Une journée au purgatoire

Règles du forum
Forum d'édification des lecteurs par le partage de témoignages chrétiens de grâces obtenues (conversions, guérisons, etc.)

Répondre


Cette question est un moyen de lutter contre les publications automatisées indésirables.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Accéder à davantage d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Une journée au purgatoire

Re: Une journée au purgatoire

Message par apatride » Aujourd’hui, 4:27

Quelques mots de l'abbé Maurice Zundel sur le sujet :

---

Homélie de Maurice Zundel au Caire en 1940. Non édité.

Quand nous pensons à tous ces hommes qui meurent chaque jour pendant cette guerre, nous nous demandons ce qui arrive à tous ces êtres écrasés par une grenade, par des obus. Beaucoup de ces êtres ont peut-être pensé au moment de leur mort à ce qu’il y a au-delà de la mort, à la divine rencontre.

La foi nous enseigne à ce sujet que, dans le Purgatoire, il y a certitude de la vision divine après l’action purificatrice. La foi conclut donc que le Purgatoire est un état de souffrance, d’espérance et d’amour.

Il est très difficile de nous faire une idée des souffrances du Purgatoire. L’Eglise ne nous dit rien de précis et les visions ne sont pas toutes concordantes ; alors, il ne reste que des conjectures. Les âmes du Purgatoire se savent retenues et tout instant de retard pèse sur elles. Elles ont un désir ardent de voir Dieu et sont dans l’impossibilité de la rencontre, ce qui entraîne un déchirement indicible.

On peut aussi envisager un autre aspect qui est l’espérance certaine de voir Dieu avec la parfaite acceptation de cet état, même s’il est dur : ils sont contents de leurs souffrances parce que s’accomplit la volonté divine.

Le Purgatoire est donc un état de douleur et de joie, de tourment et d’amour, de certitude et de nuit.

Impossible de penser à la durée

Ne jamais comparer à l’enfer – éternelle absence de Dieu, refus obstiné, implacable et éternel – avec le Purgatoire qui est une acceptation fondamentale, une ouverture, une certitude de vision de Dieu.

Il est impossible aussi de résoudre la question de la durée, impossible de transporter au-delà de la mort la notion du temps. Mais nous pouvons toujours nous en référer à la différence de la durée de l’horloge et de la durée intérieure – durée de nos impressions. Nous pouvons calculer le temps d’un concert, mais il nous est impossible de savoir la durée de notre joie provoquée par la musique. Par la vie spirituelle et la vie mystique déjà, la durée est en dehors et au-dessus du temps, comme elle est au-dessus de la mort.

Si la différence entre les deux durées nous interdit de penser à la durée du Purgatoire, à plus forte raison, n’avons-nous pas d’indications sur la durée des indulgences. Nous ne savons à quoi elles correspondent.

Infiniment d’espérance

On peut concevoir le Purgatoire comme un feu intense, la purification se faisant soit en un instant, soit sur une longue durée. Mais n’essayons pas de nous représenter les choses de l’au-delà avec nos expériences d’ici-bas.

Ce qui est beaucoup plus important et plus pathétique, c’est que le Purgatoire représente une chance infinie de développement pour les êtres qui ne sont pas arrivés à l’âge adulte et n’ont jamais atteint la plénitude de leur pensée et de leur vouloir. Nous sommes matériels, il y a sur tous les êtres le poids de la chair. Comment certains êtres pourraient-ils être responsables de leur épanouissement tardif ? Dans le Purgatoire, ils ouvrent leur cœur à la lumière éternelle et un germe d’amour éclot en eux.

Il nous est permis d’avoir infiniment d’espérance pour les êtres qui ont eu de la charité envers les autres ou un tout petit mouvement vers Dieu.

Ce qu’on raconte sur le saint Curé d’Ars et de l’homme incroyant au bouquet de violettes posé à l’autel de la Vierge. Acte de charité parfaite de l’aviateur en péril qui prie Dieu, quand il est sauvé, pour lui rendre grâces.

Il suffit, pour former un triangle, de former un angle : il est indifférent de prolonger les lignes, puisque la forme du triangle est donnée par l’ouverture de l’angle. Il en est de même des âmes : nos choix déterminent l’ouverture de l’angle. Quand un homme vit mal, si l’angle est ouvert, il peut être sauvé.

« Si le grain de blé ne meurt, il ne peut porter de fruits ». Le Purgatoire est cet état et puis l’âme brisera les obstacles et verra Dieu.

Les petits détails de nos rapports avec le prochain décideront

Lorsqu’on est témoin de la vie, on se rend compte combien peu l’homme jouit de sa liberté. Il subit l’influence de son hérédité, de son éducation, de ses passions. Les actes pleinement libres sont extrêmement rares. De sorte que les actes qui jaillissent de nos passions les plus terribles engagent moins nos responsabilités. Ce sont les actes les plus insignifiants, comme ceux de compassion, ceux qui témoignent de l’amour envers le prochain, ce sont les tout petits détails de nos rapports avec le prochain qui décideront de notre destin. Un sourire sera le germe de cette vie, face à face avec Dieu.

L’immense majorité des hommes n’est pas mauvaise, les bons sentiments sont nombreux, mais il faut une lumière spirituelle.

Il n’y a d’amour créateur que chez le saint, c’est l’amour transparent à la personne et à la présence du Verbe.

Nous pouvons les aider

Le Purgatoire élargit infiniment nos horizons, ouvre toutes grandes les portes de l’espérance, constitue ure possibilité infinie pour les ratés de cette vie.

Le Purgatoire fait appel à notre collaboration. L’amour est plus fort que la mort, tout n’est pas fini à la mort. Si l’amour a un sens, c’est dans la maternité divine qui donne Dieu à ceux que nous aimons. La mort ne peut interrompre le courant, puisqu’il y a durée intemporelle, les âmes ne se détachent de nous qu’en apparence.

Dans le Purgatoire, l’âme n’a pas d’initiative. Nous pouvons les aider, nous ; parce que nous avons de l’initiative, nous pouvons les enfanter en Dieu.

Enfanter Dieu dans ceux qui nous sont chers et dans les âmes du Purgatoire

Puisque les âmes sont ouvertes à Dieu et pleines de sa Présence, il faut situer le Purgatoire dans le voisinage de Dieu. C’est en Dieu qu’il faut les situer et, puisque Dieu est en nous, c’est en nous qu’il faut les rejoindre et notre conversation avec elles est plus vivante, dans la mesure où nous croissons en Dieu et dans la mesure où il devient le centre de nos tendresses, nous sommes capables de hâter la délivrance de ces âmes.

« Celui qui fait la volonté de Dieu est mon père, ma mère, mon frère ». Et s’il faut enfanter Dieu en nous, il faut l’enfanter aussi dans ceux qui nous sont chers et dans les âmes du Purgatoire.

Nous avons donc la certitude que nos bien-aimés ne nous ont pas quittés, que nous avons pouvoir de les rejoindre à chaque instant dans le Verbe puisqu’il est infini. En dehors de cette doctrine, tout est nuit.

La foi augmente l’intimité

La foi : l’avenir est beau, il y a une intimité entre les morts plus grande, puisque le lien avec eux, c’est Dieu, Dieu en eux, Dieu en nous. L’amour commence, grandit, devient intime et infini chaque jour davantage et l’âme bien-aimée demeure en notre âme comme la lampe du sanctuaire où resplendit la Présence de Dieu.

Les âmes nous sont plus intimes encore au Memento des défunts à la messe. Si la messe est la somme de l’univers, si elle offre l’univers pour en faire un reposoir de sa présence et de sa bonté, les âmes aussi y ont une messe, non à la mémoire des hommes, mais à la mémoire de Dieu.

Chaque être devant Dieu est unique

Il y a dans l’histoire humaine une affreuse injustice. Il y a une infinité d’êtres humains que l’histoire ignore, elle ne retient le plus souvent que les noms de ceux qui mettent la terre à feu et à sang, les conquérants et pourtant chaque être devant Dieu est unique, chacun est irremplaçable. Dieu, lui, n’a pas oublié leurs noms inscrits à jamais dans son cœur, comme le nom d’un enfant ne peut jamais s’effacer du cœur de sa mère.

L’Eglise a un même sens du caractère unique de chaque âme et, au Memento des morts, elle rassemble tous ces êtres, les appelle par leur nom. Ils ne sont pas morts dans la durée éternelle. Nous pouvons refaire toute l’histoire du monde au Memento des morts : tous ces noms d’histoire qui nous sont chers, que nous traitons en amis, nous pouvons les attendre au Memento et, par la messe, hâter la fin de leurs souffrances. Comme l’histoire est magnifique quand nous avons la certitude que toute âme vit encore et qu’elle attend notre secours ! Il n’y a pas d’anonymat devant Dieu, chacun a son nom.

Il faut que le Memento des morts nous devienne un moment brûlant pour que toutes les âmes les plus inconnues voient la lumière de son visage.

Du côté de Dieu, il n’y a qu’amour

Le spectacle de la nature nous offre les visions infinies. Rien que les pierres, les couleurs, la vision du firmament, les plantes ne cessent de faire grandir notre étonnement, le monde animal aussi. Nous admirons les degrés de complexité, l’harmonie, la richesse, la puissance d’induction du monde visible. La pensée humaine, même invisible, ne saurait être moindre.

Nous voulons remettre tous ceux qui meurent aujourd’hui dans cette guerre atroce, toutes les âmes à leur ange gardien et qu’elles voient dans le visage des Anges, celui de Dieu qui est plus mère que toutes les mères.

Que notre cœur demeure dans l’espérance ! Dans la doctrine du Purgatoire et des Saints Anges, du côté de Dieu, il n’y a qu’amour.

Jésus dit à Angèle de Foligno : « Est-ce que tu aperçois autre chose que l’amour en moi ? » ‑ « Non, Seigneur, j’ai beau regarder en vous, je n’aperçois que l’amour. »

Re: Une journée au purgatoire

Message par Christophe » Hier, 18:40

Pour information, voici un message reçu par e-mail de Sr Maria Pia Guillaume
J'ai lu avec intérêt l'article "Une journée au purgatoire" de Cinci » jeu.
19 janv. 2017, 8:07 mais à ma grande surprise cet article a pour auteur une
certaine Sr Anna qui ferait partie des Apôtres de Jésus Crucifié et est
extrait d'une revue "Aimez-vous les uns les autres, no 4, 2016, p. 49"
datée de 2016. J'aimerais savoir qui est cette Soeur Anna qui déclare
appartenir à notre Institut à notre insu. Le nom de famille n'est pas
indiqué. En 2016 aucune Soeur Anna de langue française ne faisait partie de
l'institut. Merci de bien vouloir vérifier la source de cet article et de
ne pas publier au nom de personne qui n'existe pas.

Re: Une journée au purgatoire

Message par Cinci » dim. 19 mars 2017, 3:38

J'ai trouvé un petit supplément par rapport à la mystique ou plutôt touchant sa définition, pour comprendre de quoi il s'agit.


Le nouveau souffle du catholicisme et de la mystique

"Il y a du spirituel dans l'air au lendemain de la grande tuerie de 1914-1918. Les hécatombes insensées et les questions qu'elles posent, suscitent la griseries des Années folles ou au contraire, des réveils spirituels exigeants. D'autres souffrent du scientisme ambiant et d'engouffrent avec avidité dans les grands espaces décrits par les mystiques. Tant d'itinéraires se rejoignent dans la primauté donnée à l'oraison et à la fréquentation des grands auteurs. La mystique connaît une réhabilitation après le long discrédit hérité de la condamnation du quiétisme. Après avoir longtemps associé la mystique à l'ésotérisme ou à la pathologie, l'Université française s'ouvre à son tour au témoignage de ses représentants. Du côté de l'Église, des pionniers s'Intéressent à l'étude des mystiques dès la fin du XIXe siècle.

En 1918, deux chaires de théologie ascétique et mystique sont crées à l'Angelicum et à l'Université grégorienne. Mesurons la nouveauté de l'initiative. Si l'on étudiait sérieusement la théologie ascétique, le clergé séculier ne recevait, soit au séminaire, soit à l'Université, aucun enseignement de théologie mystique proprement dite; le mot même de mystique avait pris chez lui, et garde encore dans certains milieux, un sens péjoratif.

La béatification puis la canonisation de Thérèse de Lisieux en 1923 et 1925, suivie du doctorat de Jean de la Croix en 1926, ou l'inscription de la théologie mystique dans le ratio studiorum des facultés ecclésiastiques manifestent le souci de Pie XI de donner des guides sûrs au mouvement spirituel.

La figure de Charles de Foucauld perce au grand jour à partir de 1921. La large place réservée par les éditeurs aux ouvrages religieux est un autre indicateur du printemps mystique.

[...]

Au début du XXe siècle, s'ouvre un débat sur la question mystique. L'objet principal en est l'appel universel à la vie mystique. Pour certains auteurs, le commun des baptisés est invité à s'engager sur la voie ordinaire de l'ascèse et de la dévotion, et la voie mystique est réservée qu'à un petit nombre. Elle leur apparaît du reste périlleuse et habituellement marquée du sceau de l'extraordinaire. Dès 1896, Auguste Saudreau conteste cet enseignement alors dominant. Il affirme que les grâces mystiques sont les conditions normales de la perfection et qu'elles sont largement offertes à qui s'y dispose généreusement. Ce plaidoyer suscite l'opposition. [...] Un bref de Benoit XV donne implicitement raison à Saudreau en 1921. L'influence de Garrigou-Lagrange et La vie spirituelle, pleinement acquis à ses thèses, leur rallie les esprits. L'accord s'établit pour spécifier l'état mystique par un mode de connaissance et d'amour de Dieu devenu fréquent, où prédominent la passivité de l'homme et l'action de l'Esprit Saint. La mystique est disjointe en son essence, d'éventuelles modalités extraordinaires. La vie spirituelle est mieux vue dans son unité, avec un versant ascétique à dominante active, et un versant mystique à dominante passive. On en conclut à la vocation de tous à la perfection mystique, et à un appel général à la contemplation infuse.

Jacques Maritain apporte au débat une distinction féconde entre la vie mystique, où l'exercice passif des dons du Saint Esprit l'emporte toujours sur celui des vertus, et sa réalisation par des dons qui peuvent être actifs autant que contemplatifs. Si la sainteté ne saurait être que mystique, elle ne passe pas nécessairement par la contemplation."

Source : Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus, Je veux voir Dieu, p.54
Intéressant. Ce texte confirme ce que racontait le père Molinié plus haut dans le fil.

Re: Une journée au purgatoire

Message par Cinci » lun. 13 mars 2017, 12:44

Ah! d'accord.

Re: Une journée au purgatoire

Message par Mac » lun. 13 mars 2017, 11:58

Cinci :)
Salut Mac,

Dans quel sens le livre de Tobie serait-il intéressant? par rapport à quoi?
Par rapport à la prière pour les saints défunts :
Je vais donc vous découvrir la vérité, et je ne veux vous rien cacher.
12 Lorsque tu priais avec larmes et que tu donnais la sépulture aux morts; lorsque, quittant ton repas, tu cachais les morts dans ta maison pendant le jour, et que tu les mettais en terre pendant la nuit, je présentais ta prière au Seigneur.
https://bible.catholique.org/livre-de-t ... chapitre-1

Fraternellement. :coeur:

Re: Une journée au purgatoire

Message par Cinci » lun. 13 mars 2017, 3:05

Salut Mac,

Dans quel sens le livre de Tobie serait-il intéressant? par rapport à quoi?

Re: Une journée au purgatoire

Message par Mac » dim. 12 mars 2017, 16:18

Bonjour Cinci :)
Après ça, j'espère que personne pense que je souhaiterais me moquer de la doctrine de l'Église concernant le purgatoire. Mais il est vrai qu'au travers d'un certain milieu sans doute assez pieux, un certaine littérature paraîtrait "plus discutable" que d'autres.
Le livre de tobbie me semble intéressant à lire sur ce sujet

Fraternellement :coeur:

Re: Une journée au purgatoire

Message par Trinité » ven. 10 mars 2017, 19:43

Merci pour tout ces éclaircissements Cinci!

Re: Une journée au purgatoire

Message par Cinci » ven. 10 mars 2017, 15:51

Trinité,

Certains catholiques refusent témérairement de croire aux apparitions des anges, des saints et des âmes du purgatoire. S’ils ne veulent pas tomber dans l’hérésie, doivent-ils croire, au moins, à celles que rapportent les Saintes Écritures, par exemple, celle de Dieu à Adam, à Noé, à Abraham, à Moïse, etc. Le prophète Samuel n’apparut-il pas au roi Saiil ? Qui refusera aussi une foi parfaite aux apparitions de Notre-Seigneur aux apôtres et aux saintes femmes, après sa résurrection? (Card. Bégin)


Il y a différentes choses dans l'énumération de 1925 du cardinal Bégin.

Va pour les anges! C'est de foi catholique. Les saints? C'est possible. Les âmes du purgatoire? Il y a apparition et apparition. Une âme du purgatoire pourrait toujours se manifester de par la volonté divine. Sauf d'aller croire que je pourrais déjeuner en compagnie d'une âme du purgatoire et prendre le thé en sa compagnie ...

Les apparitions de Dieu à Adam, Noé, Abraham ... sont des manifestations de Dieu et encore qu'ils n'avaient pas vu Dieu réellement. C'est l'Ancien Testament qui le dit. Et même Jean dans son évangile ("Nul n'a jamais vu Dieu ...")

Chapitre 1
18 Dieu, personne ne le vit jamais : le Fils unique, qui est dans le sein du Père, c'est lui qui l'a fait connaître. (Crampon)
18 Nul n'a jamais vu Dieu, le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui en a donné la connaissance (Le Maistre de Sacy, 1684)
18 Deum nemo vidit unquamm unigenius Filius, qui est in sinu Patris, ipse enarravit (saint Jérôme)


Qui refusera aussi une foi parfaite aux apparitions de Notre-Seigneur aux apôtres et aux saintes femmes, après sa résurrection?

Refuser? A part les infidèles, personne. Sauf que le Christ est déjà dans son corps de ressuscité; ce qui fait qu'il peut manger devant les Apôtres et être touché physiquement.

On ne croirait pas qu'une âme du purgatoire pourrait utiliser un cric et m'aider à changer le pneu de la voiture.



Le prophète Samuel n’apparut-il pas au roi Saül ?

Saül a pu avoir une vision du prophète défunt (avec une locution intérieure). Il n'est pas dit que l'âme du prophète Samuel devait interagir avec Saül pratiquement de la même façon que du temps où Samuel était vivant parmi les Hébreux.

Re: Une journée au purgatoire

Message par Trinité » ven. 10 mars 2017, 1:19

Je trouve le commentaire de ce préambule pour le moins disons...catégorique! ;)

Re: Une journée au purgatoire

Message par Trinité » jeu. 09 mars 2017, 23:28

Qu'est ce que les âmes du purgatoire ont a nous dire.

Voilà les références de l'ouvrage Cinci!

Ces pages sont extraites du


LIVRE D’OR - DES âme du purgatoire
PAR M.J.S Benoît D E J M -P R Ê T R E
Ancien Missionnaire en Saskatcheiran
Prières et Pratiques de piété
Les plus efficaces
Et les plus richement indulgenciées
En faveur des âmes du purgatoire.
Propriétaire-éditeur
E. M I C H A U D
4648 Rue Garnier Montréal» Can.
Nihü obstat.
ANTONIO HUOT, ptre
Censeur.
3 juillet 1925
Imprimatur.
L.-N. cardinal Bégin , Archevêque de Québec


Préambule


Nous ne prétendons pas abriter tous ces récits sous une autorité plus grande que celle qu’il est permis de leur attribuer. Ce sont des traditions admises comme certaines par des esprits très judicieux. De plus, ils sont tous consignés dans les écrits de maître très renommés de la vie spirituelle. Nous les offrons uniquement à ce titre. Toutefois, pas un de ces traits n’offense en rien la foi.

Certains catholiques refusent témérairement de croire aux apparitions des anges, des saints et des âmes du purgatoire. S’ils ne veulent pas tomber dans l’hérésie, doivent-ils croire, au mions, à celles que rapportent les Saintes Écritures, par exemple, celle de Dieu à Adam, à Noé, à Abraham, à Moïse, etc. Le prophète Samuel n’apparut-il pas au roi Saiil ? Qui refusera aussi une foi parfaite aux apparitions de Notre-Seigneur aux apôtres et aux saintes femmes, après sa résurrection?

Re: Une journée au purgatoire

Message par Cinci » jeu. 09 mars 2017, 16:51

Après ça, j'espère que personne pense que je souhaiterais me moquer de la doctrine de l'Église concernant le purgatoire. Mais il est vrai qu'au travers d'un certain milieu sans doute assez pieux, un certaine littérature paraîtrait "plus discutable" que d'autres.

Tu ne m'as pas dit quelle était la source de ton texte, Trinité. Je repense à cette histoire d'une âme de la soeur défunte, qui non seulement serait rendu visible mais vient soutenir les bras en croix de la soeur compatissante qui prierait pour elle dans l'église. Quid :?:

Re: Une journée au purgatoire

Message par Cinci » jeu. 09 mars 2017, 2:45

Je pense que les péchés de cet homme pour être crucifié ,devait être d'un tout autre ordre!
Ce serait à souhaiter. Parce que le système judiciaire des Romains n'étaient pas le pire du monde antique, paraît-il. Je ne voudrais pas voir celui des Assyriens si le bavardage, lors d'une messe, nous vaudrait maintenant une crucifixion sur la colline du Golgotha aux mains des Romains.

:rire:

Re: Une journée au purgatoire

Message par Trinité » jeu. 09 mars 2017, 1:15

Quand je vois le scénario catastrophe ,que font les mystiques en raison de leurs révélations et des conséquences "enfer" ou "purgatoire"
Pour le purgatoire dans les deux exemples que j'ai cité :
1° - Bavardage d'une religieuse
2° - Oublie de faire dire des messes.

Je ne peux m'empêcher de penser au Christ sur la croix disant au bon larron:" ce soir même ,tu seras avec moi dans le paradis"
Je pense que les péchés de cet homme pour être crucifié ,devait être d'un tout autre ordre!

Re: Une journée au purgatoire

Message par Trinité » mer. 08 mars 2017, 23:35

Un exemple ici, par contre, de ce qu'il faudrait donner à des protestants évangéliques, pour être bien sûr de ne plus jamais les revoir à l'église.

:D

("au secours!")

C'est un petit texte trouvé dans un journal catholique et qui semble presque sortie des prédications de Tetzel au XVIe siècle, du temps que la basilique de Saint-Pierre de Rome était encore en chantier.
Comment pourrai-je faire le tableau déchirant des maux qu'endurent ces pauvres âmes, puisque les saints Pères nous disent que les maux qu'elles endurent dans ces lieux semblent égaler les souffrances que Jésus-Christ a endurée pendant sa douloureuse Passion? Le feu du purgatoire est le même que celui de l'enfer, la différence qu'il y a c'est qu'il n'est pas éternel. Ce feu est si violent qu'une heure semble à ceux qui l'endurent des milliers de siècles. Si l'on pouvait comprendre la grandeur de leurs supplices, nuit et jour nous crierions de miséricorde pour elles. Il faudrait que le bon Dieu, dans sa miséricorde, permit qu'une de celles qui brûlent dans les flammes parût ici à ma place, tout environnée des feux qui la dévorent et qu'elle vous fit elle-même le récit des maux qu'elle endure. Il faudrait qu'elle fît retentir cette église de ses cris et de ses sanglots. Peut-être enfin cela attendrirait-il vos coeurs!

"Oh! nous souffrons, crient-elles! Oh! nos frères, délivrez-nous de ces tourments : vous le pouvez! Brûler dans un feu allumé par la justice d'un Dieu! Souffrir des douleurs incompréhensibles! Elles dévore par le regret, sachant que nous pouvions si bien les éviter!"

[...]

Nous lisons dans l'histoire ecclésiastique qu'un saint resta six jours en purgatoire avant d'entrer dans le ciel. Il apparut ensuite à un de ses amis, en lui disant qu'il avait enduré des souffrances si grandes qu'elles surpassaient toutes celles qu'ont endurées et qu'endureront jusqu'à la fin des siècles tous les martyrs réunis ensemble! Oh! Mon Dieu que votre justice est redoutable pour le pécheur!

Au milieu des flammes qui les brûlent, elles voient les trônes de gloire qui leur sont préparés et qui les attendent. Une voix semble leur crier : "Ah! Que vous êtes privés de grands biens! Si vous aviez eu le bonheur de redoubler vos pénitences et vos larmes, vous seriez aujourd'hui assises sur ces beaux trônes tout rayonnants de gloire! Oh! Que vous avez été aveugles de retarder un tel bonheur par votre faute!"

"Ah mes amis nous crient ces âmes s'il vous reste encore quelques amitiés pour nous ayez pitié de nous Arrachez-nous de ces flammes : vous le pouvez! Beau ciel! Quand te verrons-nous? Oh si vous sentiez la douleur d'être séparés de Dieu. Cruelle séparation!"

Vu dans un numéro du journal Jésus Marie et notre temps.
____________
https://fr.wikipedia.org/wiki/Johann_Tetzel
Eh bé!

Comme disaient les apôtres a Jésus : "maitre ,mais que faut il faire pour être sauvés" Heureusement que Jésus a répondu je crois: "Pour Dieu rien n'est impossible"
Sans cela,si l'on prend en considération au pied de la lettre toutes ces révélations de mystiques ,le ciel doit être bien vide et l'enfer bien plein!

Haut