Ma vie, c'est tricher

Règles du forum
Besoin d'écoute ou de conseil ? Vous pouvez, dans ce forum, partager votre fardeau avec nos lecteurs...

NB : les messages de ce forum sont modérés a priori ; les interventions jugées inopportunes ne seront pas publiées

Répondre


Cette question est un moyen de lutter contre les publications automatisées indésirables.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Accéder à davantage d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Ma vie, c'est tricher

Re: Ma vie, c'est tricher

Message par Altior » dim. 14 janv. 2018, 1:22

«Si vous ne pleurez pas, pleurez au moins de ne pouvoir pas pleurer; et si vous pleurez, que ce soit parce que vos péchés vous ont fait perdre l'état heureux dans lequel vous étiez par la grâce et l'amitié de Dieu, et qu'ils vous ont réduit à l'état pénible où vous vous trouvez. » (St Jean Climaque)

Re: Ma vie, c'est tricher

Message par Marc Oh » mer. 10 janv. 2018, 10:36

Merci de vos vœux, que nous soyons perméable à la grâce d'en haut pour nous rendre compte à quel point nous somme bénis.
Pour répondre à un de vos derniers messages je croie profondément que Dieu ne se mérite pas et que c'est Lui qui viens à nous et pas l'inverse.
Non les choses ne s'arrange pas comme ça, car le hasard n'existe pas c'est ma conviction mais tout le monde n'est pas d'accord sur ce point. Le hasard ressemble bien à une façon de nier Dieu. C'est un thème classique de discussion sur ce forum.
Sentir sa présence c'est un peu comme gravir une montagne avec un route en spirale et qui suivant le soleil est au soleil ou est à l'ombre. L'ombre est l'épreuve qui fortifie votre espérance (parfois dans la douleur), le soleil vous permet de jouir d'être aimé. La douleur est à vivre dans la joie car même si elle n'est pas voulu elle est permise par le Seigneur. Il ne peu que nous donner les grâces pour y survivre et même avancer. D'autre part nous ne savons pas à quel pire nous échappons.

"Moi j'ai envie de ressentir Sa présence, j'aimerais bien m'abandonner à Lui. Mais l'abandon n'est pas possible si on cherche "à tout prix" à s'abandonner à Lui.
Ai-je raison d’après vous? Voyez-vous les choses comme ça ?"

je vous répondrai: Laissez Le faire

permettez moi de vous soumettre 3 graines de sagesse qui m'ont nourris dans ma propre misère.

Trouver le Seigneur, c’est le fait même de le chercher sans cesse. Car chercher n’est pas une chose et trouver une autre, mais le gain de la recherche, c’est la recherche elle-même.
Grégoire de Nysse, Homélies sur l’Ecclésiaste VII, 5.

Peut-être même lorsque nous le verrons face à face tel qu’il est, nous faudra-t-il encore le chercher, et le chercher sans fin, car il est à aimer sans fin ?
Augustin d’Hippone, Enarrationes in Psalmos 104, 4.

"Point tu ne chercherais si tu n'avais été déjà cherchée comme tu n'aimerais si tu n'avais été déjà aimée." St Bernard sermon 84.

si cela vous caresse l'âme, imprimez ce texte, http://www.citeaux.net/collectanea/Raciti2.pdf, mettez le dans la poche et lisez le en boucle (par petit morceau des que vous avez un moment). Moi cela me bouleverse d'amour à chaque foi.

Dieu vous aime!

priez pour moi que dans l'ombre j'espère la lumière.

Re: Ma vie, c'est tricher

Message par Joris300 » mar. 09 janv. 2018, 22:13

Elle est incroyable votre vision Pierre ! Vous vous emerveillez de choses que je trouve banales d'ordinaire : les oiseaux, le ciel. Et qui ne me procurent pas les émotions que vous décrivez. Mais peut être que je devrais me "forcer" à voir les choses plus belles que je les vois. En tout cas merci pour votre témoignage et à tous les autres pour leurs messages.

Je veux croire que je peux changer. J'ai envie d'être comme vous tous, habité par la même soif et la même foi en Dieu.

Je me mets en chemin, j'envisage une retraite dans un monastère je vais me renseigner. Je souhaite quitter ma vie actuelle qui ne me ressemble pas. Et j'ai besoin de Dieu pour savoir ce qu'Il veut pour moi.

Priez pour moi

Joris

Re: Ma vie, c'est tricher

Message par pierre_ » mar. 09 janv. 2018, 1:40

Bonjour Joris,

J'ai lu vos interventions avec beaucoup d'intêret. Bizarrement, ce qui m'a frappé c'est que votre titre "Ma vie, c'est tricher" est en contradiction totale avec vos messages qui s'y rapportent et qui révèlent tant de vérités. Je trouve que vos attentes sont saines et que votre cœur est pur et cela fait du bien à lire.

Vous dîtes que vous êtes triste de ne pas ressentir Dieu. Vous l'évoquez avec humilité et courage. Vous me rappelez des doutes et des peurs que j'avais plus jeune, comme vous. J'ai arrêté d'être malheureux quand j'ai cessé de voir Dieu comme une personne, au dessus de moi dans les nuages qui viendrait me voir quand je le prie et repartirait une fois la prière finie. Je sais maintenant que Dieu est nous et que nous sommes Dieu. Chaque être, chaque arbre est une étincelle de Dieu. En cela, ma représentation a changé. C'est si beau de se lever le matin, d'écouter les oiseaux chanter, de voir le ciel, les nuages... Comme vous j'ai cherché à sentir la présence de Dieu, mais à quoi bon? Dieu est partout déjà ! Il suffit d'ouvrir les yeux. Quand à la télé je vois des gens se dévouer pour accueillir des migrants, les sans-abris, je vois Dieu, quand je lis le journal et que je vois des hommes et des femmes se battre pour les plus démunis, je vois Dieu, quand je vois l'œuvre d'un artiste et sa représentation du monde et de ce qu'est le "beau", je vois Dieu...
En bref, il y a tant de choses belles à admirer que nos craintes doivent disparaître.

Dieu vous aime mon cher Joris, pas besoin d'accomplir des choses incroyables, Il est déjà là.

Bon courage dans votre quête.

Pierre_

Re: Ma vie, c'est tricher

Message par axou » lun. 08 janv. 2018, 20:49


Néanmoins, les choses se passent de nouveau pas comme ça. Demander de l'aide sur un site, en parler à ma femme, se rendre compte du problème... Et tout s'arrange comme ça ? D'un claquement de doigt ?

En résumé à vous lire j'ai l'impression qu'une amélioration peut se faire à la suite d'un travail. Comme si l'on pouvait rencontrer Dieu après l'avoir prié plus fort encore, après avoir fait des thérapies...

Bien sur que cela peut aider, disons aider à nous disposer pour l'accueillir en notre âme. Mais ne croyez-vous pas que le fait de ressentir Dieu est le résultat d'une rencontre ? Et que cette rencontre se fait comme ça ?

J'ai l'impression, d’après ce que je vis, qu'un jour le Christ entre en nous, et c'est merveilleux mais qu'on peut rien faire pour provoquer cela. Cela me rend triste si c'est le cas. Quand j'étais à la fac, je révisais pour mes partiels et je les obtenais avec de bons résultats, c'était compliqué, mais juste.

Or, rencontrer Dieu, j'ai l'impression que peu de personnes ont cette chance.

Moi j'ai envie de ressentir Sa présence, j'aimerais bien m'abandonner à Lui. Mais l'abandon n'est pas possible si on cherche "à tout prix" à s'abandonner à Lui.

Ai-je raison d’après vous? Voyez-vous les choses comme ça ?
Cher joris,

j'aime vraiment vos interventions, vous nous challengez, nous mettez vraiment en face de la réalité de ce que c'est que l'intimité avec le Seigneur, vous nous obligez au questionnement et au regard sur notre vie intérieure.

Les thérapies, le travail sur soi, se mettre à l'écoute de son corps, cela a un impact sur l'ensemble de notre vie, dans nos relations avec les autres et avec nous mêmes car cela est un chemin de vérité vers soi, vers son propre coeur. et ce chemin là ouvre aussi des portes à la vie intérieure en Dieu puisque Dieu est au fond de notre coeur, derrière la porte, frappant à la porte et attendant qu'on lui ouvre.

Concernant le ressenti de la Présence du Seigneur, le ressenti de cette relation, vous avez raison : les démarches pour se rendre disponible sont notre part et prédisposent à la rencontre et le ressenti, le fait d'être inondée par la Présence de Dieu, c'est la part de Dieu et c'est un cadeau, gratuit, inatendu, et qui peut être à demander mais pas à rechercher : c'est la part de Dieu et notre foi et la profondeur de notre relation à Dieu ne se mesure pas au ressenti.
De nombreux saints témoignent d'une absence totale ou partielle de ressenti selon les périodes de leur vie et mettent en garde d'ailleurs contre le danger de se trouver dans l'illusion de la relation ou dans l'orgueil de la relation à travers ces ressentis qui sont des bouleversements émotionnels. Si ça arrive, tant mieux. Si ça n'arrive pas tout de suite, amen.

Vous pouvez demander cette grâce, le demander humblement comme une prière d'enfant. Une réponse viendra en un temps et d'une manière inattendue.

Pour le moment, dans l'instant présent, il s'agit de cultiver l'intimité avec le Seigneur, tel que vous êtes, en prenant du temps avec Lui tous les jours, simplement en lui consacrant votre attention, votre respiration, votre coeur, vos désirs profonds.Lire la Parole, faire simple, sans jugement intempestif sur vous même, sans vous formaliser des pensées folles que vous laissez passer comme des nuages dans le ciel.
Simplement croire que vous êtes aimé et appelé à une Alliance et offrir une réponse, un oui d'amour en une volonté d'amour, juste un effort d'attention amoureuse, et puis en même temps un appel à l'aide du fond de notre pauvreté et en même temps, si possible, un élan de reconnaissance pour ce qui est donné.


Le Christ est déja en vous, vous l'exprimez dans votre manière de nous parler. Je vous confie une confidence, une confidence de Noel. je viens de passer une semaine en ermitage et on m'a mis de manière imprévue le Saint Sacrement dans ma cahute ! j'avais le Saint Sacrement dans ma chambre !
C'était l'occasion de prier dans le beau silence de la nuit. le soir, j'étais fatiguée, je me couchais et j'ai dit au Seigneur :" si tu veux que je vienne te retrouver cette nuit, tu n'as qu'à me réveiller, je ne mets pas de réveil." un petit défi d'enfant capricieux, sachant que j'ai un très bon sommeil. Toutes les nuits, Il m'a réveillée à 2 h du matin : une fois, un volet a claqué, une autre fois mon chien a rêvé bruyamment dans son sommeil, chaque nuit un truc, et un RV précis !

Voyez, le Seigneur a soif, il a soif d'une intimité avec nous, Il a besoin de nous. C'est le cri à Sainte Marguerite-Marie : "voici ce coeur qui a tant aimé le monde et qui est si peu aimé en retour". Et c'est l'explosion de joie qu'Il éprouve après sa rencontre avec la Samaritaine au point qu'Il refuse de venir manger avec ses disciples et s'exclame :

« Pour moi, j’ai de quoi manger : c’est une nourriture que vous ne connaissez pas. »
Les disciples se disaient entre eux : « Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger ? »
Jésus leur dit : « Ma nourriture, c’est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé et d’accomplir son œuvre.
Ne dites-vous pas : “Encore quatre mois et ce sera la moisson” ? Et moi, je vous dis : Levez les yeux et regardez les champs déjà dorés pour la moisson. Dès maintenant, le moissonneur reçoit son salaire : il récolte du fruit pour la vie éternelle, si bien que le semeur se réjouit en même temps que le moissonneur...."

Si vous étanchez un peu de sa soif, si vous même vous levez les yeux et regardez les champs déja dorés pour la moisson, croyez vous qu'Il va vous laisser dans une forme de marasme et désolation ? Non.

Il va vous faire un don : "Si tu savais le Don de Dieu".
Lancez vous, faîtes éventuellement une cure d'intimité en méharée au sahara, en retraite au fonds des bois, en randonnée solitaire, ou dans une visite fréquente dans une petite chapelle discrète... Ayez confiance.

Merci Joris pour votre intervention. pour moi qui ai peur de l'intimité avec le Seigneur, vous m'encouragez à poursuivre cette relation renouvelée avec Lui pendant mon temps d'ermitage.

En Christ,

Axou

Re: Ma vie, c'est tricher

Message par Joris300 » jeu. 04 janv. 2018, 23:33

Bonjour à tous,

Tout d'abord je vous souhaite une très bonne et heureuse année 2018.

J'aime l'idée de l'abandon que véhicule Axou, je trouve ça si beau de se donner entièrement à Dieu. J'ai d'ailleurs essayé de réciter les prières qu'une personne avaient dites ici. J'ai essayé d'en parler à la femme, sans évoquer avec elle toutes les pensées qui me hantent mais par bribes. Elle m'a dit qu'elle avait pu vivre des situations similaires. Cela ne m'étonne pas, je pense que finalement, c'est rare d'être soi-même toujours et toute une vie. Bref, je fais du chemin. J'essaie de m'éloigner des choses évidentes pour me recentrer sur ce qui l'est moins.

Néanmoins, les choses se passent de nouveau pas comme ça. Demander de l'aide sur un site, en parler à ma femme, se rendre compte du problème... Et tout s'arrange comme ça ? D'un claquement de doigt ?

En résumé à vous lire j'ai l'impression qu'une amélioration peut se faire à la suite d'un travail. Comme si l'on pouvait rencontrer Dieu après l'avoir prié plus fort encore, après avoir fait des thérapies...

Bien sur que cela peut aider, disons aider à nous disposer pour l'accueillir en notre âme. Mais ne croyez-vous pas que le fait de ressentir Dieu est le résultat d'une rencontre ? Et que cette rencontre se fait comme ça ?

J'ai l'impression, d’après ce que je vis, qu'un jour le Christ entre en nous, et c'est merveilleux mais qu'on peut rien faire pour provoquer cela. Cela me rend triste si c'est le cas. Quand j'étais à la fac, je révisais pour mes partiels et je les obtenais avec de bons résultats, c'était compliqué, mais juste.

Or, rencontrer Dieu, j'ai l'impression que peu de personnes ont cette chance.

Moi j'ai envie de ressentir Sa présence, j'aimerais bien m'abandonner à Lui. Mais l'abandon n'est pas possible si on cherche "à tout prix" à s'abandonner à Lui.

Ai-je raison d’après vous? Voyez-vous les choses comme ça ?

Re: Ma vie c'est tricher

Message par Marc Oh » mer. 03 janv. 2018, 18:30

Bonjour je me demande si c'est pas l'ennui qui vous travail, les anciens dirai l'acédie.
Je dirai que si vous marchez sur un chemin droit il est normal que le malin se déchaine contre vous! Il a bien des solutions à vous proposer. Moi c'est dans les actions "saintes" que les plus horribles tentations surgissent! Cela surprend puis on se dit que c'est plutôt une bonne chose que de recevoir de tel sollicitation.
Une vie amoureuse avec le seigneur vous ferai le plus grand bien: un cache cache comme des jeunes marié (coucou, je te voie tu ne me voie pas, je suis là...). Je ne puis que vous conseiller d'enrichir votre vie spirituelle et d'en jouir, bref vous laisser caresser l’âme.
Un accompagnement spirituel s'impose il me semble. Pas pour apprendre des prières en plus, pour prendre plaisir à vous laisser embrasser. Bref démarrer une relation.
Autre possibilité, vous êtes dans l'illusion d'une vie droite mais vous êtes éloigné de Dieu et ne bénéficier pas de son secoure. Si c'est ça un prêtre s'impose en faisant un peu d'effort pour en trouver un emplis d'inspiration.
J'ai beaucoup de problème concret dans ma vie, mais je supporte il semblerai énormément car j'ai par jour plusieurs petit rendez-vous secrets avec le très haut. Je pense que l'on peu trouver une vie relationnelle intense avec le Seigneur sans les problèmes.

je prierai pour vous

à bientôt

marc

Re: Ma vie c'est tricher

Message par axou » mar. 02 janv. 2018, 15:36


(...)
Pour vous répondre, je ne pense pas que rien ne peut m'arriver ce n'est pas ce que j'ai voulu dire. Quand je regarde ma vie, je remercie Dieu pour toutes les choses qu'Il m'offre. Je gagne de l'argent, j'ai une famille, c'est une richesse infinie ! Je ne veux rien, je ne désire rien d'autre. Il est ici mon problème, ce manque de désir me ronge.
Je ne pense pas que de telles choses peuvent disparaître. Ma nature me veut ainsi et j'ai d'autre choix que de l'accepter mais Mon Dieu que c'est dur..
(...)
Pour faire une retraite je pense qu'il faut vraiment en ressentir le besoin, ma souffrance ne me conduit pas a prendre cette decision. D'un côté j'ai envie de ressentir Dieu en moi et de l'autre, j'ai peur de Le rencontrer. Pour être tout a fait honnête, ça me fait peur de m'abandonner complètement à Lui. J'ai comme une force qui me retiens, au moment ou je pourrais ressentir Dieu, je me braque, j'ai peur. Je ne veux pas me perdre.

Joris
Cher Joris !

Moi, j'ai eu du plaisir et de la joie à vous lire car cela me réjouit toujours de voir une personne tomber le masque. En nous écrivant, vous entérinez votre décision de ne plus tricher et de découvrir votre propre vérité.

Vous vous décrivez comme grandement blindé, blindé d'une belle armure dorée, jolie aux yeux des autres, redoutablement efficace : vous l'avez mise en place il y a fort longtemps pour vous protéger et cela a très bien marché : vous avez ainsi évité nombre de blessures et humiliations qui atteignent le commun des mortels. Vous avez ainsi masqué à vos yeux une blessure sans doute ancienne et profonde qui a enclenché la mise en place de cette armure. Mais aujourd'hui vous ouvrez les yeux sur le prix terrible à payer : vous êtes mal dans votre peau parce que votre peau trop protégée n'est plus en contact avec le réel, réel physique ou émotionnel. On ne peut pas vous toucher, vous émouvoir. La caresse du vent sur votre peau, la caresse d'une main aimante, le regard bouleversant d'une personne en difficulté que vous écoutez ne vous atteignent pas, ils ne touchent que le métal, pas la chair.

Et aujourd'hui vous en avez ras le bol et c'est vraiment une très bonne nouvelle. Vous êtes coupé de vos racines profondes comme un arbre dont les racines n'atteignent pas la nappe phréatique qui lui donneraient l'eau à boire. Aujourd'hui vos racines profondes, tout votre être intérieur se révolte et quelle belle chose ! Vous avez soif ! Et Dieu a soif de votre soif ! Vraiment je me réjouis de votre révolte car elle est sainte.

Contrairement à ce que vous pensez, vous êtes déja dans l'amour. Vous êtes très attentionné avec votre femme, vous veillez à ne pas lui faite de peine, vous pensez aux autres, vous n'êtes pas dans l'égoisme ni la négligence. Vous avez le souci d'autrui. Votre armure ne vous a pas enfermé dans l'égoisme, elle vous a enfermé dans l'absence de sensation et de ressenti et vous a coupé d'une part importante de l'accès à vous même.

Allons droit au but, vous êtes appelé à la nudité. Le guerrier est en armure mais le saint est nu. Votre âme réclame son du et vous êtes arrivé au terme : l'obsolescence de votre armure et la découverte de la joie d'être irrigué de vos racines intérieures, habitées par le Souffle reçu à votre baptème.
Vous avez peur, très peur et c'est bien naturel ! Et le seigneur dans son immense délicatesse, Lui qui veut la vraie vie pour vous ne veut pas vous enlever brutalement vos protections, il veut vous apprivoiser peu à peu dans la confiance.
On parle beaucoup aujourd'hui de "lâcher-prise". Mais lâcher sa protection pour...pour tenir quoi ? On va tomber !!!
C'est pourquoi en christianisme, on parle davantage d'abandon ! On lâche, et on tombe...dans les bras du Seigneur !
"Si Dieu est pour nous, qui est contre nous ?"

Le courage du guerrier dont parle valentin, je le vois ici : le courage de faire des pas vers vous même et vers Dieu, pour vous abandonnner, non pas contre vos peurs, mais avec vos peurs. le Seigneur vous prend dans ses bras avec vos peurs et "Confiez Lui tous vos soucis car Il prend soin de vous".

Et comment faire ? Quels petits pas d'abandon pouvez vous faire pour aller vers votre Terre promise ? Vers vous même ?

Quelques idées qui me viennent : d'abord aller vous dire en vérité à une personne en chair et en os, sans la protection et la distance de l'écran, par exemple dans le sacrement de la réconciliation.

Puis aller dire votre vérité devant le "JE SUIS", le Christ dans sa Chair et dans son Sang devant le Saint-Sacrement. Supplier, supplier, demander Sa vie, Votre vie, vos sensations, vos émotions, vos vraies pensées et vos vrais désirs car l'intelligence émotionnelle et corporelle nous donne accès aussi à nos pensées. Demandez au Seigneur : quel est mon nom ? Le nom avec lequel Il vous appelle ?

Vous n'êtes as à l'abri d'un effondrement salutaire ! :)

Puis le corps. Rentrer en contact avec le corps. L'automutilation, cela m'est arrivé, je sais que c'est une démarche désespérée pour rentrer en contact avec soi même par le corps.
La Méditation En pleine Conscience est une belle voie, on peut s'inscrire à un groupe pendant deux mois lors desquels on vous apprend à goûter chaque sensation dans l'instant présent. le Père pascal Ide en dit les bienfaits dans "Puissance de la gratitude". Par la respiration et l'attention, on réapprivoise son corps et son esprit toujours occupé en folles pensées..
La méthode Vittoz peut être indiquée également.

Sur le plan thérapeutique, toute thérapie qui implique le corps et le ressenti : l'hypnose éricksonienne, la gestalt ,
la thérapie de groupe en piscine d'eau chaude (l'artillerie lourde !)...Une approche thérapeuthique qui vous amène à la fois par la parole vraie et par le corps à votre vérité, peu à peu.

Je pense aussi au pélerinage de Compostelle : ampoules et tendinites remplacent de manière avantageuse et plus ajustée l'automutilation :) et par les belles rencontres, la marche au long cours, la décantation, la vie exclusive au contact de la nature , l'objectif qui est le tombeau du saint, tout cela est un chemin vers soi, de manière organique et naturelle.

Le chemin vers soi nous mène à notre blessure originelle, celle là même que nous avons voulu fuir et enfermer à double tour. Mais la bonne nouvelle, c'est "que la pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire, merveille devant nos yeux..."
C'est pas cette blessure ouverte, enfin ouverte et offerte au seigneur que la vie de Dieu peut passer, c'est pas cette faille qu'Il peut rentrer et nous combler de grâces. Et ce que nous croyions indigne devient en fait le meilleur de nous mêmes : c'est pas la vulnérabilité que nous communions, en vérité.

Cher Joris,
je vous souhaite une belle année 2018, je vous souhaite une belle rencontre au puits de Jessé, comme la Samaritaine qui a soif et qui vient puiser de l'eau.

Bien à vous, Axou

Re: Ma vie c'est tricher

Message par Valentin » sam. 30 déc. 2017, 17:21

D'ailleurs quand vous dîtes qu'il faut corriger ses pensées pour guérir, la aussi je vous demande comment. C'est pas si simple, une pensée arrive, s'installe dans mon esprit et souvent me submerge.
Il vous faut changer d'« idéologie ».

Notre esprit est divisé en plusieurs parties, certaines échappent à notre contrôle, d'autres non. Nous pouvons influencer les secondes : cela se répercutera forcément sur les premières.

Faites votre examen intérieur. Quelle est votre emprise sur votre propre Volonté ? Si cette emprise est faible, il vous faut l'augmenter. Comment ? En se mettant à agir, en devenant acteur de votre univers mental.

Jusqu'à présent, ce sont les pensées mauvaises inspirées par le diable qui y mènent la danse, pendant que vous restez assis à ne rien faire. Levez-vous : ça va les effrayer. Résistez-leur de toutes vos forces.

N'ayez pas peur d'être très durs envers vous-même : faites constamment en votre cœur l'apologie de la Force, de l'Honneur. Laissez-vous guider par l'idéal guerrier de nos ancêtres.

Lorsqu'un ennemi se présentait devant un chevalier, avait-il le droit de fuir ? De se cacher ? C'était impensable. Il en allait de son Honneur.

Il faut que vous adoptiez cette mentalité du chevalier. Vous êtes catholique, un guerrier de l'âme, un soldat du Christ. Il n'y a pas de place pour la faiblesse dans votre vie.

Je vous souhaite du courage et le soutien des anges.

Re: Ma vie c'est tricher

Message par Christophe B » sam. 30 déc. 2017, 16:59

"Moins tu as de sentiment et plus ta foi est grande, plus ta foi est louable, plus elle est appréciée et louée, car une foi intègre vaut bien plus qu'un sentiment humain"
Maître Eckhart

Dieu vous aime.

Pour aimé quelqu'un il faut le connaître!
Pensez-vous connaître suffisamment vos proches ?
Pensez-vous vous connaître suffisamment vous même ?
Pensez-vous connaître suffisamment Dieu ?

Re: Ma vie c'est tricher

Message par Cendrine » sam. 30 déc. 2017, 14:48

Cher Joris,

Le fait que vous souffriez de ne pas ressentir d'émotion particulièrement aimante à l'égard des personnes de votre entourage est sans doute devenu comme une obsession. Un psy (mon mari est psychologue, mais depuis sa conversion il se méfie des penchants de son métier) vous dirait que vous avez probablement vécu étant enfant une grosse frayeur (pas forcément de nature psychodramatique) qui vous aurait forcé, par instinct de survie psychique, à prendre de drastiques distances avec les émotions. C'est peut-être là une voie qu'utilise le démon, vous et Valentin avez raison, car d'une situation inconfortable mais pas infranchissable il fait un piège.

Mais peu importent les causes humaines je crois, mieux vaux s'affronter avec ce qui vous occupe aujourd'hui. Le fait que vous vous exprimiez comme vous le faites montre au contraire une blessure à vif et une soif spirituelle qui ne demande qu'à s'étancher à la source du Christ, c'est tout sauf de l'indifférence, mais votre peur de ne rien ressentir de profond pour votre femme fait écran entre la beauté de votre don (la vocation qui est la vôtre est précieuse au Seigneur et vous y collaborez si bellement) et votre cœur. C'est le démon qui bouche la déferlante de tout cet amour que vous vivez d'une façon si digne mais sans en ressentir la beauté par les sens et l'émotion).

Dans une vidéo conseillée par notre ami Cinci (viewtopic.php?f=92&t=43335&p=373901&hil ... te#p373901), il y a quelques mots que j'ai pris l'habitude de dire lorsque je me trouve devant une tentation ou dans une situation qui me met face au malin : "Que tout esprit loue le Seigneur". Peut-être cela peut vous être utile aussi. Et puis il y a Marie, n'oubliez pas de lui demander son aide pour vous guider vers son Fils, et aussi à votre ange gardien ; on le laisse souvent bien trop de côté alors qu'il est là en permanence au plus près de nous tout en voyant aussi Dieu face à face...

A moi aussi il m'arrive d'avoir de soudaine horribles pensées qui me traversent, parfois même au beau milieu de l'oraison. Quand alors je pense à Marie, je me retrouve devant le ridicule de cette pensée, de son grotesque ordurier, et ça me donne envie de m'esclaffer, alors la pensée s'évanoui et je peux reprendre mon oraison. Il faut à la fois être vigilant contre le malin, mais indifférent avec lui car il n'aime rien davantage que de nous proposer des obsessions ou des dépendances qui nous rendent plus accessibles à ses griffes.

Notre religion fait de nous à la fois des êtres virils et guerriers pour ce qui touche à ce qui nous incombe, mais enfants démunis et nécessairement transparents recevant la grâce divine des plaies de Notre Seigneur. :)

Re: Ma vie c'est tricher

Message par TREBLA » sam. 30 déc. 2017, 14:27

Cher Joris300,

Quelle sincérité ! Votre message me fait penser à un psaume de David :
Je t'ai fait connaître mon péché je n'ai point caché mon iniquité; j'ai dit " Je veux confesser à Yahweh mes transgressions " et toi, tu as remis l'iniquité de mon péché. - Séla. (Psaume 32, 5)

Je prie pour vous et votre famille.

Que le Seigneur vous bénisse.

Re: Ma vie c'est tricher

Message par Joris300 » sam. 30 déc. 2017, 13:18

Je comprends que vous soyez inquiet de ne pas éprouver d'émotions ni de ne rien ressentir dans votre relation aux autres ...
Vous avez raison, la triche n'est pas la vie.
L'amour et les émotions sont le propre de notre humanité; ne pas éprouver de sentiments ni d'affection est, en effet, une frustration, une souffrance que, quelque part, vous ressentez. L'amour de Dieu passe par l'amour de l'autre, des autres; c'est pourquoi, à mon avis, le problème est d'abord humain; il faudrait commencer par l'amour humain pour accéder à l'amour de Dieu ...
Avez-vous songé à rencontrer un psy pour travailler l'aspect humain de votre situation ? Le plan spirituel se ferait par la suite et pourquoi pas avec l'aide d'un prêtre ... Vous pouvez, aussi, rencontrer un psy catholique qui vous conseillerait sur la répartition de votre double démarche ...
Bon courage à vous
Merci pour votre aide Kerniou

Que Dieu vous garde

Joris
Joris,

après la douceur féminine de Cendrine, peut-être avez-vous besoin d'une parole différente.

Ce que vous nous décrivez ressemble beaucoup au syndrome de l'enfant gâté. Ce syndrome serait caractérisé par un « comportement immodéré, narcissique et immature ». (Wikipédia)

Ces termes ne sont guère flatteurs. Ne le prenez pas mal je vous prie, j'essaie sincèrement de vous aider. Pour cela il faut essayer de trouver les causes de votre détresse.

Je ne suis nullement psychiatre mais je crois que vous vous préoccupez beaucoup de vous-même. Un peu trop sans doute. Essayez de vous intéresser à d'autres personnes. Si votre vie est aussi vide que vous le dites, la vie d'une autre personne vous semblera certainement passionnante en comparaison. Vous pouvez commencer par vous intéresser à votre femme. Quelles sont ses émotions, ses désirs ? À quoi rêve-t-elle ? Essayez de deviner ses pensées tout au long de la journée, par exemple.

Vous savez, vous me donnez vaguement l'impression de quelqu'un dont le véhicule est en panne le long d'une route, au milieu d'une forêt, et qui, au lieu de chercher à réparer le véhicule, s'est assis sur une vieille souche d'arbre pour se lamenter sur son sort. Ce n'est pas la bonne attitude. Soyez plus sévère envers vous-même.

Surtout, cessez de subir le monde, de subir vos émotions et vos pensées. Vous êtes quelqu'un d'intelligent, cela se sent dans votre style. C'est un don de Dieu, mais c'est aussi une arme à double tranchant que le diable peut retourner contre vous. Il s'emploie manifestement à détourner vos pensées vers l'abîme. Cessez immédiatement de l'écouter : votre volonté est libre, c'est vous qui tenez le gouvernail. À vous de choisir où vous voulez aller.

Donc prenez les devants. Vous êtes un homme adulte, un père de famille : votre attitude se doit d'être digne et virile. Vous ne pouvez pas guérir tant que vous vous permettrez toutes les pensées, même les plus odieuses. Lorsqu'une pensée mauvaise envahit votre esprit, chassez-la, écrasez-la sous votre semelle comme s'il s'agissait d'un insecte répugnant.

Cessez de fuir devant la vie.

Cessez de fuir devant le diable. Vous voyez bien qu'il connaît toutes les portes secrètes de votre cœur et qu'il y a élu domicile. Levez-vous et combattez-le comme un homme.
Bonjour Valentin,

Merci pour votre réponse.
Tout d'abord, je ne prends pas mal le terme d'enfant "gâté" que vous m'attribuez mais je pense qu'il n'est pas juste dans ma situation. Je vous témoigne ici de mon monde intérieur, cela implique évidemment que je parle de moi puisque je me raconte, je parle de la souffrance. Et je demande après vos conseils. Mais cela ne se traduit pas dans mon monde extérieur : mon rapport aux autres, l'attitude que j'ai vis à vis de ma femme, de ma fille...
Si vous voulez, je pense avoir l'attitude virile que vous décrivez en ce sens que je ne montre pas mes sentiments, que je suis fort en apparence. C'est à l'intérieur de moi que les choses se compliquent, que je m'interroge sur le sens de mes actes, et que j'essaie de savoir si je suis vrai ou si je triche.
Je donne beaucoup de mon temps aux autres en participant à des actions humanitaires, en passant du temps avec ma famille etc.. mais j'aimerais le faire plus spontanément, comme Jésus le faisait, vous comprenez. Et j'aimerais aimer vraiment, pas le faire parce qu'il faut le faire.

Quand vous dîtes, "cessez de subir le monde", vous mettez l'accent sur le coeur du problème. Je ne peux pas m'en empêcher, c'est une forme de détachement que j'ai par rapport au monde. Si j'avais le secret pour vivre et ressentir les choses comme vous, je n'hésiterais pas une seconde, seulement c'est dur pour moi. D'ailleurs quand vous dîtes qu'il faut corriger ses pensées pour guérir, la aussi je vous demande comment. C'est pas si simple, une pensée arrive, s'installe dans mon esprit et souvent me submerge. C'est difficile de s'en éloigner, même si je pense à autre chose sur le moment, elle resurgit a un autre.
Le diable me fait penser des choses horribles, me fait remettre en question les choses les plus évidentes comme l'amour qui existe entre ma femme/ma fille et moi. Je ressens ces pensées qui m'envahissent. Mais je ne ressens pas celles de Dieu pour contrebalancer les autres. Quand je l'implore, Dieu n'est pas là, le diable, lui, ne me quitte jamais.

Merci a vous,

Joris.

Re: Ma vie c'est tricher

Message par Kerniou » sam. 30 déc. 2017, 3:43

Je comprends que vous soyez inquiet de ne pas éprouver d'émotions ni de ne rien ressentir dans votre relation aux autres ...
Vous avez raison, la triche n'est pas la vie.
L'amour et les émotions sont le propre de notre humanité; ne pas éprouver de sentiments ni d'affection est, en effet, une frustration, une souffrance que, quelque part, vous ressentez. L'amour de Dieu passe par l'amour de l'autre, des autres; c'est pourquoi, à mon avis, le problème est d'abord humain; il faudrait commencer par l'amour humain pour accéder à l'amour de Dieu ...
Avez-vous songé à rencontrer un psy pour travailler l'aspect humain de votre situation ? Le plan spirituel se ferait par la suite et pourquoi pas avec l'aide d'un prêtre ... Vous pouvez, aussi, rencontrer un psy catholique qui vous conseillerait sur la répartition de votre double démarche ...
Bon courage à vous

Re: Ma vie c'est tricher

Message par Valentin » ven. 29 déc. 2017, 22:13

Joris,

après la douceur féminine de Cendrine, peut-être avez-vous besoin d'une parole différente.

Ce que vous nous décrivez ressemble beaucoup au syndrome de l'enfant gâté. Ce syndrome serait caractérisé par un « comportement immodéré, narcissique et immature ». (Wikipédia)

Ces termes ne sont guère flatteurs. Ne le prenez pas mal je vous prie, j'essaie sincèrement de vous aider. Pour cela il faut essayer de trouver les causes de votre détresse.

Je ne suis nullement psychiatre mais je crois que vous vous préoccupez beaucoup de vous-même. Un peu trop sans doute. Essayez de vous intéresser à d'autres personnes. Si votre vie est aussi vide que vous le dites, la vie d'une autre personne vous semblera certainement passionnante en comparaison. Vous pouvez commencer par vous intéresser à votre femme. Quelles sont ses émotions, ses désirs ? À quoi rêve-t-elle ? Essayez de deviner ses pensées tout au long de la journée, par exemple.

Vous savez, vous me donnez vaguement l'impression de quelqu'un dont le véhicule est en panne le long d'une route, au milieu d'une forêt, et qui, au lieu de chercher à réparer le véhicule, s'est assis sur une vieille souche d'arbre pour se lamenter sur son sort. Ce n'est pas la bonne attitude. Soyez plus sévère envers vous-même.

Surtout, cessez de subir le monde, de subir vos émotions et vos pensées. Vous êtes quelqu'un d'intelligent, cela se sent dans votre style. C'est un don de Dieu, mais c'est aussi une arme à double tranchant que le diable peut retourner contre vous. Il s'emploie manifestement à détourner vos pensées vers l'abîme. Cessez immédiatement de l'écouter : votre volonté est libre, c'est vous qui tenez le gouvernail. À vous de choisir où vous voulez aller.

Donc prenez les devants. Vous êtes un homme adulte, un père de famille : votre attitude se doit d'être digne et virile. Vous ne pouvez pas guérir tant que vous vous permettrez toutes les pensées, même les plus odieuses. Lorsqu'une pensée mauvaise envahit votre esprit, chassez-la, écrasez-la sous votre semelle comme s'il s'agissait d'un insecte répugnant.

Cessez de fuir devant la vie.

Cessez de fuir devant le diable. Vous voyez bien qu'il connaît toutes les portes secrètes de votre cœur et qu'il y a élu domicile. Levez-vous et combattez-le comme un homme.

Haut