Célibataire endurcie à 31 ans

Règles du forum
Besoin d'écoute ou de conseil ? Vous pouvez, dans ce forum, partager votre fardeau avec nos lecteurs...

NB : les messages de ce forum sont modérés a priori ; les interventions jugées inopportunes ne seront pas publiées

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Célibataire endurcie à 31 ans

Re: Célibataire endurcie à 31 ans

par Trinité » mar. 09 juil. 2019, 21:31

Bonjour invité,

Que le prêtre participe aux moments de la vie sociale chrétienne, dans le cadre des sacrements du mariage et de la confession, soit !
Que l'Esprit par les sacrements entre dans l'homme charnel, du fait des deux états de l'homme Esprit et chair, soit !
Je vous suis également sur la connaissance de l'homme par le prêtre, lors de la confession, mais pour moi il n'a pas à s'investir dans une démarche de recherche (style bureau de placement...excusez la connotation un peu péjorative...) pour une mise en relation entre un homme et une femme!
Dans le sens d'un conseil , et d'une sollicitation du pénitent, au moment de la confession à la rigueur je pourrai le concevoir.
Cordialement.

Re: Célibataire endurcie à 31 ans

par Invité. » mar. 09 juil. 2019, 18:58

Bonjour Trinité,

Je lis votre avis sur ce rôle que le prêtre ne doit pas jouer, et je ne le discute pas; c'est votre avis.

Je dis simplement que ce rôle était et reste encore ici et là un "fait". Effectivement, ce n'est pas sa mission. Mais cela y participe.

Cordialement,
invité

Re: Célibataire endurcie à 31 ans

par Invité. » mar. 09 juil. 2019, 1:59

Pour le catholique, l'Esprit saint spiritualise la chair (qui est le composé de l'âme et du corps physique), comme Dieu souffla l'Esprit en Adam.

Votre remarque que le rôle du prêtre n'est que spirituel montre une incomprehension assez profonde de ce qu'est le sacrement dans la confession catholique à savoir la présence de l'Esprit (qui est présent dans chaque sacrement) dans la chair puisque le sacrement est administré à l'homme charnel.
Pour le gnostique (dans le mauvais sens du terme) effectivement, l'Esprit doit être irrémédiablement séparé de la chair et n'avoir aucun rapport, comme chez le protestant pour qui la voie de la grâce est opposée à la voie de la Nature. Chez le catholique au contraire, la grâce surnaturalise la nature: l'Esprit unifie tout l'homme jusque dans sa chair. Voilà pourquoi le gnosticisme et les protestantismes sont des hérésies (sans rentrer dans le détail qui excéderait mes compétences).


Ainsi le prêtre, contrairement au moine, participe à tous les moments clés de la vie sociale humaine en les "consacrant" (en les sacralisant): il intervient jusqu'à l'intime des relations hommes-femmes aussi bien dans le mariage qui les consacre comme une seule chair dans l'Esprit, que dans le sacrement de la confession où il lui est confié jusqu'aux détails les plus intimes des relations homme-femme, ce qui fait de lui le meilleur connaissant de toute la communauté.
Chaque dimanche, dans les villages il est encore invité à déjeuner de famille en famille et est au courant de tout.

Le spirituel inhabite dans la chair comme le révèle l'Annonciation. Il dynamise les relations homme-femme pour les rendre féconds. Et son administrateur est le prêtre.

Re: Célibataire endurcie à 31 ans

par Invité. » lun. 08 juil. 2019, 23:56

Bonsoir,

Pas seulement spirituel car nous ne sommes pas de purs esprits. Mais personne ne vous oblige à comprendre que le prêtre avait aussi un rôle social de premier plan puisqu'il administre le sacrement du mariage dont le but est le fondement de la société ici-bas et qui est bien charnelle, et non seulement spirituelle: la famille.

Le mariage était - et est toujours - pour le laïc le seul moyen pour fonder une famille, fondement de la société croyante et encouragé par le prêtre ("Croissez et multipliez") pour que la communauté s'agrandisse. Il était honteux de rester célibataire comme de ne pas avoir d'enfant une fois mariés. On peut trouver ça ringard bien sûr.

Le prêtre dans la communauté connaissait tout le monde mieux que personne et tout le monde se confiait à lui en toute confidentialité.
Aujourd'hui encore en Pologne par exemple le prêtre d'une petite communauté que je connais propose aux jeunes filles des garçons célibataires. Aucune ne reste "vieille fille".

Re: Célibataire endurcie à 31 ans

par Trinité » lun. 08 juil. 2019, 21:41

Invité. a écrit :
lun. 08 juil. 2019, 12:30
Bonjour Anonyme,

Oui en fait c'est difficile de savoir qui est célibataire et qui ne l'est pas car le prêtre ne joue plus son rôle: c'est lui qui le savait, avant, directement (pour les hommes), et indirectement par les mères de famille (pour les femmes), de par son rôle de pivot dans la communauté. Ce rôle, aujourd'hui le prêtre ne veut plus le jouer, et la communauté s'est dissoute dans l'individualisme: chacun pour soi.

Dans votre post on voit bien que vous faites et suggérez de faire des efforts, mais c'est parce que le prêtre ne les fait pas, et qui d'autre que lui peut le faire sachant son rôle -et sa position- d'unificateur (dans tous les sens du termes).

Dans les pays orientaux en général, les rapprochements entre célibataires sont encore réglés par les traditions, ce qui rend les volontés de mariage extrêmement faciles à s'exprimer (!).
Si vous le souhaitez, je peux vous parler d'une tradition assez étonnante dans l'un de ces pays (?).
Bonsoir,

Je ne comprends pas trop le rôle que pourrait avoir le prêtre dans une relation homme/femme !
A mon avis , son rôle est uniquement de l'ordre spirituel!

Re: Célibataire endurcie à 31 ans

par Invité. » lun. 08 juil. 2019, 12:30

Bonjour Anonyme,

Oui en fait c'est difficile de savoir qui est célibataire et qui ne l'est pas car le prêtre ne joue plus son rôle: c'est lui qui le savait, avant, directement (pour les hommes), et indirectement par les mères de famille (pour les femmes), de par son rôle de pivot dans la communauté. Ce rôle, aujourd'hui le prêtre ne veut plus le jouer, et la communauté s'est dissoute dans l'individualisme: chacun pour soi.

Dans votre post on voit bien que vous faites et suggérez de faire des efforts, mais c'est parce que le prêtre ne les fait pas, et qui d'autre que lui peut le faire sachant son rôle -et sa position- d'unificateur (dans tous les sens du termes).

Dans les pays orientaux en général, les rapprochements entre célibataires sont encore réglés par les traditions, ce qui rend les volontés de mariage extrêmement faciles à s'exprimer (!).
Si vous le souhaitez, je peux vous parler d'une tradition assez étonnante dans l'un de ces pays (?).

Re: Célibataire endurcie à 31 ans

par anonyme21 » dim. 07 juil. 2019, 0:03

Bonjour,
Je suis un homme de 35 ans dans le Rhone et je cherche à fonder une famille, et j'ai le même problème. C'est compliqué dans une paroisse de savoir qui est célibataire et prêt. A l'époque, ne plaçait-on pas les personnes célibataires à part dans les bancs de l'église?

Voici quelques pistes, ne pas rester que dans sa paroisse, certaines paroisses ont déjà des groupes de célibataires, ou parlez à votre pretre pourqu'il en soit crée un dans le diocèse; les pélés, retraites, etc.. à thème célibataire ou pas; apres online: notre dame des rencontres et puis les autres habituels : jetunoo, Theotokos...etc

En espérant vous avoir aidé.
Courage à nous.

Re: Célibataire endurcie à 31 ans

par JCNDA » ven. 11 mai 2018, 21:09

invité0 a écrit :
ven. 11 mai 2018, 14:17
Ambroglio, ce que vous dépeignez (avec grande justesse, il est vrai) n'est toutefois pas en vigueur dans toutes les classe sociales. Les classes moyennes et supérieures, même quand elles ne sont ni croyantes ni pratiquantes, ont conservé les valeurs et traditions d’autrefois. Les enfants y sont élevés dans les principes moraux (même s'ils peuvent s'en éloigner une fois devenus adultes), et donc, dans ces milieux-là les chances sont plus grandes de trouver des hommes et des femmes prêts à s'engager rapidement dans le mariage, et accepter de ne pas cohabiter au préalable, voire même de pas avoir de relations pré-maritales.
Oui, c'est vrai. Mais, il faut une certaine intelligence. "L'idéal" je pense, c'est tomber sur la bonne personne, entre 25 à 35 ans pour une femme. Au delà, c'est compliqué pour fonder une famille. Les femmes ont moins de temps que les hommes. Je remarque que la nature est injuste vis à vis des femmes. C'est curieux !

Re: Célibataire endurcie à 31 ans

par invité0 » ven. 11 mai 2018, 14:17

Ambroglio, ce que vous dépeignez (avec grande justesse, il est vrai) n'est toutefois pas en vigueur dans toutes les classe sociales. Les classes moyennes et supérieures, même quand elles ne sont ni croyantes ni pratiquantes, ont conservé les valeurs et traditions d’autrefois. Les enfants y sont élevés dans les principes moraux (même s'ils peuvent s'en éloigner une fois devenus adultes), et donc, dans ces milieux-là les chances sont plus grandes de trouver des hommes et des femmes prêts à s'engager rapidement dans le mariage, et accepter de ne pas cohabiter au préalable, voire même de pas avoir de relations pré-maritales.

D'autre part, il ne faut pas perdre de vue que la situation de la France dans ce domaine, n’est pas celle de tous les pays occidentaux. Et je me permets au passage de conseiller à tous ceux qui, malgré tous leurs efforts, ne parviennent pas à trouver une épouse/époux catholique pratiquante française/français (je remarque que c’est un sujet récurrent du forum), à regarder vers les pays les plus catholiques d'Europe : Irlande, Pologne, Croatie, Slovaquie, Italie, Espagne, Hongrie.

Autre piste non européenne : le Québec, où, malgré son athéisme, il semble (d’après mes sources, du moins) que demeurent beaucoup de personnes ayant gardé valeurs et traditions.

N'étant pas fan des sites de rencontres européens, je recommanderai plutôt d'aller jeter un œil aux églises françaises que fréquentent la dispora des pays susmentionnés, et également de se rendre (en juillet et août) sur les lieux de pèlerinage à vocation internationale, essentiellement Fatima, Lourdes, Medugorje.

Personnellement, Je conseillerai plutôt Medugorje car elle est visitée chaque été par des dizaines de milliers de jeunes européens de 18 à 40 ans lors de la fête des jeunes (International Youth festival Medjugorje - Mladifest) qui, cette année, aura lieu du 31 juillet au 6 août (dates à vérifier). J'ai connaissance et ouï-dire de quelques couples français qui se sont rencontrés lors de ce festival des jeunes.

Re: Célibataire endurcie à 31 ans

par Trinité » ven. 11 mai 2018, 11:48

Je plussoie!
Très bonne analyse Ambroglio!

Re: Célibataire endurcie à 31 ans

par Elric » ven. 11 mai 2018, 11:11

Ayant la trentaine et étant entouré de couples non mariés avec enfants, vivant ensemble depuis des années, ou mariés, je crois qu'il y a une confusion sur la notion d'engagement.

La majorité des jeunes hommes aujourd'hui veulent, contrairement à ce qu'on entend trop souvent, un couple stable dans lequel ils puissent s'épanouir dans la durée. Les hommes en couple ne sont pas plus volages que les femmes, d'ailleurs les 3/4 des divorces sont demandés par les femmes, pas par les hommes.

Le souci du mariage à l'heure actuelle est justement, et de manière paradoxale, qu'il n'est plus un engagement. En permettant à la femme de partir quand elle veut et quelque soit le motif (un abandon de domicile automatise le divorce au bout de plusieurs mois), les hommes se sentent dans un état d'insécurité totale avec le mariage, raison pour laquelle ils le boudent. Quand on sait ce que coûte derrière un divorce, ce qu'il implique aussi psychologiquement, il faut comprendre leur position.

Dans l'inconscient des femmes, le mariage, ça reste un engagement, le grand oui, mais les faits leur donnent tort et il y a beaucoup d'hypocrisie à ce sujet, car ce oui n'est souvent accordé qu'à crédit, tant que tout va bien.

Imaginez que vous alliez voir votre banquier, que vous signiez pour un prêt, et que finalement vous lui dites: j'arrête de rembourser, ça ne m'intéresse plus. Quel banquier accepterait encore de vous prêter de l'argent ? Car un acte contractuel, par définition, contraint. Or le mariage civil (et en France le mariage vis à vis de la loi est civil, et n'est que civil) est le seul acte contractuel non contraignant, car vous pouvez le rompre à tout moment sans contrepartie.

Bref, si vous voulez comprendre les jeunes hommes aujourd'hui, il faut décorreller la notion de mariage et d'engagement, car pour eux elles sont souvent antinomiques. Mariage = insécurité, et c'est bien cela leur problème. Un homme veut la sécurité dans son couple et la pérennité de son foyer. Qu'il y ait des hommes volages c'est une chose, mais ça n'est pas la majorité, et certainement pas à trente ans.

Je ne veux pas polémiquer ici, je sais très bien ce que recouvre le mariage catholique, consubstantiellement indissoluble, et je suis sur cette ligne à 200%. Mais dans les faits, de manière pratique, c'est le mariage civil qui s'est imposé en France et au sein d'une génération qui a vu les ravages du divorce, le mariage n'a pas bonne presse chez les jeunes hommes. Les femmes passent outre car souvent il y a le côté "être la princesse durant une journée", là où les hommes voyaient dans le mariage quelque chose de très pragmatique et pratique. Créer un ménage et avoir une famille stable.

Bref, ne jetez pas la pierre trop vite aux hommes de votre génération. Ils n'ont pas peur du mariage. Ils ont peur du divorce.

Re: Célibataire endurcie à 31 ans

par Relief » jeu. 10 mai 2018, 22:29

Ambrogio a écrit :
jeu. 10 mai 2018, 11:08
Alors, je sais que certains d'entre vous rétorqueront que "s'il aimait vraiment, il accepterait de se marier et comprendrait", mais cela ne marche pas, car dans une relation on est à deux et que ce même argument peut être retourné : "s'il elle m'aimait vraiment, elle accepterait et même désirerait que nous ayons des relations sexuelles, que nous nous installions ensemble et comprendrait que je ne suis pas prêt au mariage".
Non pas ! car un désir de non engagement est la marque d'un manque d'amour, tout comme lorsqu'un homme dit à sa compagne :
- ''Si tu m'aimais, tu comprendrais que je ne suis pas prêt à avoir des enfants avec toi".
- ''Si tu m'aimais, tu comprendrais mes infidélités''.
- "Si tu m'aimais, tu comprendrais ma violence envers toi".

Il existe des femmes qui vont jusqu'à accepter l'infidélité et la violence...du moins pendant un temps. Pourquoi ? Parce qu'elles pensent qu'"il changera".

Ce type d'hommes trouve notre époque formidable : le sexe à volonté sans rien donner en retour, sinon quelques belles paroles. Ils consomment l'autre. Quant à l'engagement, ils l'acceptent mais uniquement pour leur abonnement téléphonique.

Re: Célibataire endurcie à 31 ans

par Kerniou » jeu. 10 mai 2018, 20:12

Je trouve votre analyse tout à fait pertinente, Ambrogio.
Notre vision catholique de la vie et des rencontres amoureuses se trouve en décalage croissant avec le monde qui nous entoure ...

Re: Célibataire endurcie à 31 ans

par Ambrogio » jeu. 10 mai 2018, 11:08

invité0 a écrit :
mer. 09 mai 2018, 20:51
Un homme qui aime réellement une femme, voudra s’engager, croyez moi, et ce, quel que soit son âge.
Cela est vrai, l'homme qui aime une femme acceptera de s'engager, après faut-il encore définir ce que signifie "s'engager" et je pense qu'il peux y avoir là un écart colossal entre la vision commune (dans le "monde") et la vision chrétienne. Ainsi, pour la plupart des hommes de notre temps, s'engager avec une femme, cela signifie d'abord : accepter de s'installer avec elle, de partager le même logement, peut être ensuite de se PACSER (pour des raisons fiscales ou de mutation le plus souvent), ensuite en allant plus loin dans l'engagement peut être d'acheter un bien immobilier en commun, toujours plus engageant encore peut être d'avoir des enfants (60% des enfants naissent hors mariage en France) et ensuite et enfin seulement peut être un jour de se marier.

Là est bien le problème, le mariage qui pour nous Chrétiens est la base, le commencement de la vie d'un couple, est devenu dans le monde non plus la première pierre, mais bien souvent la dernière pierre (combien de mariage sont désormais célébrés alors que les époux ont déjà plusieurs enfants), l'engagement ultime après plusieurs années de vie commune.

Il faut avoir cela en tête, lorsque vous sortez des milieux chrétiens pratiquants, sous peine d'être confrontés à une incompréhension réciproque. Ainsi lorsque deux amoureux se rencontrent, le chrétien prendra le rejet/refus du mariage comme un refus de s'engager et un manque d'amour, tandis que l'autre risque de trouver complètement déplacé de parler si tôt dans leur relation de mariage et risque en effet de fuir ne considérant le mariage que comme un aboutissement.

Alors, je sais que certains d'entre vous rétorqueront que "s'il aimait vraiment, il accepterait de se marier et comprendrait", mais cela ne marche pas, car dans une relation on est à deux et que ce même argument peut être retourné : "s'il elle m'aimait vraiment, elle accepterait et même désirerait que nous ayons des relations sexuelles, que nous nous installions ensemble et comprendrait que je ne suis pas prêt au mariage".

Voilà, ce que je voulais vous dire c'est que là où certains d'entre vous peuvent voir un refus de s'engager, peut en fait se trouve surtout une incompréhension réciproque. Le pire est que vu l'évolution des moeurs et de la société, cela ne risque pas de s'arranger tout au contraire.

Re: Célibataire endurcie à 31 ans

par invité0 » mer. 09 mai 2018, 20:51

Kerniou a écrit : Je parle de la difficulté des hommes à s'engager parce que je connais de nombreuses filles sympa, jolies, cultivée et pleines de vie qui se font lâcher par des garçons qui ne veulent pas s'engager
Un homme qui aime réellement une femme, voudra s’engager, croyez moi, et ce, quel que soit son âge. Relief a raison quand il écrit que les hommes dont vous parlez ne sont pas réellement amoureux. Ceux-là passent d'une femme à l'autre en attendant que se présente la "bonne", justement, celle qu'il vont aimer sans réserve. Ils la reconnaîtront tout de suite. C’est seulement alors qu'ils s’engagent. En attendant de la trouver (si jamais ils la trouvent), ne voulant pas rester seuls ils jouissent de service sexuels gratuits que leur offrent les femmes, femmes bien naïves qui pensent qu'en s’offrant elles s'assurent l'amour et la fidélité de l'homme.

Haut