Petites Soeurs de Bethléem

Règles du forum
Forum d'aide pour le discernement des vocations sacerdotales et religieuses

Répondre


Cette question est un moyen de lutter contre les publications automatisées indésirables.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Accéder à davantage d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Petites Soeurs de Bethléem

Re: Petites Soeurs de Bethléem

Message par AncienBethléem » mer. 28 déc. 2016, 18:06

Le propos ci-dessus, maintes fois entendu, vient de Sœur Marie.
Je pense qu’elle voyait dans ce que dit Voltaire un écueil à éviter absolument - au moins .

(Ce n'était pas un encouragement à lire Voltaire ! ...).

Re: Petites Soeurs de Bethléem

Message par Pathos » mer. 28 déc. 2016, 15:02

Voltaire dit quelque part que
N'écoutez pas un menteur, un voleur, un ennemi de l'Eglise, un antisémite (en voilà un vrai), un faiseur de guerre, un faux génie, un vrai suppôt de Satan en somme.

Re: Petites Soeurs de Bethléem

Message par AncienBethléem » mer. 28 déc. 2016, 13:48

Puisque nous sommes au temps de Noël, et parce que l’on s’est souvent interrogé sur ce qu’était le charisme propre de Bethléem, voici ce que j’y ai trouvé lorsque j’y suis entrée :
Bethléem, c’était le recueillement de la Sainte-Vierge, que le va-et-vient des bergers, des mages, des moutons et de tous les santons de la crèche ne pouvait troubler.
Et non, nous n’aurions pas « de grille ni de piquant ». Nous ne serions pas « avec le petit Jésus dans une bouteille ».
« Petit, pauvre, vulnérable », c’étaient les premiers mots de la Règle de Vie.
Et chaque mot comptait ; et tout était très simple, comme à Bethléem.

Et il paraît que Voltaire dit quelque part que les moines se côtoient dans l'indifférence et s’enterrent sans se regretter. Pour nous, il n'en serait pas ainsi, nous nous aimerions.

Joyeux Noël à tous !

Re: Petites Soeurs de Bethléem

Message par axou » jeu. 18 févr. 2016, 17:57

Bonjour à tous,

pour info, le Père Thierry de Roucy, fondateur de Points-Coeur et lui aussi mis en cause par le site "l'envers du décor" est mis en "suspens a divinis" depuis hier par Mgr Rey dans le diocèse de Toulon. Après avoir été condamné en 2011 par un tribunal ecclésiastique pour "abus sexuel", "manipulation" et "absolution de complice", il n'a depuis hier, plus le droit d'administrer aucun sacrement ni exercer aucun accompagnement spirituel, pour cause de désobéissance suite aux préconisations de son évêque.


Bien à vous,

Axou

Re: Petites Soeurs de Bethléem

Message par Blandina » lun. 03 août 2015, 11:36

Les informations sur les dérives sectaires au Bethléem sont seulement accessibles pour les personnes de langue française. Moi, je suis une ancienne de Bethléem. Pendant mes vacances en France j'ai découvert le blog "lenversdudecor" et les discussions ici.
Vous pouvez imaginer quelle libération j'expérimente (Ça fait environ 15 ans que je suis sorti.)

Merci pour l'information concernant les lien avec l'épiscopat en France:
Le Cardinal a deux soeurs de sang chez les soeurs de Bethléem !!! :hypocrite: :hypocrite: Maintenant je comprends tout. C'est pour moi "le résultat" de la visite canonique.

Re: Petites Soeurs de Bethléem

Message par mellissa » jeu. 11 juin 2015, 0:08

Après La Croix, on parle aussi des soeurs de Bethleem sur France Inter (à partir de 6:35)

http://www.franceinter.fr/emission-la-r ... presse-493

Re: Petites Soeurs de Bethléem

Message par PAUL49 » mar. 09 juin 2015, 10:17

Le journal La Croix vient de publier un article sur la visite apostolique qui vient de débuter et sur les témoignages d'anciens membres :

http://www.la-croix.com/Religion/Actual ... 08-1321051

Re: Petites Soeurs de Bethléem

Message par AncienBethléem » sam. 06 juin 2015, 15:19

Hildegarde a écrit :

"Pourtant La Vie, en 2001, avait sorti un dossier (des gourous dans les couvents) sur les soeurs de Bethleem qui traitait des Abus de pouvoir, maltraitances, viol du secret de la correspondance, faux messages de la Vierge, radiesthésie, etc.. etc... Les témoignages parlaient déjà d'arnaque spirituelle à cette époque".

Oui et cet article date de 2001 ... Quatorze ans déjà !
Le témoignage de "Véronique", en fin d'article, résume à peu près parfaitement le Bethléem que j'ai moi-même connu (même si je ne suis pas trop à l'aise avec la qualification d'arnaque qui me paraît excessive).

Cependant, dans cet article, il n'est pas uniquement question de Bethléem. Il y est aussi question d'autres communautés dont les soucis sont, ou étaient, pour la plupart bien différents. A mon avis, cela finit par brouiller les choses, et aussi par noyer des remarques dont on se rend compte avec le recul combien elles étaient "dans le mille" ... Il y en a plein.

Je voudrais au moins signaler le paragraphe intitulé "La méthode Vernette" : Les quatre critères de discernement proposés par cette méthode me paraissent convenir de manière étonnante au Bethléem que j'ai connu et je soulignerai, sans que ce soit du tout exclusif des autres éléments, "l'assurance d'avoir toujours raison contre quiconque", la "mission de faire la leçon à tous les autres groupes" (ce dernier point serait maintenant peut-être à nuancer dans la mesure où l'on est, à présent, "très différents" de tous les autres), ainsi que l'évocation du groupe qui pense "se suffire à lui-même, centré sur son développement".

Il faut souhaiter que la visite canonique puisse assainir ces tendances si anciennes. :ange:

Après cela, je voudrais encore dire qu'il y a des choses qui se vivaient tout simplement : Ainsi, le fait que les prieures ne soient pas élues (elles étaient choisies par Sœur Marie) n'a, à ma connaissance, jamais constitué un problème. On recevait de Dieu la prieure qu'on nous donnait, c'est tout. Sœur Marie disait qu'elle ne voulait pas que l'on fasse de "politique" (campagnes électorales), et je pense qu'en réalité, personne n'était intéressé d'en faire. Je pense qu'il y avait un consensus là-dessus.

Il est vrai aussi que Sœur Marie voyageait beaucoup d'une maison à l'autre et qu'elle avait l'œil sur tout, du plus simple et concret au plus complexe. Ainsi, lorsque je suis entrée, la prieure locale qui était aussi maîtresse des novices, nous disait qu'à Bethléem nous n'avions qu'un seul staretz, Sœur Marie.
Il est également vrai que, par la suite, j'ai souvent entendu Sœur Marie se plaindre de la difficulté qu'elle avait à trouver des sœurs qui puissent être prieures. Or, on ouvrait sans cesse de nouvelles maisons.

Re: Petites Soeurs de Bethléem

Message par PAUL49 » sam. 06 juin 2015, 10:20

Puis, par pays, les filles et sœurs sont invitées à chanter, voire danser : les sœurs africaines savent mettre "le feu"! :oui:
Cela peut durer jusque tard le soir. Mais tout le monde y va de bon cœur, car le mois a été dense en écoute d'enseignements dans les cellules, par "radio paradis".


Les jeunes qui se présentent au mois évangélique viennent d’un monde où le recueillement intérieur est rendu presque impossible par une surexposition au monde matérialiste. Il me semble que dans ce type de retraite de discernement à la vie contemplative, L'accent devrait être apporté sur le silence, la prière, le recueillement... La retraite telle qu'elle est décrite ici laisse percevoir tout son contraire (surexcitation permanente de la sensibilité, surcharge de la pensée avec les enseignement, absence de silence même dans la cellule avec radio paradis). Bien difficile de discerner si une jeune dans ces conditions est faite pour la vie contemplative de solitude. Néanmoins il se peut que ces temps de retraite soient des temps de grâce et de ferveur spirituelle. Je vois plutôt ce mois évangélique comme une mise en bouche, une vitrine séduisante... Le vrai discernement se fera dans les premiers mois dans la solitude de la cloture. Mais l'idée d'un appât (c'est l'impression que cela me donne) me met mal à l'aise.

Re: Petites Soeurs de Bethléem

Message par hildegarde » lun. 01 juin 2015, 19:48

@AncienBethleem

C’est peut-être que les problèmes sont ici d’ordre spirituel et/ou psycho-spirituel.
Pour la presse, même catholique, c’est peut-être moins facile à traiter que des problèmes de mœurs.


Pourtant La Vie, en 2001, avait sorti un dossier (des gourous dans les couvents) sur les soeurs de Bethleem qui traitait des Abus de pouvoir, maltraitances, viol du secret de la correspondance, faux messages de la Vierge, radiesthésie, etc.. etc... Les témoignages parlaient déjà d'arnaque spirituelle à cette époque.

http://www.lavie.fr/archives/2001/02/15 ... 458003.php

Re: Petites Soeurs de Bethléem

Message par AncienBethléem » ven. 29 mai 2015, 9:46

C’est peut-être que les problèmes sont ici d’ordre spirituel et/ou psycho-spirituel.
Pour la presse, même catholique, c’est peut-être moins facile à traiter que des problèmes de mœurs.

L’image positive de Bethléem, c’est la qualité de l’accueil, la beauté des lieux et des liturgies, … On peut comprendre que ceux qui ont des soucis pastoraux soient particulièrement sensibles à cet aspect des choses.

L’image positive de Bethléem, c’est aussi la réussite d’une communauté qui ne cesse de grandir et de se développer partout dans le monde. Classiquement, une telle réussite est souvent comprise comme un signe de la bénédiction divine.

Tout cela fait hésiter, et les problèmes évoqués peuvent par moment paraître comme irréel.
Ou bien, l’on se dira que ce n’est sans doute pas grand’chose, et que les difficultés éventuelles seront vite corrigées.

Re: Petites Soeurs de Bethléem

Message par mellissa » mar. 26 mai 2015, 23:03

Merci Montmartre pour ce témoignage. Cela est très éclairant. Mais ne faut-il pas espérer que les choses changent puisque à la demande de la prieure générale une visite apostolique se profile à l'horizon ?

Je pense aussi que les soeurs de Béthleem bénéficient d'une image très positive à l'intérieur de l'église (une sorte de joyaux ?) ainsi que dans la presse catholique. Malgré les témoignages sur internet aucun média catho en effet n'en a fait écho au contraire de la communauté st Jean dont les déviances sont relatées régulièrement dans la presse catholique. Il y a comme une sorte de protection de bienveillance qui veille sur la communauté de Béthléem au niveau de l'église comme au niveau médiatique il me semble.

Re: Petites Soeurs de Bethléem

Message par Montmartre » lun. 25 mai 2015, 18:05

Y a-t-il un problème dans le discernement et de recrutement chez les Sœurs de Bethléem ? Par exemple sachant que toute les filles qui rentrent passent par le mois évangélique qui est une retraite d'un mois mais, d'après ce qu'on m'a dit, il y a très peu de silence et de solitude et beaucoup de fêtes avec des soirées et des grands buffets où l'on chante et on danse.
Le discernement ne doit-il pas se faire dans la solitude brute de la clôture d'un monastère ? Je pense que dès le début tout est biaisé.
Bonjour Mélissa,

Je voudrais revenir sur certains de vos posts laissés en ce qui concerne le mois évangélique, dont celui-ci. Mais d'abord :
- Depuis quelques années déjà, il n'y a plus de frères et sœurs réunis aux Monts Voirons pendant ce mois de retraite et de recrutement.
- De plus, cette même retraite ne se fait plus aux Monts Voirons, mais à Piquetière.

La raison en est que l'actuelle prieure générale est très malade et n'a plus la santé pour être en altitude, même si ça ne l'empêche pas de prendre l'avion.
Aussi, d'énormes travaux ont été réalisé à Piquetière en quelques mois, afin d'y aménager une grande capacité d'accueil des "voyageuses" (les jeunes qui viennent pour le mois évangélique).

Ce qu'on vous a dit concernant les soirées du mois évangéliques est assez exact, même si cela ne se transforme quand même pas en "soirée disco" ;)

C'était déjà actuel du temps de sœur Maris, et il est donc vrai qu'il y a des soirées où tout le monde est réuni autour d'un grand repas festif.
Depuis que Bethléem est devenu plus "oriental" du fait de la présence de la prieure générale en Israël et non à Currière, le repas a pris une nouvelle dimension : il est, en effet, considéré en Orient comme une marque d'hospitalité, un moment de partage des plus importants.

Aussi, pendant le mois évangélique, il y a un premier repas "sous la tente d'Abraham" (un décor de tente est préparé par les sœurs servantes dites "martyrs", pour que tout soit au mieux, sans compter la logistique d'un repas pour 200 à 250 personnes, aidé d'un laïc palestinien qui préparera le couscous)
Il y a aussi le repas du moment-clé pour l'engagement des voyageuses à rentrer à Bethléem, et piqûre de rappel des sœurs : le "Pacte à la Vierge". Tout le monde se retrouve de nouveau pour un repas, en écoutant la suite et fin de la catéchèse de la prieure générale sur le sens de ce Pacte à la Vierge tel que vécu pour Bethléem.
Il y a enfin un dernier repas, à la fin du mois évangélique, où par les diapos, on montre aux filles toute l'histoire hagiographique de Bethléem et son développement à travers tous les monastères dans le monde : de quoi édifier et faire rêver.
Certaines sœurs anciennes viennent aussi témoigner de ce qu'était leur vie aux débuts de Bethléem (du temps de Méry). C'est très touchant de les entendre, d'autant plus que, quand on est passé de "l'autre côté", on se rend compte que le Bethléem d'aujourd'hui n'a plus rien à voir avec les débuts.

A la fin de ce repas, chacune est invitée à venir prendre le micro pour témoigner de ce qu'elle a reçu pendant le mois évangélique. Puis, par pays, les filles et sœurs sont invitées à chanter, voire danser : les sœurs africaines savent mettre "le feu"! :oui:
Cela peut durer jusque tard le soir. Mais tout le monde y va de bon cœur, car le mois a été dense en écoute d'enseignements dans les cellules, par "radio paradis".

Ici, je pense qu'il faut comprendre un point important : cela est un peu comme au début des rencontres fraternelles qui se vivent le dimanche : on les démarre toujours en chantant des chants polyphoniques (de l'Emmanuel, des Béatitudes, etc).

Mais aussi, les prieures locales et la prieure générale sont très à l'écoute des filles présentes pendant le mois évangélique. Elles sont vues comme "des petits prophètes" qui pourront exprimer ce qui plait à la jeune génération : où est leur demande; ceci afin de pouvoir mieux y répondre en s'y adaptant.

Or, il ne faut pas oublier que parmi les jeunes qui sont invitées par les prieures locales à vivre le mois évangélique, il y en a qui ne sont pas catholiques mais dont le profil plait car on pourra tout leur enseigner, les baptiser et les faire rentrer; d'autres qui cherchent Dieu par curiosité, mais sans réel appel; d'autres encore qui se posent la question d'une vocation mais ne savent pas sous quelle modalité, ni où (un peu comme Hostie qui a démarré ce fil de discussion?); d'autres qui viennent un peu en "touriste"; d'autres qui sont mineures; d'autres qui reviennent une nouvelle fois; d'autres qui sont très motivées à ne rentrer qu'à Bethléem; etc...
Dès le début, toutes ces personnes sont les bienvenues; l'essentiel pendant le mois évangélique, est de leur montrer Bethléem en suscitant le goût de cette vie et en s'assurant que ça leur plait et qu'elles sont bien.

Même si on a prié, adoré le Seigneur, reçu beaucoup d'enseignements parfois très longs et pas toujours faciles à comprendre (sœur Marie aimait beaucoup inventer de nouveaux mots et sœur Isabelle, en vraie disciple, l'a suivie sur ce chemin), à la fin d'un mois évangélique, on se dit que la vie des sœurs n'est peut-être pas si austère qu'elle y parait; elle est même plutôt cool et sympa!

Cette raison peut suffire à une fille ou en motiver une autre pour poursuivre cette aventure et finir par rentrer à Bethléem.

Mais est-ce là un discernement "ad hoc"? Rien n'est moins sûr et comme vous le dites : "dès le début tout est biaisé".

En effet, la perspective est inversée : on peut rentrer pour Dieu, mais aussi parce que la Communauté est apparemment adaptable à chacun : "il n'y a pas de case à Bethléem", comme on aime à le dire à l'intérieur.
Donc, beaucoup de "liberté", de "souplesse" mais aussi un charisme dilué, flou, qui n'a plus rien de propre et ne permet pas d'assurer ce discernement où chacun (de part et d'autre) est respecté en vérité dans ce qu'il est.

Voilà pour la phase du mois évangélique.

Quant à la confession, votre amie a eu beaucoup de lucidité et c'est sans doute ce qui l'a sauvée : merci Seigneur!
Car il faudra un paquet de courage à une sœur pour oser enfreindre ce qui est demandé comme obéissance parfois "sanglante" pour ne pas s'ouvrir à quelqu'un d'extérieur.
De fait, il est normal que certains prêtres venant de l'extérieur ne voient rien d'anormal : ils ne vivent pas à l'intérieur et ne savent pas qu'une fois le sacrement donné quand ils repartent là où le devoir les attend, les sœurs peuvent être reprises si la confession a trop duré.
Il y en a cependant, qui se doutent que quelque chose cloche et ils en parleront à la prieure locale (voire à la prieure générale)... qui pourront les rassurer en leur assurant que chacune est tout à fait libre, ou bien qu'elles sont à l'écoute et vont y remédier.

Mais force est de constater que rien n'a changé en toutes ces années. :cry:

Re: Petites Soeurs de Bethléem

Message par mellissa » jeu. 21 mai 2015, 11:29

@Ancienbethleem
Cela ne me surprend pas que des prêtres venant de l'extérieur pour confesser les sœurs, ne remarquent rien d'anormal
Une des confidences que m'a faite une amie, ancienne sœur, après son départ, a trait justement à ce sujet de la discrétion dans la confession. Ce manque à la discrétion a été pour elle le déclic qui l'a poussée vers la sortie. Elle s'était ouverte au prêtre au sujet de l'affliction et de la détresse dans laquelle elle se trouvait. C'était en quelque sorte un cri au secours. Evidemment le prêtre a alerté la prieure du monastère qui a tenté de désamorcer la bombe en rassurant le prêtre et en tentant de "récupérer" la novice.

Pour mon amie, rien n'a plus été comme avant et quelques mois après elle prenait la sortie. Elle avait enfreint la règle.

Re: Petites Soeurs de Bethléem

Message par AncienBethléem » sam. 16 mai 2015, 11:25

Je voudrais revenir un instant sur la question des confessions.

Cela ne me surprend pas que des prêtres venant de l'extérieur pour confesser les sœurs, ne remarquent rien d'anormal : la formation à la discrétion se fait dès l'entrée et elle se fait très rapidement. C'est un réflexe que, pour ma part, j'ai acquis en quelques semaines et sur lequel je ne suis jamais revenue.

Dans les maisons où les sœurs avaient un peu d'ancienneté, les choses roulaient toutes seules. En outre, sauf cas particulier, on n'est pas sans cesse dans des difficultés brûlantes ...

Les circonstances ont fait que je me suis trouvée un jour en tête à tête avec un évêque qui, de plus, était notre supérieur. Je crois qu'il s'était rendu compte que quelque chose n'allait pas et il a essayé de savoir quoi. Il y a mis une certaine insistance : en plus d'une heure, je n'ai rien lâché. Pour moi, c'était une question de loyauté.

La loyauté à l'égard de la communauté était une chose capitale : c'était le passage obligé, le préliminaire incontournable pour pouvoir se présenter devant Dieu. Donc, je ne l'ai jamais lâchée ; y compris vis-à-vis de moi-même ; y compris longtemps après ma sortie.

Haut