant souligner la  cohésion du groupe. Jacques et Jean auraient-ils laissé Pierre s'en aller sans eux ?  Non, ils suivront Pierre pour mieux suivre Jésus.

Le point central de ce récit, c'est bien le fait que Pierre, Jacques et Jean ont d'emblée accepter de changer tout de suite de mode de vie, sans même savoir comment ils mangeront, ni où ils dormiront et ce qu'ils devront faire.  Toute vocation véritable, a donc conclu notre prêtre, n'est pas fondée sur un calcul rationnel, mais d'un mouvement de tout l'être.  De la même manière, nous lever tôt ce matin pour participer à l'Eucharistie du matin, cela ne tient pas d'une réflexion, d'un gain possible, mais d'un mouvement de nos cœurs à la rencontre du Seigneur.

.

De la soumission à la pleine particitpation

Message par etienne lorant » jeu. 07 sept. 2017, 10:21

Le jeudi de la 22e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens 1,9-14.
Frères, depuis le jour où nous en avons entendu parler, nous ne cessons pas de prier pour vous. Nous demandons à Dieu de vous combler de la pleine connaissance de sa volonté, en toute sagesse et intelligence spirituelle. Ainsi votre conduite sera digne du Seigneur, et capable de lui plaire en toutes choses.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 5,1-11.
En ce temps-là, la foule se pressait autour de Jésus pour écouter la parole de Dieu, tandis qu’il se tenait au bord du lac de Génésareth. Il vit deux barques qui se trouvaient au bord du lac; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’écarter un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait les foules.Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche.»Simon lui répondit: «Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre; mais, sur ta parole, je vais jeter les filets.» L'’ayant fait, ils prirent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer. Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient. À cette vue, Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus, en disant: «Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur.» En effet, un grand effroi l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient pêchés; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Jésus dit à Simon: «Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu rendras.» Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent.

© AELF, Paris


La première réaction de Pierre lors de sa rencontre avec le Christ, c'est évidemment la peur. Pierre, en bon juif, ne peut connaître Dieu que dans la crainte. Et de cette frayeur sacrée, il ne peut guère résulter de bonnes choses. Toute l'ancienne Alliance est présente dans cette parole: "«Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur !». Par ces mots, Pierre résume en lui toute l'histoire des relations du peuple juif avec Dieu:  craintes et tremblements , mais également une servilité qui est  tout autant contraire à la volonté de Dieu.

Tous les convertis témoignent d'une même voix pour dire que les larmes du repentir sincère se transforment en larmes de joie.  En quelque sorte, c'est ainsi que nous passons tous de l'ancienne à la nouvelle alliance. Les actes de repentances sont bienvenus, mais ils doivent contribuer à servir Dieu en adoptant sa patience et sa miséricorde, ainsi qu'en laissant librement l'Esprit saint agir en nous. A chaque Eucharistie, nous sommes renouvelés afin d'aimer de l'amour même de Dieu.

.

Manifester l'amour du Christ)

Message par etienne lorant » mer. 06 sept. 2017, 11:14

Le mercredi de la 22e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens 1,1-8.
Paul, Apôtre du Christ Jésus par la volonté de Dieu. Nous rendons grâce à Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, en priant pour vous à tout moment. Nous avons entendu parler de votre foi dans le Christ Jésus et de l’amour que vous avez pour tous les fidèles dans l’espérance de ce qui vous est réservé au ciel; vous en avez déjà reçu l’annonce par la parole de vérité, l’Évangile qui est parvenu jusqu’à vous. Lui qui porte du fruit et progresse dans le monde entier, il fait de même chez vous, depuis le jour où vous avez reçu l’annonce et la pleine connaissance de la grâce de Dieu dans la vérité. Cet enseignement vous a été donné par Épaphras, notre cher compagnon de service, qui est pour vous un ministre du Christ digne de foi; il nous a fait savoir de quel amour l’Esprit vous anime.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 4,38-44.
En ce temps-là, Jésus quitta la synagogue et entra dans la maison de Simon. Or, la belle-mère de Simon était oppressée par une forte fièvre, et on demanda à Jésus de faire quelque chose pour elle.  Il se pencha sur elle, menaça la fièvre, et la fièvre la quitta. À l’instant même, la femme se leva et elle les servait. Au coucher du soleil, tous ceux qui avaient des malades atteints de diverses infirmités les lui amenèrent. Et Jésus, imposant les mains à chacun d’eux, les guérissait. Et même des démons sortaient de beaucoup d’entre eux en criant : « C’est toi le Fils de Dieu !» Mais Jésus les menaçait et leur interdisait de parler, parce qu’ils savaient, eux, que le Christ, c’était lui. Quand il fit jour, Jésus sortit et s’en alla dans un endroit désert. Les foules le cherchaient; elles arrivèrent jusqu’à lui, et elles le retenaient pour l’empêcher de les quitter. Mais il leur dit : « Aux autres villes aussi, il faut que j’annonce la Bonne Nouvelle du règne de Dieu, car c’est pour cela que j’ai été envoyé.» Et il proclamait l’Évangile dans les synagogues du pays des Juifs.


© AELF, Paris

De nouveau, un très bon choix de textes afin de montrer comment les fidèles doivent se comporter les uns avec les autres, chacun dans la mesure des talents reçus de Dieu. Chacune et chacun des Colossiens qui ont accueilli l'annonce de la Bonne Nouvelle, vivent en paix en ayant abandonné tout ce qui tenait de "'homme ancien".   Notre prêtre a évoqué quels changement survient pour les hommes et les femmes qui ont accueilli, avec cœur, l'annonce de la bonne nouvelle.  Cette bonne nouvelle qui permet à toutes et tous de manifester l'amour de Dieu par des gestes de miséricorde, par la réconciliation entre ceux qui s'opposaient, en puisant dans l'humilité aussi bien que dans la joie. Cette joie est liée, non pas seulement à la pratique des sacrements, mais un nouvellement constant de grâce de la conversion reçue de Dieu. Croire sans aimer par des gestes concrets, c'est se mettre en danger de perdre sa foi, car celle-ci ne peut subsister et grandir que par des manifestations concrètes de l'amour de Dieu qui nous anime. Il s'agit de choses toutes simples en apparence - car il n'est guère difficile de saluer chacun par son prénom, de demander des nouvelles de la famille, de partager un repas, de donner un coup de main lors d'un déménagement, de veiller un malade  et lui demander ce dont il peut avoir besoin, etc. Toutes ces bonnes actions sont simples mais exigent que l'on apprenne à se détourner de son "ego" pour recevoir autrui comme nous désirons être nous-même reçus...

A Capharnaüm, Jésus est comme "en famille" dans la maison de Simon-Pierre. Il prend soin de la belle-mère de son hôte, il impose les mains, il chasse les démons qui tentent de jeter le trouble. Il n'enseigne pas du haut d'une chaire, mais en employant un langage bien compréhensible par toutes et tous.  Et lorsqu’il repart, ce n'est pas qu'Il ait  tâches plus importantes encore à accomplir, mais qu'il doit aussi manifester à d'autres comment vivre en vue du Royaume. Les les lectures de ce jour nous invitent non pas à nous dépasser pour devenir un "chrétien d'élite", mais d'évoluer librement en laissant l'Esprit inspirer les tâches de chaque jour.

.

La Lumière brille dans les ténèbres

Message par etienne lorant » mar. 05 sept. 2017, 16:59

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens 5,1-6.9-11.
Pour ce qui est des temps et des moments de la venue du Seigneur, vous n’avez pas besoin, frères, que je vous en parle dans ma lettre. Vous savez très bien que le jour du Seigneur vient comme un voleur dans la nuit. Quand les gens diront : « Quelle paix ! Quelle tranquillité ! », c’est alors que, tout à coup, la catastrophe s’abattra sur eux, comme les douleurs sur la femme enceinte : ils ne pourront pas y échapper. Mais vous, frères, comme vous n’êtes pas dans les ténèbres, ce jour ne vous surprendra pas comme un voleur. En effet, vous êtes tous des fils de la lumière, des fils du jour ; nous n’appartenons pas à la nuit et aux ténèbres. Alors, ne restons pas endormis comme les autres, mais soyons vigilants et restons sobres. Car Dieu ne nous a pas destinés à subir la colère, mais à entrer en possession du salut par notre Seigneur Jésus Christ, mort pour nous afin de nous faire vivre avec lui, que nous soyons en train de veiller ou de dormir. Ainsi, réconfortez-vous mutuellement et édifiez-vous l’un l’autre, comme vous le faites déjà.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 4,31-37.
En ce temps-là, Jésus descendit à Capharnaüm, ville de Galilée, et il y enseignait, le jour du sabbat. On était frappé par son enseignement car sa parole était pleine d’autorité. Or, il y avait dans la synagogue un homme possédé par l’esprit d’un démon impur, qui se mit à crier d’une voix forte:
«Ah  que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais qui tu es : tu es le Saint de Dieu.» Jésus le menaça : «Silence ! Sors de cet homme.» Alors le démon projeta l’homme en plein milieu et sortit de lui sans lui faire aucun mal. Tous furent saisis d’effroi et ils se disaient entre eux: «Quelle est cette parole ? Il commande avec autorité et puissance aux esprits impurs, et ils sortent ! » Et la réputation de Jésus se propageait dans toute la région.

© AELF, Paris

La seconde venue du Seigneur a toujours été annoncée, d'une façon où d'une autre, dans des publications diverses qui ont en commun d'annoncer des faits terrifiants, des jours de ténèbres durant lesquels ils faudra rester enfermés chez soi. J'ai eu dans les mains et j'ai lu ce que rapportaient ces textes, certains reprenant des prodiges qui fourmillent dans l'Ancienne Alliance. Faut-il leur accorder notre attention ?  Oui, dans la mesure où des hommes furieux comme Néron et Attila, puis des guerriers conquérants comme Napoléon,  suivis  plus tard par des génocidaires tels Staline et Hitler ont secoué l'humanité - oui, il faut bien tenir compte qu'à périodes fixes les nations sont en proie aux explosions de violences et d'horreurs - mais encore : au reniement complet des valeurs chrétiennes.  Qu'ils aient pris chair humaine, ou non, les démons "rodent sur la terre, cherchant qui dévorer", comme le prévient saint Pierre.

D'une manière ou d'une autre, nous demeurons presque constamment exposés au mal.  Un mal qui prend diverses formes dont certaines ont même été érigées en "droits de l'homme"... lesquels, après l'avortement, ont permis les manipulations génétiques, les changements de sexe, et autres "fantaisies" sordides. Il faut citer aussi  l'euthanasie et le suicide assisté.  Dans la violence comme dans le mensonge sur la nature de l'homme, les démons sont d'autant plus nombreux que l'on rejette les recommandations de l'Eglise ou qu'elles demeurent ignorées...

Ce qu'il faut retenir des textes d'aujourd'hui, c'est qu'il nous faut demeurer dans l'Amour, quoi qu'il advienne. Le signe le plus sûr que nous demeurons sur la voie droite, c'est de manifester la miséricorde envers tous ceux qui peinent autour de nous en ignorant complètement l'enjeu de notre temps de vie sur la terre.

(Le nombre d'hommes et de femmes qui ne se sont jamais la posé la question de savoir s'il existe un Dieu... me touche énormément, moi qui suis de ceux qui peuvent dire : "Dieu existe, je L'ai rencontré"....

.

Nul n'est prophète en son pays

Message par etienne lorant » lun. 04 sept. 2017, 10:41

Le lundi de la 22e semaine du temps ordinaire

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens 4,13-18.
Frères, nous ne voulons pas vous laisser dans l’ignorance au sujet de ceux qui se sont endormis dans la mort; il ne faut pas que vous soyez abattus comme les autres, qui n’ont pas d’espérance. Jésus, nous le croyons, est mort et ressuscité; de même, nous le croyons aussi, ceux qui se sont endormis, Dieu, par Jésus, les emmènera avec lui. Car, sur la parole du Seigneur, nous vous déclarons ceci : nous les vivants, nous qui sommes encore là pour la venue du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui se sont endormis. Au signal donné par la voix de l’archange, et par la trompette divine, le Seigneur lui-même descendra du ciel, et ceux qui sont morts dans le Christ ressusciteront d’abord. Ensuite, nous les vivants, nous qui sommes encore là, nous serons emportés sur les nuées du ciel, en même temps qu’eux, à la rencontre du Seigneur. Ainsi, nous serons pour toujours avec le Seigneur.
Réconfortez-vous donc les uns les autres avec ce que je viens de dire.



Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 4,16-30.
En ce temps-là, Jésus vint à Nazareth, où il avait été élevé. Selon son habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture. On lui remit le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit:‘L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés, annoncer une année favorable accordée par le Seigneur.’ Jésus referma le livre, le rendit au servant et s’assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui. Alors il se mit à leur dire :«Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre.» Tous lui rendaient témoignage et s’étonnaient des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche. Ils se disaient:  N’est-ce pas là le fils de Joseph ? Mais il leur dit : « Sûrement vous allez me citer le dicton : “Médecin, guéris-toi toi-même”, et me dire : “Nous avons appris tout ce qui s’est passé à Capharnaüm ; fais donc de même ici dans ton lieu d’origine!” » Puis il ajouta : « Amen, je vous le dis : aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays. En vérité, je vous le dis : Au temps du prophète Élie, lorsque pendant trois ans et demi le ciel retint la pluie, et qu’une grande famine se produisit sur toute la terre, il y avait beaucoup de veuves en Israël;pourtant Élie ne fut envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien dans la ville de Sarepta, au pays de Sidon, chez une veuve étrangère.Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien.» À ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux. Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où leur ville est construite, pour le précipiter en bas.
Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin.


Cy Aelf, Paris


S'ils ont la foi, les hommes n'ont à craindre de la mort : tel est le réconfort que saint Paul apporte aux Thessaloniciens, car leur foi est grande au point de triompher de cette crainte, que tous les hommes rencontrent, inévitablement. D'après certaines études, le moment de ce passage est comparable à ce que vivent les enfants qui naissent: comme la mort, la naissance est un moment unique dans l'existence. Cependant, tout ce que l'on vit, entre naissance et mort, est marqué par un besoin d'aimer et d'être aimé qui traverse toute existence.

Cette supériorité de l'amour, Jésus n'a cessé de la manifester, bien sûr par la résurrection de Lazare - puis par la sienne propre. Il est une parole toujours énigmatique dans ce passage de l’Évangile où Jésus aurait bien dû mourir en étant projeté du haut d'un escarpement sur lequel cette ville est construite.

Pour répondre à cette interrogation, notre prêtre nous a cité en exemple le cas du brancardier Pierre Teilhard de Chardin durant la guerre 14-18. Pour ne pas avoir à l'exposer inutilement, ses chefs lui proposèrent le poste d’aumônier, mais lui n'en voulut pas ais : il choisit d'être brancardier - ce qu'il y avait de plus dangereux. Eh bien, de tels choix manifestent que l'amour est vainqueur de la mort, non pas seulement aux funérailles, mais en toutes occasions de l'existence.

Comment donc Jésus a-t-il échappé à la mort cette fois-là ? Tout simplement, comme le dit
le texte:  parce que son heure n'était pas venue.

.

Haut