Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Règles du forum
Forum d'échange entre chrétiens sur la façon de vivre l'Évangile au quotidien, dans chacun des domaines de l'existence

Répondre


Cette question est un moyen de lutter contre les publications automatisées indésirables.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Accéder à davantage d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message par Bassmeg » ven. 19 oct. 2018, 16:03

Ce message date de 2016 et pourtant je ressens le besoin d'y répondre. Ma femme m'a quitté il y a quelques mois et nous sommes en procédure de divorce par consentement mutuel. L'église que je fréquente n'est pas progressiste loin de là. Depuis ma séparation, je ne communiais pas me sentant en faute. J'ai été attrapé par le curé qui voulait entendre mon histoire et m'a affirmé que je pouvais être confessé recevoir l'absolution et communier ce que je fais. Je souhaite même faire ma confirmation!
Bonjour Cestantlyte,

Je sais que vous êtes dans une situation délicate. Voici mon conseil. Ne vous en faites pas. Vous avez un pretre qui vous ouvre les bras pendant que d' autres personnes pourraient essayer de vous culpabiliser? Alors allez vers ce prêtre.

Non seulement tous les problemes ont des solutions, mais en plus, en l' espece, je crois que vous n' avez plus de probleme. Peut-être que ce mariage était une erreur, bon. Si votre prêtre ne vous en tient pas rigueur, je pense que vous avez de la chance de l' avoir. Et je suis d' accord avec lui.

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message par Fée Violine » ven. 19 oct. 2018, 13:42

Plus exactement, j'ai dit que nous sommes tous pécheurs, y compris les victimes. Dans un divorce, il y a souvent des torts des deux côtés. Le tort et le péché sont deux choses différentes (l'un d'ordre moral, l'autre d'ordre spirituel), mais personne n'en est complètement exempt, même si bien sûr certains sont plus graves que d'autres.

Pathos, veuillez éviter de déformer mes propos et de me faire dire des choses ridicules ! ("communier en état de péché mortel" ?!) Ce que j'ai dit, c'est qu'un pécheur peut se repentir. Je ne vois pas pourquoi un divorce serait un péché irrémissible.

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message par prodigal » ven. 19 oct. 2018, 8:46

La différence entre victime et coupable c'est que la victime n'a pas à se repentir alors que le coupable si. Mais je pense que c'était sous-entendu dans les propos de Fée Violine. :)

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message par Pathos » jeu. 18 oct. 2018, 23:24

Puisque c'est un divorce par consentement mutuel, il n'est pas vraiment victime.
Le divorce par "consentement" mutuel peut être simplement un choix de procédure pour accélérer la séparation ; de consentement il n'y a que le terme qui existe.
Et d'ailleurs, qu'il soit victime ou coupable, je ne vois pas ce que ça change.
Ah bon, vous recommandez de communier en état de pêché mortel ?
De toute façon nous sommes tous pécheurs mais Dieu pardonne au pécheur qui se repent.
qui se repent sincèrement et s'afflige d'avoir trahis son conjoint et son Dieu dans un Sacrement.

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message par Fée Violine » jeu. 18 oct. 2018, 14:46

Puisque c'est un divorce par consentement mutuel, il n'est pas vraiment victime. Et d'ailleurs, qu'il soit victime ou coupable, je ne vois pas ce que ça change. De toute façon nous sommes tous pécheurs mais Dieu pardonne au pécheur qui se repent.

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message par Pathos » mer. 17 oct. 2018, 22:04

sa femme l'a quitté ! Que voulez-vous de plus comme explication ? Tout est dit.
S'il est victime pourquoi se priver de communier ?

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message par la Samaritaine » mer. 17 oct. 2018, 16:39

Vous n'expliquez pas si le divorce a été subi ou pas ; s'il y a eut faute ou pas d'un des époux et refus de pardon ou pas..donc difficile de comprendre votre cheminement.

En tout cas vous restez marrié devant Dieu avec tout ce que cela implique.
Mais enfin Pathos, sa femme l'a quitté ! Que voulez-vous de plus comme explication ? Tout est dit. Et le pape François a donné tout pouvoir aux prêtres pour accompagner et discerner avec la personne sa situation et l'éventualité de l'accès aux sacrements. Visiblement, le curé de Cestantlythe ne nage pas dans le doute métaphysique après l'avoir écouté ET ce n'est pas une paroisse progressiste !

Très heureuse pour vous de cette future confirmation Cestantlyte !

En Christ,

Samaritaine

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message par Pathos » ven. 12 oct. 2018, 7:37

Vous n'expliquez pas si le divorce a été subi ou pas ; s'il y a eut faute ou pas d'un des époux et refus de pardon ou pas..donc difficile de comprendre votre cheminement.

En tout cas vous restez marrié devant Dieu avec tout ce que cela implique.

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message par Cestantlyte » mer. 10 oct. 2018, 22:14

Bonsoir,

Ce message date de 2016 et pourtant je ressens le besoin d'y répondre. Ma femme m'a quitté il y a quelques mois et nous sommes en procédure de divorce par consentement mutuel. L'église que je fréquente n'est pas progressiste loin de là. Depuis ma séparation, je ne communiais pas me sentant en faute. J'ai été attrapé par le curé qui voulait entendre mon histoire et m'a affirmé que je pouvais être confessé recevoir l'absolution et communier ce que je fais. Je souhaite même faire ma confirmation!

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message par Marc Oh » jeu. 26 mai 2016, 10:50

Cher pathos, la vie semble parfois bien amère, sentiment partagé.
En exagérant volontairement, il vaudrait mieux restait célibataire toute sa vie et rencontrer des partenaires non mariés : pas d'adultère et toujours une possibilité de "rebondir" en cas de rupture....?
Je ne sait pas si c'est satisfaisant de picorer la vie du bout des doigts. Le mariage est en effet un pari risqué, une folie surement au yeux des hommes... Je pense qu'il devrai resté réservé à de vrai projets spirituels à 2. Théoriquement c'est ça il me semble (c'est comme ça que je l'ai vécu), un vrai parcourt de discernement est indispensable pour éviter bien des souffrances. il me semble bien que c'est dans Amoris Laetitia.
Tant pis pour le pauvre cocu qui devra rester "fidèle" pendant 30 ans à ses amours perdus...
C'est une croix en effet. Vous dire avec la petite Thérèse "tout est Grâce" serait difficile à entendre, c'est une évidence qui doit venir de son cœur. Une telle croix permet de cheminer, si elle ne vous cloue pas sur place (comme toute épreuve). Il parait que l'on ne reçoit que des épreuves à notre porté (personnellement je dois avoir alors de très grosse capacité... peu être que vous aussi?). Il me viens une réflexion : il faut mourir à soi même pour renaitre au tout autre, cloué le vielle homme sur la croix avec le Christ pour renaitre avec lui. Le "royaume des cieux" est pour tout de suite dans ce monde surtout quand il est insupportable. Si la vie dans ce monde nous était supportable nous nous contenterions de petites vie "pépère" avec un place surement bien petite pour le Christ ressuscité.
Celui qui a tout perdu n'a plus rien à perdre... Le problème est l'acceptation. Je pense à Job sur son tas d'ordure.[/quote]

bon le soleil brille, bonne journée;

Je vais tacher de priez pour que nous y soyons sensible (au soleil), le christianisme n'est il pas de façon imagée une plate-forme de partage de fardeaux par la prière, la communion des saints, le nœud de communication étant Le Saint par excellence.

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message par PaxetBonum » jeu. 26 mai 2016, 8:50

Même dans notre bel Etat de droit, l'adultère n'existe pas juridiquement...
N'existe plus juridiquement… depuis 1975 je crois.
Mai 68 a fait son œuvre.

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message par Pathos » mer. 25 mai 2016, 21:36

Bonsoir Marco,
Qu’il y ai adultère ou pas cela ne change rien aux devoirs, divorce civil ou pas cela ne change rien au mariage chrétien que je sache. Si le Christ nous traitait de la même manière à chacune de nos trahisons…
Brillante réponse mais :
Partager de la tendresse avec une autre femme que son épouse pour un homme dans une situation d’isolement affectif est une mise en danger fautive !
En exagérant volontairement, il vaudrait mieux rester célibataire toute sa vie et rencontrer des partenaires non mariés : pas d'adultère et toujours une possibilité de "rebondir" en cas de rupture....?
Tant pis pour le pauvre cocu qui devra rester "fidèle" pendant 30 ans à ses amours perdus...
L’époux délaissé ne peut en rien obliger l’épouse à quoi que ce soit (et vice versa). Elle à théoriquement des devoirs mais rien ne l’oblige à les remplir mis à par sa conscience chrétienne, si elle en a une.
On est d'accord.
Même dans notre bel Etat de droit, l'adultère n'existe pas juridiquement...

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message par PaxetBonum » mer. 25 mai 2016, 18:47

Merci Marc Oh

Cela confirme ce que j'avais découvert récemment : il n'y a pas de remariage dans l'Eglise Orthodoxe.

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message par Marc Oh » mer. 25 mai 2016, 15:38

Bonjour, les remariages orthodoxes ne sont pas sacramentel. Il y a une bénédiction des époux, dont l'union est accepté par "économie" (oikonomia) après un processus de repentance assez long. Évidement il doit y avoir des abus, comme partout.
Le critère de validité de ce sacrement mais aussi des autres (notamment celui de l'ordre) n'est pas le même que chez les catholiques (intention, matière, forme ... je ne suis pas un spécialiste. NB le grand schisme c'est avant St Thomas d'Aquin et le concile de trente qui définit que les sacrements opèrent ex opere operato " en vertu du rite accompli ".!) . Un évêque hérétique ne serai chez eux plus capable d’administrer les sacrements si j'ai bien compris (problème également émergeant avec le donatisme lors de l’Église indivise) mais évidement les interprétations des "Saints Cannons" est variable et la primauté est purement honorifique, préséance et convocation du Saint et Grand Concile, ce qui ne favorise pas la lisibilité de mon œil de "fils de Rome".

Mes sources: ce que j'ai lue depuis des années mais aussi pour le remariage: http://www.assomption.org/fr/spirituali ... ndermersch
Ma conviction et qu'il vaux mieux laisser la réflexion sur le remariage à ceux qui ne sont pas intéressé directement par un éventuel changement de discipline! Cela n'engage que moi. Je fait confiance à l’Église universelle et à son chef (à dire vrai au Grand Patron qui est derrière).
bien à vous

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message par PaxetBonum » mer. 25 mai 2016, 14:16

Les Orthodoxes ont aussi une stratégie respectable qui leur a surement évité « nos » ornières mais ils sont certainement tombé dans d’autres.
A ce propos j'ai appris que chez les orthodoxes le mariage était tout aussi indissoluble.
On m'avait dit qu'ils peuvent se marier 3 fois, il semble que se soit faux.
Ils se marient une fois pour toute, mais peuvent divorcer et créer une nouvelle union voire une troisième.
Toutefois les unions suivantes ne sont pas des mariages.

Est-ce que quelqu'un est au fait de ceci ?

Haut