Une Eglise pour tous ?

Règles du forum
Forum de débats dialectiques entre personnes de bonne volonté autour de la religion chrétienne (catholicisme) et des objections formulées à son encontre

NB : L'attention des intervenants est particulièrement attirée sur la courtoisie et le respect ; les blasphèmes et provocations visant à blesser le sentiment religieux des lecteurs seront modérés ; les discussions inutilement polémiques seront verrouillées et leur initiateurs sanctionnés.

Répondre


Cette question est un moyen de lutter contre les publications automatisées indésirables.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Accéder à davantage d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Une Eglise pour tous ?

Re: Une Eglise pour tous ?

Message par PaxetBonum » Hier, 16:11

Personnellement, le concept d' une Eglise pour tous me parait un bon projet. Ce serait un geste d'ouverture.
En quoi l'Eglise n'est-elle pas pour tous ? Le message de Notre Seigneur ne serait pas universel ?

Re: Une Eglise pour tous ?

Message par Carhaix » sam. 13 oct. 2018, 23:09

@Carhaix
Oui, mais là, vous êtes encore en train de considérer que le christianisme repose sur la Bible. Mais ce n'est pas exact. Je dirais plutôt que la Bible accompagne le christianisme. Le christianisme repose sur la personne du Christ, son incarnation, et son Église. Le point de départ du christianisme, ce n'est pas la Bible. C'est la prédication vivante du Christ, et c'est ensuite l'institution, par le Christ, de l'Eglise.
Et je fais comment pour rencontrer Dieu si je ne peux passer par la Bible ?
Quand on a la foi les choses sont (plus) faciles, mais pour les autres ?
Les chercheurs de foi comme moi, ils font comment ?
Quand on a un "chemin de Damas" ou un abbé Huvelin , les choses sont plus simples mais pour les autres ?
Je pourrai aller à la messe mais à chaque fois que j'y vais, je n'y ressent que pesanteur et convenance. L'impression d'être dans une préfecture.
Le point de départ du christianisme, ce n'est pas la Bible.
Je pars d'où alors ?

@Carhaix: ces questions sont davantage un questionnement spirituel qu'une interrogation directe. Je n'ai aucunement l'intention de vous agresser et je vous remercie du temps que vous prenez à me répondre.
Mais mon cher Cibirsk, nous en sommes exactement au même point, vous et moi. L'Eglise nous fournit les Sacrements, son Catéchisme (pour éclaircir quelques points), les prêtres (pour les Sacrements), la prière de ses religieux, et puis aussi la Bible (pour approfondir votre foi et votre vie de prière), ses enseignements, et ses Saints. Evidemment, listés ainsi, tous ces éléments font sans doute penser à un formulaire de préfecture. C'est sans doute vrai. Le monde, l'humanité, la société, tout cela fait penser à un guichet de préfecture, si vous voulez. Mais vous pouvez voir les choses d'un autre bout de la lorgnette.

Je vous donne un exemple : un jour où vous êtes pressé, quelqu'un dans le besoin vient vous demander quelque chose, un service, important pour lui. Et comme vous êtes pressé, vous l'envoyez promener. Maintenant, imaginez que le Christ vous apparaisse en rêve, et vous dise : l'homme que vous avez repoussé ce matin, c'était moi.

Voilà le coeur de la vie de foi. Ce n'est pas un livre. Ce sont des êtres de chair.

Cela vous aide, ou pas ?

Re: Une Eglise pour tous ?

Message par Cibirsk » sam. 13 oct. 2018, 23:00

@Carhaix
Oui, mais là, vous êtes encore en train de considérer que le christianisme repose sur la Bible. Mais ce n'est pas exact. Je dirais plutôt que la Bible accompagne le christianisme. Le christianisme repose sur la personne du Christ, son incarnation, et son Église. Le point de départ du christianisme, ce n'est pas la Bible. C'est la prédication vivante du Christ, et c'est ensuite l'institution, par le Christ, de l'Eglise.
Et je fais comment pour rencontrer Dieu si je ne peux passer par la Bible ?
Quand on a la foi les choses sont (plus) faciles, mais pour les autres ?
Les chercheurs de foi comme moi, ils font comment ?
Quand on a un "chemin de Damas" ou un abbé Huvelin , les choses sont plus simples mais pour les autres ?
Je pourrai aller à la messe mais à chaque fois que j'y vais, je n'y ressent que pesanteur et convenance. L'impression d'être dans une préfecture.
Le point de départ du christianisme, ce n'est pas la Bible.
Je pars d'où alors ?

@Carhaix: ces questions sont davantage un questionnement spirituel qu'une interrogation directe. Je n'ai aucunement l'intention de vous agresser et je vous remercie du temps que vous prenez à me répondre.

Re: Une Eglise pour tous ?

Message par Carhaix » sam. 13 oct. 2018, 22:19

@Carhaix
D'abord, le christianisme n'est pas une religion du Livre, contrairement à ce qu'on dit. Le cœur de la foi, c'est de faire confiance en Dieu, et d'être attiré par Dieu. Si c'est le cas, les passages de la Bible (qui n'est pas une Table de la Loi, chez les catholiques) qui semblent obscurs, ou durs à admettre, deviennent anecdotiques. Dieu est bon, voilà le principal. Si Dieu est bon, vous pouvez lui faire confiance.

Maintenant, vous pouvez également envisager que votre compréhension des passages en question est un peu biaisée. J'ai lu la Bible aussi, et je n'ai jamais compris que "une partie de l'humanité" était considérée comme "ennemis de Dieu". Je pense que vous extrapolez et surinterprétez. Saint Paul liste des péchés. Il en liste plein ! Moi-même qui vous parle, je pense les avoir commis à peu près tous. La logique de tout ceci, ce n'est pas de rejeter les pécheurs (nous irions tous en Enfer !) mais au contraire, nous faire comprendre que nous sommes pécheurs et que nous avons besoin de la Miséricorde de Dieu, qui s'est manifestée dans la venue du Christ.
Pour essayer de comprendre cette notion de "religion du livre", j'ai fait quelques recherches et j'ai trouvé cette video: christianisme= religion du livre ?

Il faut que je la regarde plusieurs fois. Surtout les passages où le Pape Benoit XVI est cité. L'auteur lui même les qualifie de "denses" . Cela ne répond pas à mes questions mais au moins cela m'offre une perspective où la Bible n'est pas un livre qui enferme mais qui ouvre et accueil.

Cela m'amène à penser que la lecture de la Bible nécessite une initiation. Je suis un sceptique qui recherche la foi et qui envie ceux qui ont la foi. Vous avez raison quand vous parlez d'extrapolation et de surinterprétation. C'est un piège facile où je tombe facilement.
Oui, mais là, vous êtes encore en train de considérer que le christianisme repose sur la Bible. Mais ce n'est pas exact. Je dirais plutôt que la Bible accompagne le christianisme. Le christianisme repose sur la personne du Christ, son incarnation, et son Église. Le point de départ du christianisme, ce n'est pas la Bible. C'est la prédication vivante du Christ, et c'est ensuite l'institution, par le Christ, de l'Eglise. L'Eglise préexiste à la rédaction du Nouveau Testament, par exemple. Le Canon des Ecritures n'est pas encore fixé.

Je ne dis pas qu'il faut ignorer la Bible. La Bible nourrit la foi, éclaire la vie du chrétien (en la lisant avec discernement, et à l'aide de l'enseignement de l'Eglise).

Re: Une Eglise pour tous ?

Message par Cibirsk » sam. 13 oct. 2018, 21:42

@Carhaix
D'abord, le christianisme n'est pas une religion du Livre, contrairement à ce qu'on dit. Le cœur de la foi, c'est de faire confiance en Dieu, et d'être attiré par Dieu. Si c'est le cas, les passages de la Bible (qui n'est pas une Table de la Loi, chez les catholiques) qui semblent obscurs, ou durs à admettre, deviennent anecdotiques. Dieu est bon, voilà le principal. Si Dieu est bon, vous pouvez lui faire confiance.

Maintenant, vous pouvez également envisager que votre compréhension des passages en question est un peu biaisée. J'ai lu la Bible aussi, et je n'ai jamais compris que "une partie de l'humanité" était considérée comme "ennemis de Dieu". Je pense que vous extrapolez et surinterprétez. Saint Paul liste des péchés. Il en liste plein ! Moi-même qui vous parle, je pense les avoir commis à peu près tous. La logique de tout ceci, ce n'est pas de rejeter les pécheurs (nous irions tous en Enfer !) mais au contraire, nous faire comprendre que nous sommes pécheurs et que nous avons besoin de la Miséricorde de Dieu, qui s'est manifestée dans la venue du Christ.
Pour essayer de comprendre cette notion de "religion du livre", j'ai fait quelques recherches et j'ai trouvé cette video: christianisme= religion du livre ?

Il faut que je la regarde plusieurs fois. Surtout les passages où le Pape Benoit XVI est cité. L'auteur lui même les qualifie de "denses" . Cela ne répond pas à mes questions mais au moins cela m'offre une perspective où la Bible n'est pas un livre qui enferme mais qui ouvre et accueil.

Cela m'amène à penser que la lecture de la Bible nécessite une initiation. Je suis un sceptique qui recherche la foi et qui envie ceux qui ont la foi. Vous avez raison quand vous parlez d'extrapolation et de surinterprétation. C'est un piège facile où je tombe facilement.

Re: Une Eglise pour tous ?

Message par prodigal » sam. 13 oct. 2018, 21:03

Chère Bassmeg,
C'est exactement ce que veut dire "catholique", universel, pour tous par conséquent. Cela fait 2000 ans que cela dure. Sans doute la réalité n'est pas à la hauteur de la beauté de l'idée, mais enfin l'idée est toujours là. :)

Re: Une Eglise pour tous ?

Message par Bassmeg » sam. 13 oct. 2018, 19:23

Personnellement, le concept d' une Eglise pour tous me parait un bon projet. Ce serait un geste d'ouverture.

Re: Une Eglise pour tous ?

Message par prodigal » sam. 13 oct. 2018, 10:30

Cher Cibirsk,
J'approuve à 100% le message précédent (de Carhaix) et je suis comme les Dupondt dans Tintin, je dirais même plus : si Dieu vous demande de pécher, c'est que ce n'est pas Dieu. Voici au mois une certitude sur laquelle s'appuyer.

Re: Une Eglise pour tous ?

Message par Carhaix » sam. 13 oct. 2018, 10:11

De plus, croire, ce n'est pas comme adhérer à un parti politique dont on approuverait le programme, et le jour où on n'est plus d'accord, on le quitterait...

...mais à aucun moment j'ai eu l'idée de prendre des passages qui me gênaient dans la Bible pour dire : "y a écrit ça ? Quoi ? Ça remet tout en question !" Ce genre de réflexion me semble surréaliste, car c'est sans rapport avec ce que je ressens et qui me pousse vers Dieu.
Je suis d'accord avec vous, on ne parle pas d'un parti politique dont l'opinion évolue selon les circonstances. Et pour cette raison j'ai besoin d'une confiance totale dans le message de la Bible.
Si St Paul considère une partie de l'humanité comme des "ennemis de Dieu", je suis perdu car je vois du rejet dans cette partie du message. Et c'est contraire à la vision que j'ai du christianisme qui est "amour" et "charité".
D'abord, le christianisme n'est pas une religion du Livre, contrairement à ce qu'on dit. Le cœur de la foi, c'est de faire confiance en Dieu, et d'être attiré par Dieu. Si c'est le cas, les passages de la Bible (qui n'est pas une Table de la Loi, chez les catholiques) qui semblent obscurs, ou durs à admettre, deviennent anecdotiques. Dieu est bon, voilà le principal. Si Dieu est bon, vous pouvez lui faire confiance.

Maintenant, vous pouvez également envisager que votre compréhension des passages en question est un peu biaisée. J'ai lu la Bible aussi, et je n'ai jamais compris que "une partie de l'humanité" était considérée comme "ennemis de Dieu". Je pense que vous extrapolez et surinterprétez. Saint Paul liste des péchés. Il en liste plein ! Moi-même qui vous parle, je pense les avoir commis à peu près tous. La logique de tout ceci, ce n'est pas de rejeter les pécheurs (nous irions tous en Enfer !) mais au contraire, nous faire comprendre que nous sommes pécheurs et que nous avons besoin de la Miséricorde de Dieu, qui s'est manifestée dans la venue du Christ.

Re: Une Eglise pour tous ?

Message par Cibirsk » sam. 13 oct. 2018, 8:54

De plus, croire, ce n'est pas comme adhérer à un parti politique dont on approuverait le programme, et le jour où on n'est plus d'accord, on le quitterait...

...mais à aucun moment j'ai eu l'idée de prendre des passages qui me gênaient dans la Bible pour dire : "y a écrit ça ? Quoi ? Ça remet tout en question !" Ce genre de réflexion me semble surréaliste, car c'est sans rapport avec ce que je ressens et qui me pousse vers Dieu.
Je suis d'accord avec vous, on ne parle pas d'un parti politique dont l'opinion évolue selon les circonstances. Et pour cette raison j'ai besoin d'une confiance totale dans le message de la Bible.
Si St Paul considère une partie de l'humanité comme des "ennemis de Dieu", je suis perdu car je vois du rejet dans cette partie du message. Et c'est contraire à la vision que j'ai du christianisme qui est "amour" et "charité".

Re: Une Eglise pour tous ?

Message par Carhaix » ven. 12 oct. 2018, 23:25

Pour ma part, je ne crois pas que l'on conditionne le fait de croire ou de ne pas croire à ce qui est marqué dans certains passages de la Bible. Soit on croit, soit on ne croit pas, pour des raisons qui nous sont propres, et intérieures. Et souvent on balance entre les deux. Je ne prétends pas, par exemple, être solide dans ma foi. J'ai des moments de doute aussi.

De plus, croire, ce n'est pas comme adhérer à un parti politique dont on approuverait le programme, et le jour où on n'est plus d'accord, on le quitterait.

Non, croire, c'est d'abord une relation personnelle, intime, avec Dieu.

Dans mon histoire personnelle, si je me suis mis à croire, c'est que je ressentais le besoin d'être sauvé. J'ai peut-être tort, mais à aucun moment j'ai eu l'idée de prendre des passages qui me gênaient dans la Bible pour dire : "y a écrit ça ? Quoi ? Ça remet tout en question !" Ce genre de réflexion me semble surréaliste, car c'est sans rapport avec ce que je ressens et qui me pousse vers Dieu.

Alors pour répondre sur le fond des choses, je dirais simplement que le Christ accueille tout homme, et ne fait pas de distinction entre les pécheurs que nous sommes tous. Et pour s'en convaincre, il suffit de lire les Évangiles.

Je n'entre pas plus dans le détail, vu que le sujet est assez sensible.

Re: Une Eglise pour tous ?

Message par Cibirsk » ven. 12 oct. 2018, 21:41

Merci pour vos réponses nombreuses. Je vais essayer de répondre dans l'ordre aux messages qui ont fait avancer ma réflexion.
"La samaritaine"
Nos petits raisonnements sont raz les paquerettes. Allez donc dans les hauteurs cher Cibirsk si vous en avez envie et pour être accompagné plus haut, je vous recommande vivement Maurice Zundel "L'Evangile Intérieur" et Eloi Leclerc "Le Royaume caché".
Et aussi le grand Isaie et le Cantique des Cantiques.

Moi, j'entends bien entre les lignes que vous écrivez que vous avez soif... Car vous avez des valeurs, vous avez soif de justice et d'accueil de tous ….Vous avez soif d'amour vrai, vous attendez de Dieu un message d'amour vrai.
Et bien creusez, creusez au fond du puits, il y a de l'eau de Source, creusez profond en vous même, là ou se trouve le Souffle qui élève et qui donne sens ! Creusez pour aller plus haut.
Non, la Bible ne recèle pas de non sens, elle délivre son message peu à peu tout au long des siècles, de livre en livre et de siècles en siècles, comme un enfant qui grandit peu à peu, qui apprend, qui devient ado puis adulte et qui trouvre tous son sens et son accomplissement dans la mort et la resurection du Messie.
J'apprécie votre finesse pour aller voir au-delà du côté un peu expéditif de mon message. Souvent, la brutalité, l'ironie ou le cynisme cachent des interrogations profondes et sincères. Je vais lire les livres que vous me conseillez. D'ailleurs je recherche un magazine chrétien qui puisse éclairer mes réflexions sur l'actualité et m'initier à ce qu'est l'Eglise ou le christianisme. J'ai passé 12 ans dans une école catholique dans une ville de province et les pères étaient davantage motivés par s'attirer les faveurs des notables que de s'occuper des pauvres dont parle la Bible. Les prêtres que je rencontre au quotidien ne sont pas très différents de ceux de ma jeunesse.


"PaxetBonum"
Ne vous êtes vous jamais demandé si ce n'était pas plutôt la société qui sous couvert d'évolution se corrompait de plus en plus d'où un gouffre de plus en plus grand avec Dieu Lui-même ?
Si souvent. Et je pense que vous avez raison concernant la corruption qui nous éloigne. Mais que dois je penser de mes deux amis homosexuels qui se sont mariés il y a quelques mois. Ils sont parfaitement sincères et sont des personnes de très grande valeur. Ils sont totalement contre la GPA pour les couples homos car cela leur semblerait contre nature. Mais leur amour est réel. Et ils en font quoi de cet amour ? Ils sont nés comme cela. L'un des deux a voulu se suicider en découvrant sa nature. Mais ils sont ainsi. Surtout qu'ils sont d'un milieu assez homophobe. Et pourtant ils sont acceptés partout où ils vont: "on aime pas les pédés mais eux c'est différent, c'est des gars bien..." .
S'il y avait davantage de "dépravés...ennemis de Dieu..." comme eux, je pense que le monde serait plus beau.

"Valentin"
Et puis, je vois que vous affichez Friedrich Nietzsche en avatar. Avez-vous lu ce qu'écrit ce monsieur au sujet des femmes ?
Non je n'ai rien lu de lui, pas encore. C'est une forme de provocation que de le choisir comme avatar. J'aime les penseurs qui n'hésitent pas à remettre en question ce qui est établi. D'ailleurs, Jésus a lui-même renversé les étals des vendeurs du temple, c'est un point qu'ils ont en commun.

"antoine75"
Je pense que la chair, la sexualité en l'occurence ici pour le mariage des prêtres, est une occasion de chute pour les prêtres consacrés, d'ou l'interdiction au prêtres de se marier.
Avant le 4ème siècle, les prêtres pouvaient se marier. Et dans les églises orthodoxes ou protestantes, les prêtres sont mariés. Avant des raisons de pureté spirituelle, je vois dans le célibat un moyen d'éviter la dispersion des biens de l'Eglise entre des héritiers. Et ayant lu le lupanar a ciel ouvert qu'était Avignon quand les papes y vivaient, je pense que la raison notariale prévaut sur le spirituel. Si tous les petits bâtards des princes de l'Eglise avaient réclamés leur part, l'Eglise serait moins riche aujourd'hui.
"apatride"
On peut critiquer les organisations traditionnelles des anciens temps, mais gardons-nous de leur appliquer hâtivement un filtre moderne.
Vous avez raison. Il est parfois difficile de comprendre des textes anciens avec un regard d'homme du XXIème siècle.

Re: Une Eglise pour tous ?

Message par Carhaix » ven. 12 oct. 2018, 11:15

L'auteur du topic n'a pas l'air plus que ça intéressé par les réponses à sa question.

Re: Une Eglise pour tous ?

Message par apatride » jeu. 11 oct. 2018, 23:32

Tout d'abord, il faut comprendre ce que signifie la séparation des sexes dans la mentalité traditionnelle. L'Ancien Monde a certes assigné une place précise à la femme, et une place précise à l'homme ; la distribution des rôles était claire. Mais demandez-vous pourquoi il en était ainsi : quel était le sens de cette ségrégation ? Était-elle le fruit du hasard ? De la volonté dominatrice et machiste des hommes et du patriarcat ?

En réalité, l'Ancien Monde reconnaissait tout simplement la différence des sexes, ce que lé féminisme et le modernisme nient en bloc : ces derniers voudraient des hommes-femmes et des femmes-hommes, voire des hermaphrodites ou des personnes sans sexe. C'est une négation de la Réalité.

Quelle était réellement la place des femmes dans l'Ancien Monde ? Quel en était le sens symbolique et pratique ?
Croyez-vous qu'une mère de famille paysanne du moyen âge, par exemple, était beaucoup plus malheureuse qu'une femme d'aujourd'hui, célibataire et caissière dans un supermarché ?

Je n'ai pas la place ici pour détailler les arguments tendant à relativiser la prétendue oppression patriarcale, mais songez ne serait-ce qu'à ce phénomène extraordinaire du moyen âge européen, j'ai nommé l'amour courtois. Est-ce que c'est là le reflet d'une société misogyne et haineuse ? Vraiment ?
Bien dit.

Il importe de situer ces propos dans leur contexte, littéraire d'une part (on ne saurait faire d'exégèse sérieuse en isolant une citation du paragraphe, du chapitre et du livre auquel elle appartient) et historique d'autre part.

Excusez les approximations de la suite, par souci de simplification du propos.

Il fût un temps, disons jusqu'à 18ème siècle environ, où l'humanité vivait au sein de petites communautés auto-suffisantes, où tout le monde se connaissait. Dans ces sociétés dites "patriarcales", les hommes héritaient certes du pouvoir symbolique, mais il est désormais notoire que les femmes y disposaient d'un pouvoir réel très important. Les rôles des hommes et des femmes étaient pensés comme complémentaires, avec des activités et travaux réservées aux hommes et d'autres aux femmes, et il y régnait une égalité non pas de symétrie mais de dépendance mutuelle.

A cette époque on ne pensait pas en termes d'individus et de sociétés, mais plutôt de familles et de communautés. Ainsi si l'homme avait voix politiquement parlant, il représentait avant tout la voix de sa famille et non pas la sienne propre uniquement. C'est ainsi qu'on peut relativiser l'apparente exclusion des femmes dans les démocraties grecques par exemple.

Une autre illustration parlante est celle du mariage. On s'en fait traditionnellement l'image du jeune homme allant demander la main de sa future épouse au père de celle-ci, ce dernier consentant alors à la donner en mariage. La réalité est tout autre puisque ce sont les femmes du village qui décidaient et organisaient les alliances, et une fois que tout était convenu, il y avait une mise en scène rendant le pouvoir symbolique au chef de famille.

C'est à partir du 18ème siècle et les migrations vers les centres urbains que cela a changé, avec des hommes mettant en vente leur force de travail, et des femmes au foyer devenues dépendantes des revenues de leurs époux. Le capitalisme a eu un fort effet diluant sur les anciennes communautés, atomisant les individus, ne reconnaissant plus de genres - une notion qui ne l'intéresse pas - mais de la main oeuvre pour l'effort industriel. Cette dilution consommée, et les individus en mal de reconnaissance dans de gigantesques centres urbains aveugles et anonymes, le capitalisme proposait alors aux femmes comme moyen de reconnaissance l'accès au travail, le droit de vote, etc. Puis la consommation comme ostentation de son statut et vecteur de reconnaissance dans la société. Mais c'est une autre histoire.

On peut critiquer les organisations traditionnelles des anciens temps, mais gardons-nous de leur appliquer hâtivement un filtre moderne.

Re: Une Eglise pour tous ?

Message par antoine75 » jeu. 11 oct. 2018, 22:30

Bonjour,

Baptisé mais non pratiquant, je ne peux pas dire que j'ai la foi car trop de questions restent sans réponse. Au fur et à mesure que la société évolue, je vois une Eglise en décalage par rapport à la société. Mariage des prêtres, place de la femme, des homosexuels...
Je pense que la chair, la sexualité en l'occurence ici pour le mariage des prêtres, est une occasion de chute pour les prêtres consacrés, d'ou l'interdiction au prêtres de se marier.

La femme, dans l'Eglise, de ce que j'en sais, est l'égal de l'homme dans la société (l'Eglise n'est pas opposé au travail, à la conduite, ou que sais-je ...)

Les homosexuels ne sont pas excommuniés que je sache, ils ont toutes leurs places dans l'Eglise, mais l'homosexualité reste une déviance de la sexualité naturelle.
Comme cela a eu lieu dans toutes les Églises des saints, que vos femmes se taisent dans les assemblées, car elles n'ont pas mission de parler ; mais qu'elles soient soumises, comme le dit aussi la Loi. Si elles veulent s'instruire sur quelque point, qu'elles interrogent leurs maris à la maison; car il est malséant à une femme de parler dans une assemblée. » (1 Co 14, 34-35)
Les femmes mariés n'ont pas vocation à être comme les prêtres à l'Eglise, c'est ce que m'inspire ce passage.
Quand un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ce qu’ils ont fait tous les deux est une abomination ; ils seront mis à mort, leur sang retombe sur eux.
Lévitique 20, 13
C'est au futur, donc prophétique, mais ce n'est pas forcément la volonté de Dieu que de condamner à mort les homosexuels. Par contre, oui, il est dit que c'est une abomination, c'est ce que je pense aussi entre parenthèses …
Ils sont remplis de toute sorte d’injustice, de perversité, de cupidité, de méchanceté, pleins d’envie, de meurtres, de querelles, de ruse, de dépravation, diffamateurs, médisants, ennemis de Dieu, provocateurs, orgueilleux, fanfarons, ingénieux au mal, rebelles à leurs parents, sans intelligence, sans loyauté, sans cœur, sans pitié.
J'ai l'impression que cette litanie est une sorte de citation de péchés, et rassurez-vous, on est tous pécheur à différents degrés, même minime ...

J'aimerai croire mais je n'y arrive pas. Pas quand une partie de l'humanité est rejetée car non conforme. Pourtant certains passage des Evangiles sont parfaitement clairs sur l'ouverture et l'accueil de l'autre, comme le récit de la femme adultère (Jean 8) ou le passage où Jésus appelle à ne rejeter personne.

Mais cela revient à avoir une croyance à la carte, en prenant ce qui plait et oubliant le reste.
Retenez-bien que l'Eglise enseigne que l'on est tous pécheur, sans exception. Seul la Vierge Marie est sans péché. Et sûrement Jésus.

Haut